Connexion
/ Inscription
Mon espace

PrimeView : le regard de Janus

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Lors de leur conférence stratégique du 24 janvier, Jean-Luc Buchalet et Pierre Sabatier, les cofondateurs de PrimeView, cabinet indépendant de recherche économique et financière, ont soufflé le froid et le chaud. Le premier a décrit un monde apocalyptique. Le second a précisé que la période était favorable aux actifs risqués et, en particulier, aux actions européennes.

« En 2007, la dette mondiale pesait 35.000 milliards de dollars et représentait 63 % du PIB.  En 2012, elle portait sur 58.200 milliards de dollars et correspondait à 82 % du PIB, fait observer Jean-Luc Buchalet. La stagnation, voire le recul de la production industrielle au cours de la dernière décennie explique la hausse de l’endettement public dans les pays développés. Dans les pays ayant accepté la purge budgétaire, l’effondrement de la demande intérieure, qui donne l’impression que les comptes courants se rétablissent, n’en devient que plus prononcé. La spirale déflationniste s’installe en Europe. La consommation des ménages, poursuit-il, contribue au PIB à hauteur de 60 %. Si les ménages ne consomment pas, vous n’aurez pas de croissance. Sans perspectives, les entreprises investissent d’autant moins que la rigueur budgétaire est violente. »

S’ils sont ciselés, les propos n’en sont pas moins peu encourageants : « Tout resserrement budgétaire provoque la récession. Moins il y a de croissance, moins il y a de recettes fiscales et plus les autorités serrent les boulons ! » Un tel système fait exploser le marché de l’emploi, sans que l’on voie une issue à horizon rapproché. Sans doute conviendrait-il de s’inspirer du modèle américain. Par exemple, les Etats-Unis n’hésitent pas à recourir à la planche à billets. Jean-Luc Buchalet n’y va pas par quatre chemins : « Il faudrait dévaluer massivement l’euro. » Pour cela, trois voies peuvent être explorées : intervenir sur le marché des changes, ce qui coûterait extrêmement cher ; abaisser les taux d’intérêt, qui sont déjà très bas ; créer plus de monnaie que ne se crée de richesse.

 

Soulagement

« Nous avons longtemps marché au bord du précipice, en croyant que l’on allait finir par y sauter, déclare pour sa part Pierre Sabatier. Et puis Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a sauvé l’euro, grâce à son discours du 26 juillet dernier. » Les investisseurs ont été soulagés et repris confiance. Il est vrai que les effets de base, en partant d’une situation très dégradée, militaient pour une reprise. L’amélioration des conditions financières en Europe a également joué un rôle moteur dans la hausse des cours des actions. Enfin, un contexte avec un peu plus de croissance anticipée et peu d’inflation est, en général, favorable aux actions. « Toutes les banques centrales, remarque Pierre Sabatier, y compris la BCE et la Banque centrale du Japon, suivent désormais la même ligne : inonder le marché et l’économie de liquidités pour favoriser la reflation et faciliter les réformes. Si cela a toujours bien du mal à fonctionner pour l’économie réelle, les actifs financiers en profitent à plein. Quelle classe d’actifs, s’interroge-t-il, profitera le plus de cet afflux de liquidités au premier semestre ? Probablement les actions, du fait d’un marché obligataire indéniablement en surchauffe, quel que soit le risque associé. » Une progression de 20 % à moyen terme n’aurait alors rien d’absurde, même s’il faut ultérieurement s’attendre à une consolidation de quelques points de pourcentage.

Michel Lemosof

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...