Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Tribune] L’intelligence artificielle, futur de la gestion d’actifs

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Par Louis Launoy, Senior Manager Alpha FMC France*, et Jeff Torchon, Principal chez Alpha FMC US.

Mis à part quelques expériences emblématiques récentes, comme Deep Blue d'IBM ou AlphaGo de Google, l’usage de l’intelligence artificielle apparait encore relativement faible. Si l’on perçoit bien les développements récents d'assistants personnels et de voitures sans conducteur comme des applications de l’intelligence artificielle, il s’avère que les évolutions sont très rapides au sein de divers secteurs d’activités. Des outils d'automatisation des processus à la compréhension du langage ou à l’automatisation cognitive, ces initiatives prennent de plus en plus d’ampleur.

Acquisition de données, traitement et modélisation
L'intelligence artificielle se matérialise réellement lorsque la solution a « la capacité d'apprendre, de comprendre et de penser de manière logique » et « peut s'adapter à son environnement au-delà de sa conception originale ». Les solutions d’intelligence artificielle doivent comporter deux fonctionnalités clés, chacune avec des degrés divers de complexité :
- l’acquisition de données et les capacités de traitement, et
- les capacités de modélisation.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

De nouveaux « game changers » ?
Bien que de nombreuses recherches aient eu lieu sur les techniques d’apprentissage automatique  (« machine learning ») et les réseaux neuronaux depuis les années 1940, leurs mises en œuvre ont d'abord été limitées à la recherche et aux prototypes dans les universités. En revanche les dernières innovations technologiques, comme par exemple la réduction des coûts liés au matériel,  les technologies “cloud”, le big data et le traitement du langage naturel, apportent de profondes évolutions. Ce sont des changements révolutionnaires, qui, comme l’a déclaré le PDG d’IBM il y a quatre ans, annoncent clairement le début, « de la 3ème ère de la technologie informatique [...], où la robotique rencontre le big data [...] et où les décisions seront prises à l'aide d'analyses et de données prédictives ».
Profiter de ces avancées n’était pas à la portée de la plupart des banques et des sociétés de gestion d’actifs, il y a seulement 10 ans. Cependant, les géants du secteur technologique et les fintech rendent désormais cette évolution possible, tant dans l’univers de la gestion privée, que dans celui de la gestion d’actifs. Pour n’en citer que quelques-uns : Microsoft Cognitive Toolkit, Azure, Google TensorFlow, Amazon AI Services, AWS Deep Learning AMI, Salesforce Einstein ou IBM Watson.

L’intelligence artificielle, enjeu pour la gestion d’actifs et la gestion de fortune
Les utilisations possibles de l’intelligence artificielle pour la gestion d’actifs et la banque privée sont vastes et ont un impact sur l'ensemble de la chaîne de valeur. On peut imaginer une optimisation sensible des interactions commerciales, du marketing et des services clients en temps-réel, une modélisation prédictive du marché basée sur le traitement instantané de téraflops de données, des échanges créés automatiquement avec une transparence totale des prix. Il n'est pas irréaliste de penser que les analystes auront leurs propres robotsbots »), qui utiliseront le big data en temps réel pour réaliser en grande partie leurs analyses financières et de marché, voire même rédiger des rapports et des recommandations pour leur CIO (chief investment officer).

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

La difficile réconciliation des opérations pourrait n’être bientôt plus que du passé, avec des « bots AI » positionnés de chaque côté d’une transaction à travers le back, le middle et le front office, réalisant l’ensemble du travail et n’alertant les équipes qu’en de rares cas de litiges. Si (ou quand) l'informatique quantique devient réalité, toutes les décisions de négociation, d'investissement et de distribution pourront être réalisées grâce à des « bots », permettant aux gestionnaires de patrimoine et de fortune de se concentrer davantage sur leurs relations clients et leurs stratégies commerciales.

Bien sûr, les initiatives s’appuyant sur l’intelligence artificielle relèvent encore d’un grand pari. Les études de cas sont difficiles à vendre en raison de coûts d'entrée encore relativement élevés, de courbes d'apprentissage abruptes, de synergies et de gains incertains, mais aussi de questions sur les réglementations en matière de données et de confidentialité. Et ces nouvelles pratiques entraîneront-t-elles de la volatilité sur les marchés ? Quels nouveaux modèles économiques pourraient surgir ? Seul le temps le dira. En attendant, les acteurs se doivent de réfléchir à leurs futurs plans de bataille.

Alpha FMC, fondé à Londres en 2003, est un cabinet de conseil dédié aux acteurs de la gestion d'actifs et de la banque privée. www.alphafmc.com

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Amundi devient seul actionnaire de la fintech Anatec

Leader de la gestion d'actifs en Europe avec plus de 1 400 Mds€ d'actifs sous gestion, Amundi rachète la totalité du capital de la fintech Anatec, plateforme d'agrégation de conseil et d'épargne digitale développée sous la marque WeSave, dont elle détenait jusqu'à présent 49%. Cette transaction s'inscrit pleinement dans la stratégie digitale du Groupe Amundi. En élargissant sa gamme de solutions, elle renforce sa capacité à servir ses clients distributeurs avec une approche ouverte et agile,...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Rentabilité technique des organismes d’assurance-vie et mixtes établis en France

Synthèse de l'analyse de la rentabilité technique des organismes d'assurance-vie et mixtes établis en France, publiée par l'ACPR. - Le secteur de l'assurance-vie a collecté 137 Mds€ de primes en 2017 et a dégagé 6 Mds€ de résultat technique. - Les contrats d'épargne en euros continuent à représenter la plus grande partie du chiffre d'affaires (54% du total) et du résultat technique (55%). Pour autant, compte tenu de la conjoncture actuelle de taux d'intérêt, les assureurs favorisent la...