Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les taux durablement bas rendent le marché du crédit européen de court terme particulièrement attractif

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Mabrouk Chetouane, responsable de la Recherche et de la Stratégie, et Diana Rager, Gérante Crédit, tous deux chez BFT IM.

Avec un environnement marqué par des taux monétaires toujours bas, mais une conjoncture européenne en amélioration, le marché du crédit investment grade court terme s’affirme comme un placement alternatif incontournable.

Dans le contexte actuel de maintien des taux à des niveaux toujours bas, les investisseurs continuent de chercher des alternatives aux placements monétaires. La gestion de trésorerie doit en effet s’adapter à un environnement marqué par des taux de rendement désormais négatifs. Le taux de l’Eonia devrait rester en territoire négatif et aucune inflexion n’est attendue par le marché avant 18 mois. Ces rendements négatifs des taux court terme impactent également l’univers des obligations privées qui continuent toutefois d’offrir des rendements globalement positifs.


Or, le marché du crédit européen devrait pouvoir compter au cours des prochains mois sur la bonne tenue de la conjoncture européenne. « Tous les secteurs économiques contribuent à soutenir la croissance en zone euro. Le taux d’utilisation des capacités de production est en hausse et les entreprises européennes vont devoir combler leur retard d’investissement. En l’absence de choc exogène majeur à horizon 2018, le taux de chômage en zone euro devrait reculer de 1,6 point et être ramené à 8%. Toutefois, la BCE va poursuivre sa politique monétaire accommodante au cours des prochains mois car l’inflation sous-jacente ne devrait dépasser sa cible des 2% qu’à un horizon de trois ans » estime Mabrouk Chetouane.

Un univers Investment Grade Euro en pleine expansion depuis 2012

Ce contexte plus favorable devrait tout particulièrement bénéficier au marché du crédit investment grade de court terme, dont le profil de risque va donc s’améliorer. Or, les placements éligibles en équivalent de trésorerie doivent limiter au maximum l’exposition au risque et pourront donc plus facilement se reporter sur cette classe d’actifs. D’autant plus que la convergence des obligations de maturité courte permet de générer un rendement récurrent sur un horizon de 6 à 12 mois, atténuant ainsi les risques de regain de la volatilité. « L’enjeu consiste alors à effectuer une sélection rigoureuse au sein de l’univers obligataire investment grade Euro. Il existe plus de 350 émetteurs sur le segment 1/3 ans et 450 émetteurs sur le segment 3-5 ans. Depuis 2012, le volume brut d’émissions sur le marché primaire des obligations d’entreprises a bondi de 50% ! » relève Diana Rager.

La situation financière des entreprises européennes n’a cessé de s’améliorer au cours des trimestres précédents : profits en hausse, endettement maîtrisé. Ainsi, le ratio dette nette/Ebitda s’est stabilisé autour de 2,4 (2,8 en 2009). La croissance moyenne des bénéfices des sociétés de l’indice Stoxx Europe 600 a atteint (estimation provisoire) 12,8% en 2016 et devrait encore s’afficher à +9,8% cette année.

Du fait de la persistance d’un taux Eonia négatif et qui devrait le rester au cours des prochains mois, les investisseurs devraient par conséquent être incités à se tourner davantage vers le marché du crédit investment grade Euro de court terme comme alternative aux placements monétaires.

www.bft-im.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...