Connexion
/ Inscription
Mon espace

Rotation value : déjà finie ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Benoît Peloille, multigérant chez VEGA Investment Managers

Depuis le début de l’année, les valeurs de croissance renouent avec la surperformance.  Le MSCI Europe Growth affiche une surperformance de 3,9% contre le MSCI Europe Value. Aux États-Unis, cette inflexion thématique est d’autant plus évidente que la rotation value, débutée en août 2016, n’est plus qu’un souvenir. Comment expliquer ce revirement dans la préférence des investisseurs ? Doit-on s’attendre à une poursuite de la surperformance des valeurs de croissance ? Pour nous, ce rebond growth réside plus dans la recherche d’exposition au cycle international et dans la prise en compte d’un scénario de hausse des taux modérée, que dans une réelle quête de prudence.

Un réflexe défensif ? Pas vraiment. D’aucuns mettent en avant le risque politique qui plane sur l’Europe pour expliquer ce revirement thématique. Certes, les élections présidentielles en France seront un moment important de l’année boursière. Néanmoins, sans préjuger de l’issue du scrutin, la perspective d’un scénario noir avec l’arrivée d’un candidat populiste semble avoir perdu en intensité au cours des dernières semaines, notamment depuis les élections néerlandaises. En effet, après un pic en février, le spread OAT-Bund s’est quelque peu détendu, et sur les actions, le CAC 40 n’affiche qu’un retard marginal sur ses homologues européens à +4,7% contre +5,2% pour l’EuroStoxx 50 depuis le début de l’année.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Mais nous ne souscrivons pas à ce parallèle entre valeurs de croissance et positionnement défensif. Ces dernières années, ces valeurs ont été tirées par 2 de leurs composantes : parce qu’elles sont défensives (alimentation, boissons, pharmacie) et parce qu’elles sont sensibles à la baisse des taux permise par les politiques monétaires accommodantes. Or, aujourd’hui, c’est leur composante cyclique qui prend le relai et offre de la visibilité au travers des secteurs des biens de consommation cycliques (le luxe notamment), des technologies et des valeurs industrielles qui figurent parmi les meilleures performances sectorielles depuis le début de l’année. Ainsi, ce rebond des thématiques growth est différent car il concerne les valeurs qui offrent de la visibilité sur leurs perspectives, une sensibilité au cycle économique global et dont la valorisation est moins dépendante de l’évolution des taux longs.

Selon nous, il n’est donc pas impossible, dans une configuration de regain d’appétit pour le risque et d’accélération du cycle, que les thématiques growth surperforment. Cela est d’autant plus vrai que la hausse des taux reste, pour le moment, modérée. Le risque inflationniste est circonscrit au simple effet des matières premières en Europe, alors que l’inflation salariale reprend à peine aux États-Unis, plus de 7 ans après la sortie de récession. Cette tendance vient probablement souligner le caractère inédit de la reprise que nous vivons depuis maintenant plusieurs années. Une reprise qui se caractérise par la persistance d’anticipations d’inflation faible liée au déclin de la croissance potentielle dans le monde développé.

En conclusion, face aux rotations sectorielles des derniers mois, nous avions pris le parti de maintenir notre biais « croissance », mais au travers des fonds qui favorisent les secteurs moins exposés à la hausse des taux d’intérêts. Cela nous a amené à surpondérer significativement au sein de VEGA Grande Europe les secteurs des valeurs technologiques (12% contre 4,4% pour l’indice) et industrielles (21% contre 13,1%). Par ailleurs, pour conserver ce biais cyclique, nous avons maintenu un niveau élevé d’exposition aux petites et moyennes capitalisations, autour de 15%.

http://www.vega-im.com/


Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...