Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’élection présidentielle française accapare l’attention des investisseurs et pèse sur les marchés obligataires

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Hartwig Kos, CIO adjoint et directeur adjoint de l'équipe Multi-Asset chez SYZ AM

« Selon notre analyse, les deux segments les plus vulnérables sur le marché européen sont la France et l'Italie. Si nous regardons de plus près l’évolution des cours, il en ressort qu’un changement très net s’est opéré au niveau de l’approche des investisseurs vis-à-vis de ces marchés. Ces dernières semaines, ceux-ci ont commencé à se comporter peu à peu de la même manière que les instruments du crédit, c’est-à-dire qu’ils s’orientent à la baisse en période d’aversion au risque et qu’ils remontent quand les marchés sont en hausse. En outre, les rendements des OAT françaises affichent actuellement une prime de risque de l’ordre de 70 points de base (0,7%) par rapport aux rendements des obligations d'État allemandes. Rappelons que cette prime n'a été que de 18 points de base (0,18%) l’été dernier.

Cela signifie clairement que les craintes entourant l’élection présidentielle française au printemps 2017 accaparent l’attention des investisseurs et pèsent sur les marchés obligataires.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Nous sommes d’avis que cet écart de prime de risque entre la France et l’Allemagne pourrait désormais se creuser considérablement. Nous craignons même que cet écart de rendement puisse dépasser les sommets observés en 2011, lorsque les OAT françaises se négociaient à 190 points de bases (1,9%) au-dessus des Bunds allemands. À ce moment-là, la France était sans aucun doute considérée comme un pays « cœur » au sein de la zone euro. Or, compte tenu des difficultés économiques que le pays connaît aujourd’hui, il n'est plus si évident de le considérer en tant que tel, du moins d’un point de vue économique.

Par ailleurs, si la crise de 2011 était de caractère financier, et pouvant donc être résolue par l’intervention de la BCE, la crise que traverse aujourd’hui le Vieux Continent est avant tout une crise identitaire, foncièrement beaucoup plus compliquée à régler. Il se peut bien que nos points de repère historiques, tel que l’élargissement violent des spreads en 2011, ne soient plus adaptés à une analyse de l’état des marchés obligataires en 2017.

https://www.syzassetmanagement.com


Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...