Connexion
/ Inscription
Mon espace

Comment se protéger contre l’érosion de la rentabilité des fonds en euros ?

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Pour Didier Bujon, directeur général d’Equance : « en intégrant au sein des contrats d’assurance vie des placements de type SCPI, OPCI, FIC et fonds obligataires datés, ainsi qu’en acceptant de subir une certaine volatilité sur un horizon prédéterminé pour dégager de la performance. »

La rentabilité des fonds en euros ne cesse de diminuer depuis plusieurs années. Avec une rémunération comprise entre 1,5 et 2% au titre de l’année 2016, ils ont encore perdu 0,5% par rapport à l’année 2015. Dans un contexte de fort recul des taux des obligations, qui composent l’essentiel des portefeuilles des fonds en euros, les assureurs sont contraints de réduire drastiquement les taux distribués à leurs clients. Cette tendance à la décroissance des rendements devrait se poursuivre cette année. Les caractéristiques traditionnelles de ces fonds - liquidité, rendement et capital garanti - sont aujourd’hui sérieusement malmenées. Le rendement diminue et la liquidité n’est désormais plus systématiquement garantie. En cas de risque systémique pour un établissement, la loi Sapin 2 permet désormais au HCSF (Haut conseil de stabilité financière) de prendre plusieurs mesures préventives pour garantir la stabilité du système financier. Ainsi, le rachat de tout ou partie d’un contrat d’assurance-vie pourrait être suspendu, limité ou retardé.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Dans ce nouvel environnement, le souscripteur d’un contrat d’assurance-vie ne devrait pas laisser son patrimoine se déprécier en conservant ses avoirs placés sur un fonds dont le rendement ne compense même plus l’inflation, sous prétexte de privilégier un placement sans risque : sur un horizon de placement d’au moins 5 ans, il doit accepter de subir un minimum de volatilité pour dégager in fine de la performance. Parmi les solutions à sa disposition, offrant un bon couple rendement/risque, il est judicieux d’intégrer, dans un contrat d’assurance vie, des placements de type SCPI ou OPCI. La visibilité offerte par le rendement des loyers commerciaux peut, par exemple, largement compenser une absence de garantie en capital et une moindre liquidité. Le rendement de ce type de véhicule ressort ainsi dans une fourchette comprise entre 4,5 et 5,5%.

Une autre solution consiste à avoir recours à des fonds obligataires datés, sur des durées courtes afin d’aller jusqu’à l’échéance des obligations et de limiter ainsi le risque de remontée des taux. Si la parfaite garantie du capital n’existe pas (l’émetteur sous-jacent peut faire défaut), la liquidité reste importante et le rendement à maturité est connu au préalable hors cas de défaut.

Les produits structurés, ou fonds à formule, de type Autocall peuvent également être une solution alternative pour aller chercher de la performance sous condition de réalisation d’objectifs sur une période donnée, basés principalement sur la hausse voire la stagnation de l’indice boursier sous-jacent. L’investisseur pourra ainsi prétendre à un rendement annuel de 6%.
Cependant l’investisseur doit être conscient qu’il existe un risque en capital lié aux scénarios de marchés. Ce risque peut néanmoins être atténué par des barrières de protection du capital à l’échéance allant jusqu’à -40%.
Ainsi allouer une partie de son épargne sur ce type de support permet de dynamiser et optimiser la rentabilité de son contrat dans l’environnement actuel de taux bas.

La solution du FIC
En complément, le FIC (Fonds interne Collectif) est une solution patrimoniale spécifique aux contrats d’assurance vie luxembourgeois, accessible aux souscripteurs détenant plus de 250 000€ en valeurs mobilières. Le fonds est hébergé par un assureur, mais sa gestion financière est confiée à un gérant agréé. La typologie de la gestion est définie en fonction du profil de l’investisseur, dans le respect du mandat de gestion. L’intérêt d’un tel placement est de pouvoir y loger des sous-jacents non éligibles dans le cadre d’une assurance-vie traditionnelle. La diversification des actifs est en effet une condition essentielle pour protéger son portefeuille et parvenir à dégager de la performance.

Par ailleurs, le souscripteur d’une assurance-vie doit aussi continuer de considérer les marchés Actions. La hausse des indices boursiers en fin d’année amène les valorisations actuelles des actions au-delà de leur moyenne historique, mais cela s’explique :
- Une valorisation plus attractive que la plupart des marchés obligataires
- Des banques centrales toujours présentes
- Une croissance certes molle mais bien présente
- Une inflation maitrisée
- Des USA en pleine confiance : emploi, marché immobilier, consommation …
- Une bonne tenue des résultats des entreprises
- Des investisseurs institutionnels qui ne sont pas surexposés au marché Action
- Une résistance des marchés émergents malgré la hausse du Dollar…

Le bémol pourrait venir du monde politique dont il est difficile d’avoir une grille de lecture claire, avec des élections européennes en 2017 ; Pays Bas, France et Allemagne qui font suite à la série Grande Bretagne, USA et Italie. Néanmoins force est de constater qu’il est difficile de prévoir l’issue de ces élections mais encore plus l’impact de celles-ci sur la sphère financière. Trop attendre de ces évènements pourrait laisser l’investisseur sur le quai de la gare trop longtemps…

En Europe, le retard de valorisation des actions par rapport aux USA peut être un thème d’investissement. Au niveau géographique, nous préférons ainsi nous concentrer sur les actions Value européennes, alors que nous recherchons davantage les actions de type Growth aux Etats-Unis. Le thème High Yield USA et Europe est une solution pour l’investisseur en quête de rendement.

Des opportunités dans l’univers de l’assurance-vie existent, à condition que les investisseurs acceptent de supporter un peu plus de volatilité que par le passé, en cohérence avec leur horizon de placement.

Pour conclure, il faut intégrer, aujourd’hui plus que hier, qu’une certaine dose de volatilité n’est pas incompatible avec la recherche de performance sur la durée.

http://www.equance.com/

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
« European Sustainable Infrastructure Debt », investir dans la dette infrastructure

Lancé par NN Investment Partners (NN IP), le fonds NN (L) European Sustainable Infrastructure Debt* vient renforcer la gamme durable de NN IP et répond à la demande croissante d'investissement dans des actifs réels. La dette infrastructure est largement perçue par les investisseurs comme particulièrement attractive car elle offre des rendements convaincants, ajustés au risque, et présente par la même occasion des avantages sociaux, environnementaux et économiques, générés par les principaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Mark Rogers, Montanaro AM

3 questions à Mark Rogers, gérant des fonds Montanaro European Midcap Fund et back-up manager du Better World Fund Vous avez rejoint l'équipe de Montanaro il y a près de 5 ans. Quel est l'état d'esprit qui anime les équipes de gestion ? Chez Montanaro, rien n'est blanc ou noir, nous privilégions en permanence la nuance en misant sur l'innovation et la formation. Il s'agit pour nous d'une quête permanente de savoir-faire en matière de gestion. Ensuite, pour l'implémentation, c'est un...