Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Tribune] Pérenniser les fonds en euros nécessite de les adapter au nouveau contexte

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Par Philippe Parguey, Associé chez Nortia

La baisse des taux et les contraintes réglementaires imposées aux assureurs, deux événements majeurs de ces dernières années, ont incité les compagnies d’assurance, les courtiers et les distributeurs à rechercher de nouvelles solutions en assurance-vie, afin de satisfaire le client final.

La réglementation Solvabilité II oblige en particulier les compagnies d’assurance à respecter des contraintes de fonds propres minimum au titre de leurs fonds en euros. Par ailleurs, la baisse des taux affecte les rendements servis. Dans cet environnement, le risque pour les fonds en euros est double :
- Un risque de manque d’attractivité, car les rendements des fonds en euros sont impactés par la baisse des taux. Les actifs généraux des compagnies sont encore en partie investis sur des obligations émises à l’époque où les taux étaient élevés, mais dans la mesure où elles arrivent progressivement à leur terme, elles sont renouvelées par des obligations aujourd’hui moins bien rémunérées. A noter cependant que la tendance semble être sur le point de s’inverser.
- Un risque d’accessibilité, car pour la première fois, les compagnies d’assurance cherchent à éviter une dilution du rendement de leurs actifs généraux, en freinant les nouvelles souscriptions.


Il est indispensable de stimuler et réinventer les fonds en euros

Face à ce constat, les concepteurs de produits d’assurance ont la responsabilité d’empêcher les fonds en euros de s’éteindre de leur belle mort. Une des options consisterait à ne rien faire, et à s’appuyer sur la loi Sapin II pour limiter les rachats en cas de hausse des taux. Mais les acteurs peuvent également envisager une solution plus offensive, toucher à l’une ou l’autre des caractéristiques d’un fonds euros traditionnel : la garantie en capital, l’effet cliquet ou la linéarité de la valorisation.

Parmi les innovations pressenties pour faire évoluer les fonds en euros, sont ainsi apparues il y a quelques années, les fonds euros actifs, composés d’un fonds en euros classique, complété par une poche de diversification. Cette poche de diversification, gérée avec flexibilité, en tenant compte de l’évolution du contexte de marché, mais aussi des flux entrants et sortants des épargnants, a permis de dégager un rendement supérieur à celui du seul fonds en euros. Cependant, pour répondre aux contraintes réglementaires exigées par la directive Solvabilité II, l’assureur doit engager des fonds propres au titre de l’actif général, mais également au titre de la poche de diversification.


Une solution réaliste : réduire l’engagement des compagnies d’assurance

Afin que les épargnants puissent continuer à investir dans ce véhicule au risque maîtrisé, une des options à envisager est de proposer, à travers ces fonds en euros actifs, une garantie du capital un peu moins importante. Il s’agit ainsi pour les compagnies d’assurance, de s’adapter aux évolutions réglementaires en réduisant leurs engagements. Une garantie de l’ordre de 98% du capital demandera certes un peu de pédagogie auprès du client final, mais apparait nécessaire pour redynamiser les fonds en euros.

Plus d’informations : www.nortia.fr


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Marc Divoux, Finance SA

Entretien avec Jean-Marc Divoux, gérant du fonds Expert Patrimoine Après avoir réuni certaines expertises de Robeco, de Commodities AM, de KBL Richelieu et AG2R AGICAM, Finance SA a accueilli Jean-Marc Divoux dans l'équipe de gestion en février dernier. Il y déploie désormais son expertise de gestion dont il nous parle avec passion. Quel a été votre parcours ? Après une formation d'ingénieur (avec une option en intelligence artificielle, ce qui, dans les années 80, n'était pas encore à la...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Notre sélection de fonds « dynamiques » gagne 4,9% en 3 mois

Si le mois de décembre a été meurtrier pour les marchés actions, avec un plongeon jamais vu depuis 1931, les semaines de début d'année ont marqué la 5e progression de l'histoire financière. Résultat : notre sélection de fonds dynamiques a repris des couleurs, avec un gain de 4,9 % en trois mois. Depuis la mise à jour du 6 décembre 2018, toutes les performances concernant notre liste de fonds dynamiques sont en hausse, que ce soit sur trois ans, un an ou trois mois. Notre dernière recrue,...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Grand concours d’affiches : L’Épargne Solidaire

Grand concours d’affiches : L’Épargne Solidaire Sur le thème de l’Épargne Solidaire, la Maison de l’Épargne* lance du 18 février au 10 mai 2019 un appel aux candidatures pour son 2ème Concours d’Affiches ; destiné aux affichistes, dessinateurs et graphistes de notre temps. Le jury présidé par Gérard Auffray, est composé de : ➢ Gérard Auffray, Président Fondateur et mécène de la Maison de l’Epargne ➢ Patricia de Figueiredo, Rédactrice en Chef de Culture Papier ➢ Philippe Francq, dessinateur,...