Connexion
/ Inscription
Mon espace

Concept « Kaldemorgen » : une gestion flexible et multi-asset qui a fait ses preuves

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Nicolas Didelot, Director, Head of Multi Asset Investment Specialists chez Deutsche AM

Réputé en Allemagne, la méthode « Kaldemorgen » propose une gestion non benchmarkée et 100% flexible pour offrir de la performance dans le cadre d’une volatilité basse. Mais la maîtrise du risque reste la priorité.

Comment créer de la performance tout en maîtrisant son risque ? Dans l’environnement actuel marqué par le retour du risque politique et l’intervention massive des banques centrales sur les marchés, un gérant ne peut se permettre d’être « collé » à un marché en particulier. C’est justement l’enjeu de notre stratégie 100% flexible non benchmarkée de ne dépendre d’aucune classe d’actifs en particulier. En revanche, l’objectif de notre gestion flexible et sans contrainte est de maximiser le rendement ajusté du risque.

Ainsi, notre fonds multi-asset est investi aussi bien en actions, obligations internationales (souveraines et corporate), or et devises, avec un budget de risque qui ressort en moyenne entre 5 et 8% ex-ante. La souplesse de la gestion permet de réagir rapidement à tout mouvement de marché. Nous pratiquons une gestion fondamentale quant au choix des titres (méthodologie « Top Down »), mais la gestion du risque obéit à une logique de gestion quantitative. Notre équipe de gestion gère actuellement près de 11 Mds€ au global dont 4,8 Mds obéissant au concept « Kaldemorgen » (fonds Deutsche Concept Kaldemorgen), du nom du gérant Klaus Kaldemorgen qui a lancé ce fonds en 2011. Si notre gestion est indépendante, notre appartenance à un grand groupe nous permet de bénéficier de toute la recherche accessible. En réduisant la volatilité en base annualisée à moins de 10%, nous maîtrisons notre risque ainsi que notre drawdown (écart entre la performance la plus élevée et la moins élevée sur une période d´un an) en dessous de 10%.

Ratio de Sharpe supérieur à 1
En début d’année 2016, nous avions réduit notre exposition aux actions de 40 à 20% afin de reconstituer le budget de risque. Une stratégie pertinente qui a permis de se repositionner rapidement et d’amortir la forte baisse des indices en janvier. Depuis, la performance annualisée nette de frais ressort à 6,5% avec une volatilité de 6, ce qui nous permet d’afficher un ratio de Sharpe supérieur à 1. Par conséquent, la surperformance ne s’obtient pas au prix d’un risque trop élevé. Nous faisons également le pari stratégique d’une duration courte, inférieure à 1,5 année.

Dès la fin 2015, les gérants avaient également opéré un mouvement de réallocation en se repositionnant sur les obligations à haut rendement, notamment dans le secteur énergétique. Un secteur qui avait été évité en 2015. Avec la remontée des prix de l’énergie, le pari a été fructueux en 2016. De même, nous sommes presque totalement à l’écart des dettes souveraines, préférant nous concentrer cette année sur les obligations corporate (High Yield et Investment Grade).

https://deutscheam.com/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...