Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Allocation d’actifs : les actions retrouvent la faveur des investisseurs »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Michaël Aflalo, Directeur des Gestions chez BFT IM

Depuis quelques semaines, les investisseurs ont décidé de « voir le verre à moitié plein ». La dernière enquête, « The Fund Manager Survey », publiée par Bank of America Merrill Lynch abonde dans cette direction : les actions sont redevenues une classe d’actifs prisée par les investisseurs.

En tête des préférences exprimées dans cette enquête, nous retrouvons les marchés japonais et américains. A l’inverse, l’Europe reste boudée par les investisseurs. En dépit d’une conjoncture en amélioration et d’une BCE toujours accommodante (+540 Mds € de Q.E supplémentaire), l’accumulation des incertitudes politiques et la lourdeur du calendrier électoral prévu pour 2017 tiennent à distance les opérateurs des marchés européens.

L’inversion de style constatée depuis la fin de l’été, profite aux titres « value », et en particulier à deux secteurs : les ressources de base et les banques. La santé, la technologie, et la consommation courante sont, en revanche, sous-pondérées dans les allocations. Cette rotation sectorielle reflète la remontée des anticipations de croissance et d’inflation chez les investisseurs. Près de 57% d’entre eux jugent que la croissance mondiale est en augmentation (un plus haut depuis 19 mois) et 84% estiment que l’inflation poursuivra son ascension (retrouvant les plus hauts atteints par l’enquête en juin 2004).

Cette enquête révèle que les stratégies jugées les plus attractives sont les positions acheteuses sur le dollar et dans une moindre mesure sur le crédit européen et américain. Elle fait également ressortir que le risque politique constitue la principale source d’incertitude. Cela ne doit guère surprendre au regard de la multiplication des rendez-vous politiques en Europe d’une part : activation de l’Article 50 au Royaume-Uni, élections présidentielles en France, élections législatives en Allemagne, et de possibles élections anticipées en Italie. D’autre part, l’année 2017 sera marquée par l’investiture de Donald Trump le 20 janvier et la  « possible » mise en œuvre de sa politique de relance budgétaire.

L’autre facteur de risque majeur pour les investisseurs réside dans l’occurrence d’une remontée plus soutenue qu’escomptée des taux d’intérêt à long terme. En dépit de la poursuite de la normalisation de la politique monétaire américaine de nombreux investisseurs s’inquiètent du timing de celle-ci compte tenu des tensions inflationnistes. Cette inquiétude est renforcée par de possibles effets de second tour qui pourraient survenir à la suite de hausses de salaire et qui pèseraient par ailleurs sur la profitabilité des entreprises.
Le mois est également marqué par la « volte-face » vis-à-vis des classes d’actifs émergentes. La remontée des taux longs ainsi que celle du dollar représentent des facteurs de risque significatifs pour les marchés émergents, les flux vers cette zone géographique sont en très nette diminution.

En termes d’allocations d’actifs, nos convictions d’investissements s’expriment principalement sur le crédit européen et dans une moindre mesure sur les actions, où nous maintenons une exposition prudente et diversifiée. Sur la période récente, nous avons allégé nos positions sur les stratégies de « minimum variance » ainsi que sur l’immobilier européen particulièrement touché par la hausse des taux récente. De plus, nous avons initié une position sur le secteur bancaire européen et sur les actions de petite capitalisation en Europe. En parallèle, nous scrutons d’éventuels points d’entrée sur le marché du crédit américain.

www.bft-im.com


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...