Connexion
/ Inscription
Mon espace

Frais Bancaires : comment maîtriser ses coûts ?

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

La tarification des services financiers est complexe, elle comptabilise plus de 180 postes de coûts. Etudier ses coûts financiers demande ainsi du temps et une expertise dont les entreprises ne disposent pas toujours. Pourtant, le contexte bancaire actuel et les taux toujours bas offrent des opportunités d’optimisation et de renégociation aux entreprises.

Ludovic Letellier, expert en frais bancaires chez Euklead, réseau d’experts en optimisation des coûts, revient sur les différents leviers d’actions pour optimiser ses coûts financiers.


Un marché bancaire favorable à la renégociation

Depuis quelques années, les taux d’emprunt affichent une tendance à la baisse. Une occasion pour les entreprises, qui ont obtenu des financements il y a quelques années lorsque les taux étaient hauts, de renégocier leurs prêts avant une probable hausse en début d’année. Si le marché est favorable à la renégociation, d’autres leviers d’optimisation peuvent être mis en place en complément.
« Pour optimiser ses coûts financiers il n’est pas suffisant de se focaliser sur les prix, d’autres économies doivent être réalisées. Il est nécessaire d’avoir une vue d’ensemble sur les coûts et de redéfinir le besoin de financement adapté à l’entreprise, de renégocier les taux et les tarifications et d’optimiser les flux en fonction des conditions et des banques. Pour optimiser ses coûts financiers, il faut ainsi se poser les bonnes questions sur ses besoins et sur l’offre actuelle de services bancaires », explique Ludovic Letellier d’Euklead.


Plusieurs problématiques peuvent être soulevées pour entreprendre une meilleure maîtrise de ses coûts :

- L’orientation des flux est un point majeur. Pour connaître les besoins de l’entreprise, des cartographies des flux sont réalisées par des cabinets d’experts. Il s’agit d’étudier les flux bancaires (paiement, encaissement, etc.) et d’évaluer le coût de chacun, permettant de réorienter l’entreprise vers des services financiers moins coûteux. Les flux doivent aussi être orientés en fonction du secteur de l’entreprise et de la spécialité de la banque. En fonction de leur spécialité par secteur d’activité, elles ont des sensibilités différentes. Il convient de proposer aux entreprises des banques qui offrent des services adaptés à leurs besoins. Par exemple, une entreprise internationale choisira une banque qui a une sensibilité vers l’international et avec un réseau important dans le monde.

- Une renégociation des prêts est possible grâce à la baisse des taux.

- La connaissance par une entreprise de sa cotation « Bâle 2 » au sein de sa banque lui permet également d’avoir un référentiel de son entreprise dans l’environnement bancaire. Plus la cotation est bonne et plus les taux proposés sont bons. Cette cotation dépend du bilan de l’entreprise et de la relation qu’elle entretient avec sa banque. Mais les entreprises n’ont souvent pas accès elles-mêmes à leur cotation, il faut pour cela qu’elles fassent appel à des experts du milieu bancaire. Connaître cette donnée permet de faire jouer la concurrence et de comparer les offres (services, tarifs, etc.) des autres banques pour ainsi renégocier avec sa banque actuelle ou éventuellement changer de banque.

- Une bonne entente avec sa banque permet aux entreprises de pouvoir être mieux accompagnées sur le long terme en bénéficiant de conseils adaptés à leur situation, de conditions obtenues à la signature du contrat qui sont maintenues malgré les nouvelles tarifications instaurées tous les six mois par les banques, etc.

- Le bilan chiffré de l’entreprise est également un point à ne pas négliger car meilleur il est, plus les banques sont confiantes pour accorder des offres avantageuses. Des solutions existent pour présenter un bilan sous un meilleur angle.

- La période de recherche de financements peut être l’occasion de consulter sa banque pour réévaluer en même temps ses frais bancaires, contrairement à ce que les entreprises peuvent penser.

En savoir plus : http://euklead.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Linxea propose une nouvelle gestion pilotée 100% ETF en partenariat avec Yomoni

Linxea étoffe son offre avec une nouvelle gestion pilotée 100% ETF et fonds indiciels. En partenariat avec Yomoni, société de gestion de portefeuille française 100% digitale, Linxea propose avec l'assureur Spirica, un mandat de gestion 100% ETF sur ses contrats d'assurance vie Linxea Spirit et de capitalisation Linxea Spirit Capitalisation. Les ETF un marché́ en pleine croissance 10% des clients Linxea ont déjà choisi des ETF comme supports en unités de compte au sein de leurs...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
La Financière de l’Echiquier renforce son ancrage en Espagne

Présente en Espagne depuis 8 ans, LFDE a noué un partenariat avec Altair Finance en 2010 pour distribuer ses fonds et souhaite à présent s'ancrer durablement sur ce marché stratégique. Mathias Blandin, responsable du développement commercial pour la péninsule ibérique, dirigera ce nouveau bureau depuis Madrid. Il avait intégré LFDE en 2012, et pilotait jusqu'à présent le développement commercial de LFDE en Espagne depuis Paris. Mathias Blandin aura également pour mission d'étendre la présence...