Connexion
/ Inscription
Mon espace

Billet mensuel du docteur Leber

ABONNÉS

Billet mensuel du Docteur Leber, fondateur d’Acatis, société de gestion indépendante allemande.

Un chef d’entreprise, « self-made-man », narcissique, misogyne et rebelle à tout conseil avisé, présentant la maturité émotionnelle et le degré d’éducation d’un adolescent en pleine puberté a été élu Président des États-Unis. Un homme qui a plusieurs faillites à son actif, qui a escroqué ses fournisseurs et à qui on ne s’aventurerait pas à acheter un véhicule d’occasion. Le modèle du « Wutbürger », le citoyen en colère, a vaincu celui de l’establishment. Un président américain aussi « disruptif » que Trump est plus difficile à jauger qu’une représentante de l’ancien establishment.  

La situation présente des similitudes avec celle du Brexit : une forte inquiétude dans un premier temps, mais pas de dommage visible. La première impression est donc celle d’un impact positif sur l’économie américaine. Compte tenu de l'importance de l’économie américaine, des préjudices importants sont toutefois attendus pour les partenaires commerciaux, tels le Canada, le Mexique, la Chine, le Japon et l’Allemagne. Les dommages à long terme aux États-Unis et en dehors ne seront visibles que plus tard, peut-être dans la deuxième partie de la mandature. Au cours des premières semaines suivant un changement de parti au gouvernement, les cours baissent typiquement plus fortement chez nous qu’aux États-Unis.

Trump peut faire beaucoup de dégâts. Les résiliations annoncées d'accords de libre-échange et l’instauration de droits de douane seraient à elles seules désastreuses. Sur le court terme et en apparence, cela semble bénéficier aux États-Unis et à leur économie. Pourtant, à moyen terme, les coûts sont très élevés. A titre d’exemple : un iPhone ne pourrait même plus être fabriqué aux Etats-Unis. Puces informatiques, lentilles de caméras, capteurs et boîtiers sont tous des composants de provenance internationale que des droits de douane rendraient plus chers. La Tesla comprend de nombreux composants fabriqués en Allemagne. Les voitures de grande série américaines contiennent de nombreuses pièces mexicaines et canadiennes. Tout cela va devenir plus cher. Et si Trump concrétise effectivement ses annonces d'expulsion de millions d'immigrés et de fermeture des frontières, il n’y aura sans doute plus de saisonniers pour les récoltes, ni de nounous. Le comble de l’ironie serait que le mur à la frontière du Mexique soit édifié par des ouvriers du bâtiment mexicains avec du ciment mexicain Cemex.

Cela dépendra beaucoup de la capacité des conseillers et de l’appareil politique à assouplir Trump, ou non. Dans le meilleur des cas, on peut s’attendre à une 2ème présidence à la Reagan. Dans le pire, et le plus vraisemblable, des cas, les préjudices économiques seront énormes. Dans un premier temps à l’extérieur et ensuite à l’intérieur des États-Unis. La politique internationale sera déstabilisée et le scénario se terminera peut-être par une procédure de destitution de mandat.  Quelle triste farce qu’un processus de désignation de candidat aboutisse à un résultat aussi pitoyable. Il y aurait eu de nombreux candidats intègres et capables.

Autre constat désolant : les politiques n’ont toujours pas appris à écouter le peuple. Or, la critique qui n’est pas écoutée débouche sur de la colère. Le monde moderne devient ainsi de plus en plus mystérieux. Qui saurait dire si la politique de la banque centrale a une influence, ou non, sur notre propre retraite ? Si la régulation bancaire saura empêcher la prochaine crise des subprimes, ou non ? Si les bœufs américains sont sains ou non ?

Comme nous ne comprenons plus le monde, nous cherchons la solution dans des décisions spectaculaires. Ce faisant, nous abêtissons la politique. Donald Trump en est le résultat.

Visionnaire, Warren Buffett avait déclaré cette année à l’Assemblée générale de Berkshire Hathaway que l’Amérique avait vécu des choses plus terribles qu'une présidence Trump. Même Trump ne parviendra pas à détruire le pays.

http://www.acatis.de/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...