Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’engouement des investisseurs institutionnels pour les obligations convertibles ne se dément pas

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Le marché européen des obligations convertibles poursuit sa croissance et les sociétés continuent de profiter de conditions d’émission particulièrement favorables. De leur côté, les investisseurs institutionnels apprécient un segment particulièrement adapté à la faible visibilité des marchés actions.


Par Benjamin Philippe, gérant du fonds Opéra Convertibles chez Degroof Petercam Gestion

Le marché des obligations convertibles (OC) poursuit sa progression en 2016. En Europe, il atteint désormais 71 Mds€ en volume, contre 67 Mds  au début de l’année, dans un marché global de 500 Mds€. Depuis le début de l’année, 30 émissions ont été recensées en Europe dont 2 qui ont dépassé le milliard d’€ : Steinhoff et Airbus. Le mois dernier, Casino Rallye a émis pour 200 M€ sur ce segment et Rémy Cointreau a levé, début septembre, 275 M€ sous la forme d’Oceane (obligations convertibles en actions nouvelles ou existantes). Un intérêt pour les obligations convertibles qui concerne aussi bien les grandes capitalisations que les valeurs moyennes.
Ce dynamisme relatif du marché des obligations convertibles en Europe met en lumière les conditions attractives d’émission pour les entreprises qui peuvent placer leur papier à moindre coût. Les coupons à verser aux investisseurs atteignent des niveaux particulièrement bas. Le choix de recourir à l’émission d’une obligation convertible permet aussi à la société émettrice, qui décide dans 90% des cas des conditions de la conversion éventuelle de l’obligation en action, de garder la main sur la structure de son capital et sa dette obligataire.

Du côté des investisseurs, chaque émission est largement sursouscrite, preuve de l’appétit des investisseurs institutionnels pour ce segment porteur. Ceux-ci apprécient la souplesse d’un placement qui permet de profiter du dynamisme du marché actions (en convertissant l’OC) tout en s’offrant une protection en cas de baisse grâce à la composante obligataire (qui peut être conservée jusqu’à l’échéance). Le caractère asymétrique des obligations convertibles permet d’obtenir en moyenne les 2/3 de la performance d’un indice action dans une période de hausse mais d’en subir seulement un tiers en cas de baisse. Un outil de protection particulièrement adapté dans des phases de marché troublées. Au cours des 10 dernières années, la performance annualisée de l’Exane Convertibles Europe ressort à +3,6% à comparer avec une hausse de +1,1% pour l’Eurostoxx 50.


Priorité à la qualité du sous-jacent

Malgré le succès des émissions récentes, l’obligation convertible reste encore délaissée par de nombreux investisseurs qui appréhendent mal ce segment pourtant parfaitement adapté au contexte de marché actuel. Les marchés actions, qui ont déjà beaucoup progressé depuis 2012, sont marqués par le retour du risque politique (négociations sur le Brexit) et le resserrement monétaire en cours aux Etats-Unis. Le cycle de reprise économique semble marquer le pas aux Etats-Unis et l’Europe est engluée dans une croissance atone. Les marchés obligataires offrent de leur côté des rendements très faibles et les stratégies alternatives pour aller chercher du rendement deviennent incontournables.
En règle générale, les gérants d’obligations convertibles étudient en priorité la structure des obligations (rendement, duration etc.) puis déterminent selon leurs critères celles sur lesquelles ils investiront. Notre approche est différente : nous nous déterminons d’abord en fonction de la qualité du sous-jacent. Une obligation convertible peut répondre à toutes les caractéristiques demandées mais reposer sur un émetteur au profil peu attractif. Dans cette hypothèse, nous la retirerons. Nous sommes des « stocks pickers » au sein de ce compartiment de marché et nous tenons à cette approche singulière car elle a fait ses preuves.

https://www.degroofpetercam.com/index

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Linxea propose une nouvelle gestion pilotée 100% ETF en partenariat avec Yomoni

Linxea étoffe son offre avec une nouvelle gestion pilotée 100% ETF et fonds indiciels. En partenariat avec Yomoni, société de gestion de portefeuille française 100% digitale, Linxea propose avec l'assureur Spirica, un mandat de gestion 100% ETF sur ses contrats d'assurance vie Linxea Spirit et de capitalisation Linxea Spirit Capitalisation. Les ETF un marché́ en pleine croissance 10% des clients Linxea ont déjà choisi des ETF comme supports en unités de compte au sein de leurs...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
L’Autorité des marchés financiers dévoile ses priorités pour 2019

A l'occasion de ses vœux à la presse, Robert Ophèle, le Président de l'AMF, a appelé à un sursaut en faveur d'une plus grande intégration européenne à l'approche du Brexit et des élections européennes, pour assurer une Union des marchés de capitaux forte et compétitive. Après une année 2018 décevante, la sortie programmée du Royaume-Uni et le rendez-vous des élections européennes au printemps 2019 constituent un tournant pour l'Union européenne. Résolue à s'engager pour une Europe à 27 forte,...