Connexion
/ Inscription
Mon espace

Réduire le risque d’investissement n’est pas une option pour les assureurs

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 Selon une étude* de BlackRock, l’environnement de croissance faible et de taux durablement bas, renforce l'appétit pour le risque des assureurs, en dépit des incertitudes géopolitiques.

Dans ce contexte d’instabilité géopolitique, de rendements obligataires faibles et de croissance atone, la 5ème édition de l’enquête mondiale annuelle BlackRock sur l'assurance, révèle que seulement 8% des répondants prévoient de réduire leur exposition au risque, 47% envisagent une augmentation et 46% souhaitent maintenir un niveau similaire sur les 12 à 24 prochains mois. Ces résultats soulignent un niveau de prudence légèrement plus élevé qu’en 2015, alors que 57% des assureurs dans le monde prévoyaient de s’exposer davantage au risque, tandis que 38% visaient à maintenir un niveau stable.

Patrick M. Liedtke, responsable du département gestion d'actifs Assurance de BlackRock en Europe, a notamment déclaré : « […] Bien que l’appétit pour le risque ait légèrement diminué depuis l'année dernière, les assureurs prennent beaucoup plus de risques que dans le passé, à mesure qu’ils élargissent leurs horizons pour trouver de nouvelles sources de rendement et de revenus. »

Le Brexit enracine les tendances passées
La faiblesse de la croissance mondiale a été l’un des sujets de préoccupation phares des enquêtes précédentes :  depuis 2014, environ 50% des répondants considèrent ce problème comme l’un des plus menaçants vis-à-vis de leur stratégie d’investissement, bien qu’il soit maintenant relégué au second plan derrière la perception d’un environnement politique beaucoup plus instable.

Le risque géopolitique est invoqué par 51% des assureurs comme l’un des plus sérieux affectant les stratégies, contre 25% en 2014.

La faiblesse prolongée des taux d’intérêt est désignée comme le risque de marché le plus important par 59% des répondants, suivi de près par la volatilité des prix des actifs pour 57%.
Bien que ces résultats soient antérieurs au vote du Brexit intervenu fin juin, un nouveau sondage flash conduit auprès de plus de 100 assureurs a fait ressortir que les retombées du Brexit semblent amplifier les tendances préalablement anticipées, notamment sur le sujet des taux d’intérêt durablement bas.

Le casse-tête de l’allocation d’actifs
La volonté des assureurs de s’exposer davantage au risque contraste avec la proportion élevée de répondants qui prévoient d'augmenter leur allocation aux liquidités et aux emprunts d’État. 50% des assureurs disent vouloir renforcer leurs détentions de liquidités au cours des prochains mois, contre 36% l'année dernière, alors que 47% d’entre eux estiment toujours augmenter leur allocation aux emprunts d’État, qui est la classe d’actifs obligataire la plus citée.
Du côté des actifs risqués, 41% des assureurs ont l’intention d'accentuer leurs pondérations des titres obligataires non-investment grade, contre seulement 26% en 2015, et 21% disent vouloir augmenter leur allocation aux actions, contre 13% l'année dernière.
Parallèlement, très peu ont prévu d'accroître leur allocation aux obligations investment grade comparé à l'année dernière : seulement 21% contre 45% en 2015.

Intérêt marqué pour les marchés privés
Le rapport souligne une forte volonté de renforcer l'allocation aux marchés privés :

- 53%
des assureurs ont l’intention d'accentuer leur exposition aux prêts hypothécaires commerciaux, contre 38% l’année dernière ;

- du côté des titres immobiliers commerciaux,
48% prévoient une augmentation de leur allocation, alors qu’ils étaient 30% en 2015.

- l’intérêt porté au capital-investissement
fait également ressortir cette tendance, sachant que 49% pensent accroître leur allocation à ce segment, contre 27% il y a un an.

Toutefois, les assureurs ont évoqué plusieurs barrières les empêchant de concrétiser pleinement leurs ambitions sur les marchés privés. Elles se rattachent principalement aux charges de capital ou encore à l'efficacité du capital, qui est citée par 46% des interrogés. La collaboration avec les équipes dirigeantes apparaît cruciale, et 27% des assureurs affirment travailler sur la formation des parties prenantes en interne.


La portée de Solvabilité II

En 2016, les questions réglementaires restent un facteur de risque macro majeur pour 46% des répondants (soit le troisième facteur le plus important), soit une hausse de 6 points de pourcentage par rapport à l'année dernière. Toutefois, la nouvelle réglementation n’est plus considérée comme un vecteur de changement significatif au sein du secteur de l’assurance.
Les inquiétudes réglementaires divergent selon les pays, mais la directive Solvabilité II demeure le sujet de préoccupation N°1 pour l'ensemble des assureurs. Elle a été citée par 53% d'entre eux comme ayant l’incidence la plus marquée sur leur processus décisionnel. Les acteurs anticipent globalement un élargissement probable des réformes sur les fonds propres à des pays hors de l’Europe dans les 3 à 5 prochaines années.

Patrick M. Liedtke conclut : « les exigences de fonds propres de Solvabilité II sont entrées en vigueur pile au moment où les assureurs renforçaient leur exposition aux actifs risqués afin de soutenir leurs business models. Bien que les modalités puissent être différentes, les assureurs en dehors de l’Europe se préparent à s'adapter à des règles plus strictes, mais devraient parallèlement disposer de plus d’opportunités de diversification. Dans ce contexte hautement concurrentiel, savoir assurer une gestion intelligente et efficace des investissements devient un élément différenciateur de plus en plus important. »

* Etude menée par The Economist Intelligence Unit auprès de 315 responsables du secteur.

https://www.blackrock.com/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....