Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les dividendes français enregistrent la 3ème hausse la plus rapide au monde

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

La France s’est placée à la 3ème place mondiale, en termes de rapidité de croissance des dividendes, au cours de ce 2ème trimestre déterminant, selon la dernière édition de l’Indice Henderson des dividendes mondiaux (HGDI). Points clés de cette 11ème édition.

Quasiment 9 sociétés françaises sur 10 ont augmenté leurs dividendes ou les ont maintenus. Les banques françaises ont continué de reconstruire leurs dividendes suite à la crise financière : SocGen, BNP et Crédit Agricole ont augmenté leurs distributions de 50 à 70%. La situation fut également bonne sur une vaste gamme de secteurs, des sociétés aussi variées que Renault, LVMH et Safran augmentant toutes fortement leurs dividendes.

Les deux tiers des dividendes européens sont payés au cours du 2ème trimestre et le caractère saisonnier des dividendes de la région est le plus prononcé au monde. Les dividendes européens ont atteint 140,2 Mds$ US, ce qui représente les deux cinquièmes des dividendes totaux payés, à l’échelle internationale, au cours du 2ème trimestre. Les dividendes totaux ont augmenté de 1,1% par rapport au 2ème trimestre 2015. Les dividendes sous-jacents ont, toutefois, fortement progressé à 4,1%), après ajustement de la baisse des dividendes extraordinaires et d’autres facteurs moins importants. La forte baisse des dividendes de Volkswagen et de Deutsche Bank a affecté le total de l’Europe et a poussé l’Allemagne à chuter dans le classement mondial. Il est toutefois important de signaler que plus des quatre cinquièmes des sociétés européennes ont maintenu ou augmenté leurs dividendes par rapport au 2ème trimestre 2015.

Plus de 80% des dividendes européens de l’année 2016 ont déjà été payés. L’ensemble des secteurs et des pays de la région ont versé des dividendes, ce qui est encourageant pour les investisseurs.

Les dividendes totaux, à l’échelle internationale, ont augmenté de 2,3%, pour atteindre 421,6 milliards de dollars US, soit une hausse de 9,7 Mds$ US par rapport au 2ème trimestre 2015. Les dividendes sous-jacents ont augmenté de 1,2%. Cette augmentation est moins importante que celle réalisée au cours du 1er trimestre à +3,1%. Ceci s’explique, notamment, par les tendances saisonnières marquant le 2ème trimestre, au cours duquel certaines régions progressant moins rapidement ont une incidence plus importante sur le total mondial, mais aussi par la plus faible performance des Etats-Unis. Les dividendes sous-jacents américains ont augmenté de 4,6%, ce qui correspond à la croissance la moins rapide depuis 2013, reflétant la faible croissance des bénéfices aux Etats-Unis en raison, notamment, de l’impact de la solidité du dollar US.

Dans le reste du monde, les dividendes totaux japonais ont augmenté de 28,8% mais cette hausse fut principalement liée à la solidité de la devise japonaise. Les dividendes sous-jacents japonais ont chuté de 0,8%, les bénéfices des sociétés ayant été affectés par ce même facteur. Toyota Motor illustre bien ce phénomène. La société a diminué son dividende final en yen de 12%, la solidité du yen ayant fortement affecté ses bénéfices. Les dividendes ont fortement chuté, par rapport au deuxième trimestre 2015, dans les pays émergents ainsi qu’au Royaume-Uni mais se sont mieux comportés dans la région Asie-Pacifique.

Les dividendes devraient être moins importants au cours du 2ème semestre 2016, qu’au cours du 1er, les tendances saisonnières signifiant que l’accent est désormais mis sur les régions du monde dont les dividendes progressent moins rapidement, tels que les pays émergents, l’Australie et le Royaume-Uni. Nous avons donc, suite aux tendances enregistrées au cours du deuxième trimestre, revu nos prévisions à la baisse pour l’ensemble de l’année. Nous estimons désormais que les dividendes atteindront 1,160 milliards de dollars US en 2016, contre 1,180 milliards précédemment. Ceci correspond à une augmentation de 1,1% des dividendes totaux et de 1,4% des dividendes sous-jacents.

Selon Alex Crooke, Directeur de la gestion actions internationales à fort rendement chez Henderson Global Investors : « La croissance encourageante de l’Europe contribue à équilibrer la situation d’ensemble des dividendes. Les sociétés françaises, en particulier, ont fortement contribué à la progression de la région et les résultats moyens ont été plus liés à certaines sociétés ou à certaines tendances spécifiques à certains secteurs, comme l’impact de la baisse du cours des matières premières, plutôt qu’à une situation économique difficile. La croissance ralentie des dividendes aux Etats-Unis n’est pas une source d’inquiétude. Ce ralentissement s’est enclenché à la fin de l’année dernière mais il faut plutôt l’interpréter comme une normalisation vers une croissance durable des dividendes, après plusieurs trimestres de croissance à deux chiffres.

« Le vote de sortie du Royaume-Uni de l’UE a conduit à une dévalorisation de la livre sterling. Ceci entrainera une baisse de la contribution du pays aux dividendes mondiaux mais son impact devrait être moins prononcé que la dépréciation de la livre sterling ne le laisse suggérer, les plus importantes sociétés britanniques opérant sur le monde entier et bon nombre d’entre elles payant leurs dividendes en dollars US.

« L’adoption d’une approche mondiale, sur le marché des actions à fort rendement, permet aux investisseurs de réduire leur dépendance à un pays donné et de bénéficier d’une croissance des dividendes plus stable, au fil du temps, ce qu’un investissement sur un pays unique ne pourrait généralement pas leur offrir. »

https://www.henderson.com/frpi

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...