Connexion
/ Inscription
Mon espace

Il est temps de s’intéresser à nouveau aux marchés émergents

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Si les économies émergentes ont connu un triple choc depuis 2014 et que la situation se stabilise sur tous les fronts, des opportunités s’ouvrent aux investisseurs en particulier sur le marché des obligations d’entreprises, selon les équipes de gestion de Swiss Life AM.

Alors que les investisseurs du monde entier s’interrogent sur les conséquences du Brexit pour l’économie européenne, il est intéressant de regarder de plus près les opportunités offertes par les marchés émergents. Peuvent-ils être à nouveau un moteur de l’économie mondiale tandis qu’une période d’incertitude s’ouvre en Europe et que la croissance américaine donne des signaux contradictoires ? « Si la moitié de la croissance mondiale est assurée par les pays émergents, ceux-ci ont eu à subir plusieurs chocs depuis 2014 : la chute des prix des matières premières, des enjeux politiques dans plusieurs pays, le ralentissement de la demande chinoise. Mais ces facteurs négatifs sont en voie d’amélioration graduelle.  Le choc des matières premières est digéré, la Russie et le Brésil vont sortir de la récession en fin d’année et la Chine stabilise sa croissance à court terme » explique Claudia Bernasconi, économiste spécialiste des marchés émergents.

Au Brésil,  la nomination de Michel Temer au poste de Président par intérim est un signal positif, même si le retour de la croissance prendra du temps. Si le pays traverse sa plus grave récession depuis les années 1930, la situation s’améliore peu à peu alors que le pays s’apprête à accueillir les Jeux Olympiques cet été : l’inflation recule et la banque centrale garde des marges de manœuvre pour baisser les taux d’intérêt.

En Russie, la situation macroéconomique s’améliore également : le rebond récent des prix du pétrole est une bonne nouvelle pour le pays malgré la reconduction des sanctions occidentales qui pénalisent toujours son économie.

En Inde, le gouvernement Modi a créé une dynamique positive mais même au Brésil, le rebond de la croissance dépend de la mise en œuvre de réformes importantes à venir.

En Chine, les mesures d’assouplissement ont permis de stabiliser la croissance à court terme. Elle devrait s’établir aux environs de 6% en 2017. L’effondrement a été évité même si des problèmes structurels perdurent.


Le modèle chinois s’est grippé à l’été 2015 mais ne s’est pas effondré

Les investisseurs ont pris conscience des fragilités structurelles de la Chine, deuxième économie mondiale, lorsqu’elle a brutalement dévalué sa monnaie le 11 août 2015. Cette dévaluation trouve son origine en 2010 quand le modèle chinois a commencé à montrer des signes de dysfonctionnement. Depuis 1992, les exportations et la production industrielle ont été respectivement multipliées par 32 et 24 !
Ce modèle basé sur l’exportation a permis à la Chine d’accumuler un stock considérable de devises avec près de 4 000 Mds€. « La dévaluation d’août 2015 a laissé penser que la Chine souhaitait relancer la guerre des changes, mais elle est davantage une réponse à la dégradation de son économie et aux sorties massives de capitaux qu’elle a subie suite à cette dégradation. Ce phénomène a abouti à des sorties massives de capitaux, un mouvement inédit qui a amené la Banque de Chine à réagir » analyse Eric Bourguignon, Directeur de la gestion taux et crédit.
Avec la stabilisation de la croissance chinoise, et la sortie de récession du Brésil et de la Russie attendue pour cette année, la thématique émergente ne peut être écartée au sein d’un portefeuille convenablement diversifié. « En 2015, les obligations des marchés émergents  libellées en devises fortes (dollar, euro, yen, etc.) sont l’une des rares classes d’actifs à avoir dégagé une performance positive et cette tendance devrait se poursuivre en 2016 » relève Rishabh Tiwari, Gérant du fonds Swiss Life Funds (LUX) – Bond Emerging Market Corporates. Or, la croissance du PIB des pays émergents semble avoir dépassé le point bas, les révisions à la baisse de plusieurs pays ont déjà été effectuées par les agences de notation et peu de nouvelles dégradations semblent probables, à l’exception de quelques pays comme la Turquie ou l’Afrique du Sud.


Investir à un horizon moyen-long terme

Par conséquent, Swiss Life AM juge le moment opportun pour revenir sur le marché du crédit émergent dans une optique de moyen-long terme (investissement supérieur à 6 mois). L’univers du crédit émergent est vaste et nécessite une sélection très précise des actifs. L’équipe préfère se focaliser sur les obligations d’entreprises bien notées (Investment Grade) et libellées en devises fortes car elles offrent une meilleure liquidité, une moindre volatilité et une plus grande transparence, en comparaison des obligations libellées en devises locales. Les obligations d’entreprises sont également préférées aux obligations souveraines, car leur univers offre une meilleure diversification.

« Nous restons prudents sur le Brésil (affaire Lava Joto, réformes du président Temer difficiles à mettre en œuvre, perspectives toujours incertaines pour les matières premières) alors que nous sommes plus positifs sur l’Inde, avec toutefois une exception sur le secteur bancaire, encore fragile » conclut Rishabh Tiwari.

http://www.swisslife-am.com/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...