Connexion
/ Inscription
Mon espace

6 200 milliards US $, c''est l'encours de gestion des actifs alternatifs dans le monde

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon une étude de Willis Towers Watson*, le total des actifs gérés par les 100 premiers gérants d’investissement alternatifs a atteint 3 600 Mds$, soit une hausse de 3% par rapport à l’année précédente.

L’enquête Global Alternatives Survey, qui couvre 10 catégories d’actifs et 7 types d’investisseurs, on trouve parmi les 100 premiers gérants d’investissements alternatifs :

- les gérants immobiliers avec 34% des actifs et plus de 1 200 Mds$

- Axa IM en 15ème position, suivis

- des hedge funds : 21% et 755 Mds$

- des gérants de private equity : 18% et 640 Mds$

- des fonds de fonds de private equity (PEFoF) : 12% et 420 Mds$

- des fonds de hedge funds (FoHF) : 6% et 222 Mds$

- des fonds d’infrastructures : 5%

- du crédit illiquide : 5%

L’étude présente également un classement des meilleurs gérants en fonction de l’encours sous gestion, sur chaque segment. Les données de l’étude élargie à 602 entrées montrent que le total de l’encours sous gestion des actifs alternatifs dans le monde s’établit désormais à 6 200 Mds$. L’étude présente également, pour la première fois, le niveau des actifs investis dans l’assurance, qui s’élève à environ 30 Mds$ dont près des deux tiers sont investis en Europe par 13 gérants différents.

Selon l’étude, qui regroupe des données sur un large éventail d’investisseurs institutionnels de différents types :
-  les actifs des fonds de pension représentent 34% des actifs des 100 premiers gérants alternatifs, suivis
- des gérants de patrimoine : 19%
- des compagnies d’assurance : 10%
- des fonds souverains : 6%
- des banques : 2%
- des fonds de fonds : 2%
- des fonds de dotation et fondations : 2%.

Sur les 100 principaux gérants, l’Amérique du Nord reste la destination phare des investissements alternatifs pour 50%, le crédit illiquide et les fonds d’infrastructures sont les seules catégories d’actifs les plus investis en Europe. Dans l’ensemble, 37% des actifs alternatifs sont investis en Europe, 8% en Asie-Pacifique et 5% dans le reste du monde.

Les actifs des fonds de pension gérés par les 100 premiers gérants d’actifs pour les fonds de pension ont encore gagné du terrain par rapport à l’année dernière et atteignent presque 1 500 Mds$.

Les gérants immobiliers gardent la plus grande part des actifs de fonds de pension avec 40%, suivis des PEFoF (20%), des hedge funds (10%), du private equity (9%), des fonds d’infrastructures (8%), des FoHF (7%) et du crédit illiquide (4%).

A à fin 2015, le classement des 25 premiers gérants d’actifs alternatifs de chaque catégorie d’actifs se décomposait ainsi :

- 476 Mds$, soit +4% pour la gestion de patrimoine

- 304 Mds, soit +1% pour l’assurance

- 173 Mds$, soit +8% pour les fonds souverains

- 100 Mds€, soit -10% pour les actifs bancaires

- 89 Mds€, soit -10% pour les fonds de fonds

- 87 Mds$, soit +8% pour les fonds de dotation et les fondations

Enfin, selon l’étude,

Macquarie Group est le principal gérant d’actifs d’infrastructures avec plus de 95 Mds$ et un classement au plus haut niveau des notations globales.

Blackstone
se place à la 1ère marche du double podium des gérants de private equity, avec plus de 94 Mds$ et des gérants immobiliers avec près de 94 Mds$. Blackstone, encore, occupe le 1er rang des gérants FoHF après près de 68 Mds$.

Bridgewater Associates s’affirme comme le numéro 1 des gérants de hedge funds avec 88 Mds$.

Goldman Sachs est en tête pour la gestion des PEFoF avec presque 45 Mds$ 

M&G Investments est en 1ère place sur le segment du crédit illiquide avec plus de 33 Mds$.  

PIMCO s’impose sur la gestion des matières premières avec 10 Mds$.

TIAA sur les actifs réels avec plus de 7 Mds$.

LGT Capital Partners sur les investissements d’assurance.

*Willis Towers Watson est l’un des plus grands cabinets de conseil, de courtage et de solutions logicielles au monde.
https://www.willistowerswatson.com/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...