Connexion
/ Inscription
Mon espace

Conseillers patrimoniaux et transformation digitale : vers une évolution des métiers

ABONNÉS

Tribune d’Eric Fournel, Président de Nouvelles Donnes

Alors que les produits monétaires sont de moins en moins rémunérés, les Français épargnent de plus en plus. Les clients ont donc plus que jamais besoins des conseils pour gérer efficacement leur patrimoine. Or, dans un contexte de transformation digitale, le métier de conseiller patrimoine est amené à évoluer. Comment expliquer ce phénomène ? Comment réagir face à cette transformation digitale ?


Plus de compétences, plus d’assistance, plus d’attention

En 2008, le monde de la banque et de la finance a fait face à une crise sans précédent. De nombreux clients avaient investi dans des produits patrimoniaux et ont perdu une partie de leur épargne. Depuis, les clients attendent une véritable démonstration de connaissances et de compétences afin de reconstruire une relation de confiance avec leurs conseillers.
Grâce aux fintech, les clients peuvent avoir accès à tous les produits financiers existants dans le monde à des conditions financières très avantageuses. Dans ce contexte, la valeur ajoutée des conseillers n’est plus la mise à disposition de l’offre mais bien la qualité du conseil et de l’expertise apportée au client.
Avec UBER, les modes de consommation des services ont évolué. Cette application a permis de découvrir que même pour 10€ les clients avaient droit à de la réactivité, de la disponibilité et des attentions. La contagion est rapide. Pour plusieurs milliers voir millions d’euros, les épargnants attentent en complément d’un conseil patrimonial haut de gamme, un service de qualité.


Quelles sont les transformations en cours?

Certification des connaissances : La crédibilité est désormais un facteur de différenciation majeur. Le crédit de confiance se construit sur les compétences et connaissances. C’est pourquoi la BNP a mis en œuvre une base de connaissances et un programme d’assessment très pointu pour tous ses conseillers patrimoniaux. Dans les groupes Crédit Agricole et BPCE, plusieurs banques régionales dotent leurs équipes d’applications sur Smartphone afin de faciliter le maintien des connaissances en 5 minutes par jour.

Proactivité : Un proverbe chinois dit  « je n’ai besoin de personne pour me dire ce que je sais ». Ce mantra prend de plus en plus de sens pour les banquiers privé. En effet, avec le développement des fintech, l’accès à l’offre est facilité. Soit le Banquier privé exploite la puissance de solutions CRM et devance les besoins du client, soit il y a fortes chances que l’épargnant achète ailleurs. Plusieurs grandes banques, comme la Société Générale, investissent fortement sur la connaissance client et les dispositifs de proactivité.

 Conquête : Le principal levier de conquête demeure la recommandation active et plusieurs réseaux déploient des formations sur ce sujet (BNP, Crédit du Nord). Les réseaux sociaux sont également de plus en plus utilisés comme média de conquête. Une banque Suisse intègre désormais au système de rémunération variable des banquiers privés leur rayonnement social (taille du réseau, nombre de publications, nombre d’ « in-mails »).
Partage et transmission des compétences : Chez LCL, les conseillers  en banque privée se sont organisés en petites équipes de 3 ou 4 personnes (1 expert, 1 ou 2 conseiller, 1 assistant). Il s’agit de favoriser l’esprit d’équipe en cassant les lignes hiérarchiques séparées. Ce nouveau fonctionnement offre d’excellents résultats en développement de compétences et en continuité de service

Nouveaux services : Trois grandes notions apparaissent grâce au développement qualitatif des centres de relation clients : continuité de service, conciergerie bancaire, gestion multi-acteurs. Le conseiller privé n’est plus propriétaire de sa relation avec le client, il en est plus que jamais responsable.

* Nouvelles Donnes, spécialiste du développement, conseille depuis 2003 les établissements financiers et les accompagne dans l’orientation et le déploiement de leur stratégie en France et à l’international.
http://www.nouvellesdonnes.com/

 

Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Linxea propose une nouvelle gestion pilotée 100% ETF en partenariat avec Yomoni

Linxea étoffe son offre avec une nouvelle gestion pilotée 100% ETF et fonds indiciels. En partenariat avec Yomoni, société de gestion de portefeuille française 100% digitale, Linxea propose avec l'assureur Spirica, un mandat de gestion 100% ETF sur ses contrats d'assurance vie Linxea Spirit et de capitalisation Linxea Spirit Capitalisation. Les ETF un marché́ en pleine croissance 10% des clients Linxea ont déjà choisi des ETF comme supports en unités de compte au sein de leurs...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
L’Autorité des marchés financiers dévoile ses priorités pour 2019

A l'occasion de ses vœux à la presse, Robert Ophèle, le Président de l'AMF, a appelé à un sursaut en faveur d'une plus grande intégration européenne à l'approche du Brexit et des élections européennes, pour assurer une Union des marchés de capitaux forte et compétitive. Après une année 2018 décevante, la sortie programmée du Royaume-Uni et le rendez-vous des élections européennes au printemps 2019 constituent un tournant pour l'Union européenne. Résolue à s'engager pour une Europe à 27 forte,...