Connexion
/ Inscription
Mon espace

La croissance de qualité continue de porter ses fruits

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Vincent Strauss, Président de Comgest, Céline Piquemal-Prade, Gérante senior, Actions Internationales, et Laurent Dobler, Gérant senior, Actions Europe.

Les actions restent une classe d'actifs très attractive pour 2013, dans la mesure où elles sont toujours associées à une prime de risque historiquement très élevée. Néanmoins, les sources de croissance des bénéfices à l’échelle mondiale se sont déplacées depuis la crise financière. Cela a conduit à une redécouverte des marchés développés au cours des deux dernières années.

Se concentrer sur les fondamentaux et rechercher la croissance de qualité reste aussi important en 2013 qu'en 2012 car les politiques monétaires mondiales ont déclenché des ondes de choc significatives sur la valorisation des actifs et du risque.

Au niveau mondial, les sources de croissance des bénéfices se sont déplacées des pays émergents vers les pays développés depuis la dernière crise financière. En d'autres termes, nous n'avons pas assisté à un découplage des pays émergents. Avant cette crise mondiale, les taux de croissance des bénéfices des entreprises dans les pays émergents dépassaient régulièrement ceux des pays développés. Ce phénomène est aujourd’hui remis en cause par la hausse des salaires et des coûts relatifs aux infrastructures dans les pays émergents, entraînant une diminution de leurs avantages compétitifs par rapport aux économies développées. Dans le même temps, les pays développés ont enregistré des hausses importantes de productivité et de rentabilité depuis le début de la crise.

Les marchés émergents restent une région d’investissement attractive mais, dans ces économies, le moteur de la consommation intérieure prend progressivement le pas sur celui des exportations. De nombreuses entreprises profitent déjà aujourd'hui de cette tendance et un nombre croissant de marques de grande consommation comme Heineken, L'Oréal ou Samsonite s'attaquent à ces marchés en croissance rapide. Par ailleurs, les efforts pour augmenter la productivité dans les pays émergents exigent souvent des technologies des pays développés. Fanuc, le leader mondial japonais de robots à destination des usines, qui exporte une partie importante de ses produits en Chine, en est un exemple.

Pour tirer parti de ces changements, nous avons augmenté de 66 à 84% l'exposition de notre fonds d’actions internationales Comgest Monde aux actions d'entreprises des pays développés au cours des trois dernières années. Outre cette tendance à la hausse des dépenses de consommation dans les pays émergents, deux autres méga-tendances nous semblent porteuses de croissance : le « Big Data » (Adobe, Google, Oracle) et le vieillissement de la population mondiale (Biomarin, Medtronic, Johnson & Johnson, Hoya). Résultat de notre approche « bottom-up », les deux tiers de notre portefeuille reflètent ces trois méga-tendances.

Malgré la reprise de fin d'année, les actions souffrent encore, en tant que classe d'actifs, d'une bulle de sécurité fortement influencée par l’effet pervers des politiques monétaires mondiales sur la perception du risque par les investisseurs. Depuis 2008, nous avons observé un mouvement massif de retrait des marchés d'actions, tendance qui commence juste à s’inverser si l’on se base sur les chiffres du quatrième trimestre 2012. Les entreprises offrant une croissance de qualité représentent ainsi des opportunités d'achat intéressantes.

Les effets pervers de la politique monétaire sur les primes de risque et le prix des actifs ont, d’autre part, permis aux banques et aux gouvernements de repousser les mesures de restructuration qui s'imposent. Les déséquilibres sociaux continuent de se renforcer, par exemple ceux entre les différentes générations sur le marché du travail ou les disparités entre propriétaires immobiliers et locataires.

Il en résulte un scénario incertain pour 2013. Les marchés d'actions devraient offrir, selon nous, les meilleures opportunités de placement, étant donné que les obligations d'État sans risque devraient avoir un rendement négatif à moyen terme.

D'un point de vue macroéconomique, les taux d'intérêt réels négatifs annoncent un environnement de croissance qui devrait rester faible en 2013. Il existe cependant des signes d’une possible reprise de l'économie mondiale. La baisse des stocks en Chine devrait toucher à sa fin, le marché américain de l'immobilier résidentiel se redresse et une hausse des dépenses d'investissement est à prévoir en 2013, en particulier dans le domaine des TI. La vague mondiale des révisions à la baisse des bénéfices semble refluer. Notre approche « qualité et croissance » permet à nos portefeuilles d’être relativement indépendants des facteurs macroéconomiques.

Notre équipe d’investissement sur les actions européennes a pu dégager une excellente performance en 2012. Tandis que le MSCI Europe s'est apprécié de 17,29% de janvier à décembre 2012, Comgest Growth Europe a réalisé une performance de 28,89% grâce à des investissements dans des entreprises européennes de qualité affichant une performance remarquable telles que Essilor, ARM, Dassault Systèmes ou Inditex, pour n’en citer que quelques-unes.

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...