Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Quand l’instabilité est contre-productive : proposition d’un sénateur en faveur d’un « pacte Dutreil renforcé »

"Libre parole" d'Olivier Rozenfeld, Président du Groupe Fidroit

L’article 787 B du CGI prévoit, sous certaines conditions, l’exonération de droits de mutation à titre gratuit, à concurrence de 75% de leur valeur, des parts ou actions d’une société ayant une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale transmises par décès ou entre vifs (« pacte Dutreil »). Le sénateur Claude Nougein estime que « ce dispositif ne répond pas complètement aux problèmes posés par la transmission d’une entreprise..« Tout d’abord, il est difficile d’évaluer une entreprise familiale et, dans l’incertitude, l’administration fiscale a tendance à considérer que l’existence d’une exonération partielle justifie une évaluation maximale."

Selon Olivier Rozenfeld : « on voit déjà les effets pervers d’un texte favorable. Appliquer une mesure de faveur serait, à priori, vécue par l’Administration comme un abus… » « Ensuite et surtout, la combinaison des droits de mutation, même abaissés, et de l’impôt de solidarité sur la fortune crée dans certains cas - et notamment celui des entreprises les plus dynamiques - une situation où les héritiers ou donataires sont amenés à céder leurs parts, faute de pouvoir faire face à leurs obligations fiscales. En effet, seul celui des héritiers ou donataires qui prend la direction de l’entreprise voit ses parts être exonérées de l’impôt sur la fortune ; les autres, dès lors que l’entreprise est suffisamment valorisée, se trouvent soumis à un impôt annuel dont les taux sont aujourd’hui largement supérieurs à celui de l’inflation, et qui vient s’ajouter aux droits de mutation. Les héritiers ou donataires des entreprises moyennes en croissance - celles précisément dont on sait la place insuffisante dans le tissu économique français - sont ainsi fréquemment conduits par le poids combiné des prélèvements à opter pour la cession de l’entreprise à un groupe plus importantou à un fonds d’investissement, ce qui peut s’avérer parfois catastrophique pour les territoires ruraux. »

Très souvent, cette cession a pour conséquence le transfert du centre de décision vers un grand centre économique français ou étranger, qui n’a pas, par définition, le sens des responsabilités sociales et locales qui est celui d’une entreprise familiale.
Il considère que cette fiscalité conduit dans de nombreux cas à des déplacements ou à des suppressions d’emplois, avec de lourdes conséquences en termes d’équilibre des territoires.

Partant et pour contribuer à remédier à ces difficultés, le sénateur propose une option en faveur d’un « pacte Dutreil renforcé » qui s’ajouterait au dispositif actuel. Ce pacte renforcé serait caractérisé, d’une part, par une exonération complète des droits de mutation à titre gratuit et d’autre part, en contrepartie, par un allongement des délais de détention des parts de l’entreprise, lesquels seraient au total portés à 8 ans. En pratique, le sénateur propose d’insérer avant le dernier alinéa de l’article 787 B du du CGI les 3 alinéas suivants : « L’exonération prévue au premier alinéa est portée à 100 % si les conditions supplémentaires suivantes sont réunies :
- la durée de l’engagement collectif mentionné au premier alinéa du a est au minimum de 3 ans 
- la durée de l’engagement individuel mentionné au c'est au minimum de 5 ans. »

Olivier Rozenfeld : « Que ceux qui font ou défont les lois soient pragmatiques et les fassent évoluer c’est bien, le conseil que je suis et je me fais ici l’interprète des administrés c’est que ce pragmatisme s’exprime avant la parution d’un texte pour lui permettre de s’adapter dès l’origine à la réalité des situations que nous rencontrons et pas à l’idée que s’en font ceux qui sont éloignés des réalités !"

La loi Dutreil ne fait malheureusement pas exception : depuis sa création elle a  évolué chaque année.

Pourquoi ne pas mettre en pratique une promesse électorale qui n’a connu qu’une application très transitoire : soumettre aux notaires, avocats, experts-comptables, financiers tout texte avant d’en envisager son vote pour s’assurer son adéquation aux réelles difficultés de celles et ceux auxquels cette loi s’adresse ?

Retrouver les libres paroles d'Olivier Rozenfeld sur son blog, via http://blog.fidroit.fr/blog-thematique-article/d%C3%A9bat

 

Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation