Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Méfions-nous de l'eau qui dort »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Michael Aflalo, Directeur des Gestions chez BFT Investment Managers

Ni la hausse des cours du pétrole ni les annonces des banques centrales n’ont eu d’effet sur les cours de bourses.

La remontée des cours du pétrole avec un baril au plus haut de l’année à 48,18 $, n’a pratiquement eu aucun effet sur les cours de bourses. De même, les annonces relatives à l’amélioration de la croissance en Europe et en France n’ont pas eu d’impact. Le marché avait rendez-vous, en mai, avec les banquiers centraux, américains et japonais. Si le statu quo monétaire de la Fed était anticipé, celui de la Banque du Japon a jeté un froid car l’économie nipponne a grand besoin de soutien.
Cet immobilisme a bien sûr poussé le yen vers de nouveaux sommets contre le dollar, ce qui n’a pas manqué de faire chuter l’indice Nikkei. Cette contrariété s’est vite propagée à toutes les places mondiales. La Réserve fédérale, quant à elle, est restée pragmatique, adoptant un ton modéré qui ouvre la porte à un relèvement des taux d’intérêt plus tard dans l’année. Les indices d’activité dans l’industrie et les services ainsi que les créations de nouveaux emplois aux Etats-Unis, inférieures aux attentes, ont confirmé le sentiment d’une certaine faiblesse de la croissance américaine, après le PIB du premier trimestre ressorti à 0,5% en rythme annualisé (en première estimation). Cela a joué en faveur d’un renforcement de l’euro face au dollar qui a pénalisé les marchés européens.

Des bénéfices attendus en progression en zone euro

La progression des bénéfices attendue en zone euro pour 2016 est de 2,6% (pour l’Eurostoxx 50) après une année 2015 correcte à +3,3%. L’Europe globalement souffre davantage : -2,1% en 2015 avec un impact pétrole important et +0,4% attendu en 2016. Cependant les bénéfices européens restent largement en retard par rapport aux bénéfices américains et il nous parait justifié d’envisager un rattrapage. Enfin, la prime de risque reste attractive, autour des 6,3% pour le Stoxx 600. Concernant les emprunts d’Etats, les pays core Euro sont très chers suite au « flight to quality ». Les dettes périphériques nous paraissent attractives après les écartements de spreads récents sur l’Italie et l’Espagne. Le marché des obligations d’entreprises devrait encore bénéficier de la mise en place du CSPP (Corporate Sector Purchase Programme) de la BCE.

« Risk-off » du côté des flux qui amène à la plus importante décollecte en 5 semaines cumulées depuis août 2011 avec -44 Mds$ sur les fonds actions. Les marchés des actions européennes ont même enregistré la décollecte la plus importante depuis février 2008 avec des rachats de presque 4 Mds$. Du côté de la collecte, on notera de l’intérêt des investisseurs pour les fonds monétaires, les obligations et enfin les métaux précieux. Sur le marché du crédit, les obligations d’entreprises « high grade » sont plus recherchées que les « high yield ».

Une augmentation de l’exposition au crédit « investment grade »

Enfin, le régime de marché reste normalisé même s’il est très proche d’un niveau d’aversion au risque plus marqué. La baisse de volatilité des matières premières ainsi que la détente des spreads de crédit expliquent en grande partie cette normalisation. Dans ce contexte de nervosité latente, nous restons positionnés de façon prudente dans notre allocation d’actifs, et nous avons augmenté assez sensiblement l’exposition au crédit « investment grade » qui devrait être soutenu par les achats de la BCE.

www.bft-im.com


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 


Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...