Connexion
/ Inscription
Mon espace

"Quelle stratégie obligataire pour tirer parti de l'environnement de taux bas?"

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le point avec les Analystes d’Edmond de Rothschild AM

En quête de rendement dans le contexte actuel de taux bas, les investisseurs s’orientent vers de nouveaux segments pour faire évoluer le profil de risque de leur portefeuille. En dépit d’un niveau de volatilité élevé observé sur la période récente, la classe d’actifs obligataire continue d’offrir de nombreuses opportunités. Au sein d’un univers obligataire riche et divers, il est toutefois nécessaire de privilégier une approche sélective.


Les multiples atouts de l’Europe

Le Vieux Continent tire parti de puissants facteurs de soutien. La dépréciation de l’euro, le contexte de taux bas ou encore le niveau des prix du baril de pétrole favorisent la progression des marges et des résultats des entreprises. Les indicateurs avancés confirment que la reprise se poursuit. L'amélioration des conditions financières, le retour progressif de la confiance des consommateurs, un assouplissement de la rigueur budgétaire mais aussi l'assainissement des bilans bancaires ont contribué à une conjoncture plus favorable.
La politique monétaire mise en œuvre par la BCE, visant à soutenir la croissance et l’inflation, va demeurer durablement accommodante et crée un climat propice aux obligations de la zone euro. Son président, Mario Draghi, joue pleinement son rôle de gardien du temple. Il a en effet annoncé jeudi 10 mars 2016 une nouvelle série de mesures d’envergure :
- Baisse des taux, dont le principal taux directeur ramené à zéro et le taux de dépôt de nouveau abaissé à -0,40%.
- Augmentation du programme d’achat d’actifs de 20 Mds€ par mois, à 80 Mds€.
- Nouveaux titres éligibles aux achats de la BCE, à savoir les dettes d’entreprises non-financières bien notées.
- Quatre nouveaux TLTRO (Targeted Longer Term Refinancing Operations ou opérations de refinancement ciblées à long-terme) à destination des banques vont être mis en place à partir de juin.


Séparer le bon grain de l’ivraie

La politique monétaire accommodante de la BCE associée à la bonne santé des entreprises favorisent les obligations High Yield qui bénéficient également de l’environnement de croissance économique faible, de taux bas et du niveau actuel de l’euro. Le phénomène de désintermédiation bancaire a conduit à une diversification du marché qui compte aujourd’hui plus de 300 émetteurs. Les taux de défaut se maintiennent à des niveaux inférieurs à leurs moyennes historiques, autour de 3%.

Par ailleurs, au regard des atouts que présente l’Europe, les titres souverains de la zone euro constituent un réservoir d’opportunités à saisir, notamment du côté des pays périphériques. Ils s’illustrent par des fondamentaux en amélioration et une croissance économique dynamique. Il est toutefois nécessaire de faire preuve de sélectivité. Le risque politique n’a pas disparu en Espagne mais il s’est éloigné au Portugal et en Grèce. Les dettes souveraines de ces deux pays offrent donc actuellement, selon nous, les meilleures opportunités.

D’autres segments permettent de capter les opportunités offertes par le marché obligataire. Ainsi, la dette subordonnée financière tire parti de la mise en place d’un nouveau cadre réglementaire pour les banques et les assureurs, avec l’émergence de nouveaux instruments de capital et l’amélioration de la qualité des émetteurs. Malgré la phase volatile observée en début d’année, les banques européennes confirment qu’elles n’ont pas de problème de liquidité et de solvabilité. Quant aux assureurs, ils suscitent également un intérêt de la part des investisseurs.

Enfin, la dette émergente constitue un support de diversification obligataire pertinent, via une approche sélective. Les pays émergents bénéficient de deux relais de croissance majeurs, à savoir la consommation interne et les exportations vers les pays occidentaux. La dépréciation des devises leur a donné un sérieux coup de pouce. Ainsi, les situations de déficit budgétaire se font plus rares. Le fort recul des prix du pétrole, observé depuis plus d’un an, a pour sa part provoqué une baisse des prix des titres émis par les pays exportateurs, devenus particulièrement attractifs.


Une gestion active et doublement flexible

Le fonds Edmond de Rothschild Bond Allocation, piloté par Guillaume Rigeade et Eliezer Ben Zimra, apporte une réponse particulièrement adaptée aux nouveaux défis à relever sur les marchés. Il bénéficie d’une gestion active sur l’ensemble des marchés obligataires et permet de déléguer l’allocation, la sélection de titres ainsi que la gestion de la sensibilité à des spécialistes. Il rassemble les convictions des experts obligataires du Groupe Edmond de Rothschild.

Edmond de Rothschild Bond Allocation est doublement flexible : le fonds permet une gestion active de la sensibilité, atout important dans un contexte de mouvements de taux. Il l’est aussi en termes d’exposition, puisqu’il dispose de bornes d’investissement larges sur les différents segments du marché obligataire. Il peut ainsi investir dans de la dette souveraine, dans des obligations d’entreprises (Investment Grade ou High Yield), dans des obligations financières, des obligations indexées à l’inflation ou encore de la dette émergente. Ce vaste choix de segments de marché lui offre ainsi des opportunités variées tout au long du cycle et permet également d’atteindre un niveau élevé de diversification.

http://www.edmond-de-rothschild.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...