Connexion
/ Inscription
Mon espace

Plus tard, on dira : « Si seulement on avait saisi l’occasion à l’époque ! »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Billet février 2016 du docteur Leber, fondateur d’Acatis, société de gestion indépendante allemande.

On voit beaucoup de commentaires sur la bourse mais aucune « véritable » explication sur l’opacité de l’évolution des marchés boursiers.
Tentons une explication : l’effondrement des prix du pétrole (dû à un renforcement de l’offre et non à un affaiblissement de la demande) génère, dans le budget des États producteurs de pétrole, un trou qui doit être comblé par la vente de valeurs mobilières. Pour une production annuelle de 30 milliards de barils, chaque dollar de baisse correspond à une perte de 30 milliards pour les producteurs. Dans le passé, cet argent était utilisé pour l’achat de titres en hausse (p. ex. : le fonds d’État norvégien) et ces demandes d’achat font actuellement défaut. Parallèlement, certains pays vendent des titres pour combler leurs importants déficits budgétaires. Les candidats à ce scénario sont des pays tels que l’Arabie saoudite, Abu Dhabi, le Nigéria, le Venezuela et la Russie. La Chine vient également allonger la liste des vendeurs de titres en raison de l’affaiblissement de ses exportations. À elle seule, elle a l’an dernier vendu environ 100 Mds$ de placements financiers liquides. Le prix des valeurs mobilières a donc baissé en raison d’une pression à la vente.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Chaque dollar de baisse des prix du pétrole est tout bénéfice pour les consommateurs, que ce soit à la station essence, sur la facture de chauffage ou encore lors de l’achat de produits en matière plastique ou d'engrais. Les consommateurs disposent actuellement d’un pouvoir d’achat en augmentation de 1,5 billion de dollars. Un chiffre pharamineux, qui devrait doper la consommation. Et on observe effectivement une augmentation des ventes de voitures, des hôtels affichant complets et des hausses de loyers, particulièrement aux Etats-Unis et en Chine, mais aussi en Europe, à une moindre échelle.

Le monde n’est pas appauvri. La prospérité des producteurs de pétrole a tout simplement afflué vers les consommateurs. Il faut attendre un certain temps pour que cette évolution conjoncturelle soit visible. A cela vient s’ajouter l’énorme tsunami des taux d’intérêt. Les marchés obligataires représentent, à l’échelle mondiale, environ 225 billions de dollars. Une baisse de 1% des taux d’intérêt occasionne annuellement un transfert de 2 billions au détriment des épargnants et au bénéfice des emprunteurs. En Europe, nous ressentons en outre les effets d’un euro faible qui rend nos exportations moins chères et favorise notre position concurrentielle.

Nous voyons donc un bruyant craquement à court terme sur les marchés du pétrole mais en même temps un glissement de prospérité en faveur des consommateurs se répand lentement mais sûrement à l’échelle mondiale. Cette consommation aura des répercussions positives sur les bilans d’entreprises.

Les baisses de cours des derniers mois ne sont donc que très peu liées à la santé des entreprises. Le prix des valeurs mobilières a certes baissé mais leur valeur est plutôt en hausse.

Nous vivons donc de nouveau une de ces situations historiques dont on dira plus tard : « si seulement on avait saisi l’occasion à l’époque ! ». De nombreuse actions sont devenues bon marché (PER aux alentours de 10) et les titres de certains pays atteignent même des niveaux dérisoires. On trouve en Russie des actions avec un PER de 4 : une bonne raison de se livrer à l’ivresse des bonnes affaires ! Ces estimations nous permettent de maintenir pour les marchés financiers en 2016 les perspectives positives que nous avions en fait prévues dès 2015.

http://www.acatis.de/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...