Connexion
/ Inscription
Mon espace

Plus tard, on dira : « Si seulement on avait saisi l’occasion à l’époque ! »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Billet février 2016 du docteur Leber, fondateur d’Acatis, société de gestion indépendante allemande.

On voit beaucoup de commentaires sur la bourse mais aucune « véritable » explication sur l’opacité de l’évolution des marchés boursiers.
Tentons une explication : l’effondrement des prix du pétrole (dû à un renforcement de l’offre et non à un affaiblissement de la demande) génère, dans le budget des États producteurs de pétrole, un trou qui doit être comblé par la vente de valeurs mobilières. Pour une production annuelle de 30 milliards de barils, chaque dollar de baisse correspond à une perte de 30 milliards pour les producteurs. Dans le passé, cet argent était utilisé pour l’achat de titres en hausse (p. ex. : le fonds d’État norvégien) et ces demandes d’achat font actuellement défaut. Parallèlement, certains pays vendent des titres pour combler leurs importants déficits budgétaires. Les candidats à ce scénario sont des pays tels que l’Arabie saoudite, Abu Dhabi, le Nigéria, le Venezuela et la Russie. La Chine vient également allonger la liste des vendeurs de titres en raison de l’affaiblissement de ses exportations. À elle seule, elle a l’an dernier vendu environ 100 Mds$ de placements financiers liquides. Le prix des valeurs mobilières a donc baissé en raison d’une pression à la vente.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Chaque dollar de baisse des prix du pétrole est tout bénéfice pour les consommateurs, que ce soit à la station essence, sur la facture de chauffage ou encore lors de l’achat de produits en matière plastique ou d'engrais. Les consommateurs disposent actuellement d’un pouvoir d’achat en augmentation de 1,5 billion de dollars. Un chiffre pharamineux, qui devrait doper la consommation. Et on observe effectivement une augmentation des ventes de voitures, des hôtels affichant complets et des hausses de loyers, particulièrement aux Etats-Unis et en Chine, mais aussi en Europe, à une moindre échelle.

Le monde n’est pas appauvri. La prospérité des producteurs de pétrole a tout simplement afflué vers les consommateurs. Il faut attendre un certain temps pour que cette évolution conjoncturelle soit visible. A cela vient s’ajouter l’énorme tsunami des taux d’intérêt. Les marchés obligataires représentent, à l’échelle mondiale, environ 225 billions de dollars. Une baisse de 1% des taux d’intérêt occasionne annuellement un transfert de 2 billions au détriment des épargnants et au bénéfice des emprunteurs. En Europe, nous ressentons en outre les effets d’un euro faible qui rend nos exportations moins chères et favorise notre position concurrentielle.

Nous voyons donc un bruyant craquement à court terme sur les marchés du pétrole mais en même temps un glissement de prospérité en faveur des consommateurs se répand lentement mais sûrement à l’échelle mondiale. Cette consommation aura des répercussions positives sur les bilans d’entreprises.

Les baisses de cours des derniers mois ne sont donc que très peu liées à la santé des entreprises. Le prix des valeurs mobilières a certes baissé mais leur valeur est plutôt en hausse.

Nous vivons donc de nouveau une de ces situations historiques dont on dira plus tard : « si seulement on avait saisi l’occasion à l’époque ! ». De nombreuse actions sont devenues bon marché (PER aux alentours de 10) et les titres de certains pays atteignent même des niveaux dérisoires. On trouve en Russie des actions avec un PER de 4 : une bonne raison de se livrer à l’ivresse des bonnes affaires ! Ces estimations nous permettent de maintenir pour les marchés financiers en 2016 les perspectives positives que nous avions en fait prévues dès 2015.

http://www.acatis.de/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...