Connexion
/ Inscription
Mon espace

2015, l'année des crises étranges

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Billet mensuel du Docteur Leber, fondateur d’Acatis, société de gestion indépendante allemande.

Seule une rétrospective peut nous permettre de voir clairement ce que nous avons traversé. Cela fait un peu penser à ces somnambules qui, il y a de cela 100 ans, s’engageaient dans la Première Guerre mondiale sans trop savoir pourquoi.


1/ Politique

- La Russie s’impose de plus en plus massivement en Ukraine.
Une alliance inédite de grandes et moyennes puissances qui agissent l’une à côté de l’autre, l’une contre l’autre et ensemble au Proche-Orient.
Les camps de réfugiés en Syrie ne sont plus financés par l’ONU et leurs occupants prennent le chemin de l’Europe.
- L’État islamique continue d’étendre son influence au Proche-Orient mais aussi en Afrique.
Les islamistes posent des bombes au cœur de grandes villes européennes et tuent par exemple 130 personnes à Paris ou anéantissent la rédaction de Charlie Hebdo.
13 329 personnes meurent aux Etats-Unis de blessures provoquées par des armes à feu. Presque chaque jour, un américain moyen a un accès de folie meurtrière. (Source: Gun Violence Archive)


2/ Economie

L’Arabie saoudite fait baisser les prix du pétrole et met ainsi sous pression de nombreux pays exportateurs d’or noir. La fin de la surproduction n’est pas encore en vue.
- La crise grecque provoque une grosse indignation politique puis disparaît ensuite totalement des esprits. Les problèmes ne sont pas résolus. Des États enfreignent délibérément et sans conséquences leurs propres réglementations (Grèce, Chypre, la Carinthie, le Portugal).
- La crise bancaire se termine sans trompettes ni tambour. Les dotations en capitaux s’améliorent et en contrepartie, les banques réduisent leur rôle dans l’économie. De nouveaux marchés financiers naissent en dehors des banques. Les marchés de capitaux s’assèchent et sont de plus en plus dominés par de gros fournisseurs d’ETF.
Les marchés financiers sont instables et extrêmement interdépendants les uns des autres. Les cours de titres et d’indices bondissent et s’effondrent comme par magie. Des systèmes de négociation algorithmiques se substituent aux êtres humains.
Le monde des intérêts à taux zéro commence à faire mal aux investisseurs (assurances, fondations). 2 billions d’euro-obligations affichent des rendements négatifs (source : Xaia). Les rendements historiques sont de l’histoire ancienne et les nouveaux investissements n’offrent plus aucun rendement.
- Le nouvel endettement des États ralentit à l’échelle mondiale et se reporte sur les banques centrales. Ces dernières achètent des obligations d’État et plus récemment également des actions dans un no man’s land juridique. A l’avenir, se posera obligatoirement la question de confiance vis-à-vis des banques centrales : à combien s’élève la valeur qui se cache derrière un billet ?
- Depuis des années, Volkswagen trompe sciemment ses clients, l’État et les autorités en jouant sur ses taux d’émission de gaz d‘échappement. La confiance dans la sincérité du « Made in Germany » s’amenuise.
- La croissance de la Chine ralentit, la situation financière du pays se détériore et fait régulièrement et durablement trembler les bourses mondiales.
- Le Brésil perd pied tant politiquement qu’économiquement. La forte dépendance d’une part au prix du pétrole et d’autre part des exportations agricoles vers la Chine nuisent au pays. A cela vient s’ajouter (on aurait pu s’en douter) une corruption généralisée.


3/ Les marchés

Dans cette situation (États non fiables, instabilité géopolitique, banques centrales jouant à l’apprenti sorcier, taux d’intérêt bas sur le long terme), les valeurs réelles sont les seules opportunités de placement vraiment fiables. La question qui se pose est la suivante : qui, sur la base de pratiques commerciales sérieuses, génère des rendements, voire même de la croissance, et distribue ces rendements à ses bailleurs de fonds ? Il n’y a guère plus que des entreprises (actions et obligations), du capital-investissement et de l’immobilier pour entrer en ligne de compte en tant que placements rentables. Cette évidence drainera des moyens supplémentaires dans ces classes d’investissement et dopera les cours à des niveaux dépassant le raisonnable jusqu’au moment où, là aussi, les rendements auront été "dévorés". Sur un marché financier volatile, fortement corrélé, distordu et manipulé, la raison économique finira par l’emporter même si, par moments, l’évolution des cours suggère le contraire.

http://www.acatis.de/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...