Connexion
/ Inscription
Mon espace

Politique monétaire de la BCE

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L’équipe obligataire de Quilvest Gestion table sur l’augmentation du montant du quantitative easing, l’élargissement des actifs éligibles et une baisse du taux de dépôt

Après les « minutes » publiées par la BCE il y a une quinzaine de jours, puis quelques rumeurs concernant les mesures qui pourraient être annoncées jeudi, les marchés ont nourri de fortes exigences vis-à-vis de la banque centrale. Mario Draghi devra donc se montrer convaincant pour ne pas décevoir les marchés.

La zone euro est encore confrontée à de multiples obstacles qui pèsent sur son rythme de croissance

Pour Guillaume Truttmann et Rémi Lelu de Brach, gérants obligataires et analystes crédit chez Quilvest Gestion, les facteurs justifiant des mesures immédiates de la part de la BCE sont multiples et de nature différente. Si la croissance économique semble bel et bien de retour en zone euro, son rythme reste modéré et des obstacles demeurent. « L’orientation durablement baissière des prix des matières premières, mais aussi les craintes exogènes quant aux économies émergentes, Brésil et Chine en tête, ont ravivé de profondes incertitudes sur les perspectives d’inflation à l’échelle globale. À cela s’ajoutent d’autres sources de préoccupation, propres à la zone euro. La désunion européenne et la faible harmonisation des politiques fiscales et sociales freinent la reprise, le rythme des réformes est encore hétérogène d’un pays à l’autre de la zone » analysent les deux gérants.
Dans ces conditions, nul doute que la BCE va assouplir encore davantage sa politique monétaire. L’enjeu sera de ne pas décevoir les marchés. La banque centrale dispose aujourd’hui de deux leviers, renforcer son programme de rachats d’actifs ou abaisser son taux de dépôt, déjà en territoire négatif (aujourd’hui à -0,20%). « Pour ce qui est du renforcement du quantitative easing, il faut dissocier rallongement de la durée du programme et hausse du montant mensuel des achats d’actifs. Si l’ajustement du programme ne porte que sur sa durée, la déception des marchés sera grande. En revanche les investisseurs devraient saluer une augmentation du montant mensuel, actuellement à 60 Mds€ » juge Guillaume Truttmann.

Concernant une baisse supplémentaire du taux de dépôt, cette mesure « répressive » vis-à-vis des banques inciterait celles-ci à prêter davantage aux agents économiques, un moyen de soutenir l’investissement et la consommation, et in fine la croissance. « De cette façon, la BCE élargirait le panel des actifs éligibles au sein de son programme d’achats, puisque l’institution calerait le taux minimum d’achats sur le taux de dépôt » ajoute-t-il.


La portée des mesures qu’annoncera la BCE devrait être significative

« Chez Quilvest Gestion, nous pensons que Mario Draghi aura à cœur de ne pas décevoir et nous tablons non seulement sur une augmentation du volume mensuel d’achats, un élargissement des actifs éligibles aux obligations régionales et municipales, mais aussi une nouvelle baisse du taux de dépôt » expliquent les gérants.
De telles mesures seraient en ligne avec l’objectif principal de la Banque centrale, recréer les conditions nécessaires pour revigorer assez rapidement le niveau d’inflation. À court terme, ces décisions entretiendraient la baisse des taux obligataires, avec notamment un phénomène d’aplatissement de la courbe de taux allemande et d’affaiblissement de l’euro face au dollar (d’autant que la FED a quasiment l’obligation de relever ses taux en décembre, un antagonisme monétaire favorable à la dépréciation de l’euro).
« L’effet souhaité sur le relèvement des anticipations d’inflation pourrait alors être perceptible d’ici 3 à 6 mois. Et dans ce cas, il faudra s’attendre, dans un second temps, à un réajustement mécanique à la hausse des taux obligataires. Une plage de fluctuation entre 0,40 et 0,80% est crédible pour le niveau du Bund allemand, à l’horizon de 6 mois » conclut Guillaume Truttmann.

http://www.quilvestgestion.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...