Connexion
/ Inscription
Mon espace

Des Quantitative Easing sans effet sur l’inflation

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Un commentaire de KBL Richelieu

Lorsque la Réserve Fédérale a lancé sa politique monétaire non conventionnelle, nul doute qu’un des moteurs de la décision de Ben Bernanke était d’écarter le risque déflationniste qui pouvait menacer les économies au lendemain de la crise de 2008. Il est vrai que le Président de la FED de l’époque était l’universitaire le plus reconnu sur le sujet de la crise de 1929.

Avons-nous évité la grande déflation comparable à 1929 ? Oui, certes, la thèse déflationniste n’a jamais été notre crédo en dépit de la permanence de pressions existantes sur certains secteurs. La théorie monétariste nous enseigne que la quantité de monnaie mise à  disposition et surtout sa vitesse de circulation ont des effets inflationnistes. Rappelons-nous que dans les années 1980, la lutte contre l’inflation a provoqué une hausse significative des taux d’intérêts des banquiers centraux.

Pour autant, force est de constater que les politiques de liquidités abondantes des principales banques centrales n’auront eu aucun effet positif sur la hausse des prix. L’inflation a été la grande absente de ces dernières années et n’aura pas permis aux Etats de se désendetter en remboursant leur créance par de la « monnaie de singe ». Car si l’inflation allège mécaniquement la valeur de la dette, à contrario la déflation l’alourdirait automatiquement.
Or les Etats ont besoin de se désendetter. Ne serait-ce que pour pouvoir mener occasionnellement des politiques de relance dites « Keynésiennes». Empiriquement, la mise en place de programmes de rachats de dettes et de taux réels négatifs doit provoquer des hausses de prix, ne serait-ce que par la baisse de la monnaie qui surenchérit les importations.
Le Japon en a été un très bon exemple au moment où le Yen s’est fortement déprécié et a permis à l’inflation de redémarrer. Celle-ci était aussi conditionnée, alors, par la hausse de la TVA. Mais cette hausse fit long feu et l’inflation japonaise est vite revenue sous l’objectif de la Banque Centrale.

Bien sûr, la baisse des matières premières a participé à l’absence de tensions sur les prix mais si nous ne nous attachons pas à l’inflation globale, il faut aussi constater que l’inflation Core (hors alimentation/énergie) n’a pas subi de pression haussière. In fine, la seule tension inflationniste que nous avons pu constater a été sur l’inflation des actifs financiers. Ceci n’est pas productif

Alors faut-il pour autant condamner les actions des banques centrales ?
Non. Que ce soit la Banque du Japon ou la BCE, elles auront permis par leur action à la fois de maintenir les taux longs sur des niveaux bas et surtout d’influer sur la valeur de la devise en redonnant de la compétitivité aux exportations.

Cet échec sur les prix résulte de plusieurs facteurs. Nous avons déjà évoqué les facteurs de changement sur l’économie mondiale :
- La digitalisation de l’économie qui exerce une pression baissière sur les prix.
- Les facteurs démographiques négatifs de certains pays.
- La montée en puissance des activités de services par rapport à l’industrie.
- La hausse de la flexibilité du travail.
- Les surcapacités industrielles existantes.
- Les taux de chômage élevés (sauf USA et RU) qui restent des freins à la revalorisation des salaires.
- Les gains de productivité (automation, robotisation) qui améliorent les coûts de production.
- Le développement d’Internet qui permet les comparateurs de prix.

L’offre se trouve donc excédentaire par rapport à la demande, accentue l’absence de pressions inflationnistes, et exerce parfois des pressions déflationnistes sur certains pans d’activité. Mais nous pouvons constater aussi que ces politiques monétaires ont eu des effets des plus limités sur la demande de crédits. L’absence de visibilité et les doutes sur la croissance mondiale (avec la Chine) ont inévitablement freiné les capacités d’investissements des entreprises.

Dans ce cas, nous pouvons nous demander si l’annonce de la BCE d’augmenter son Quantitative Easing en décembre se justifie au regard de l’échec de son action (comme les autres banques centrales) sur les prix.

C’est à contrario, la permanence d’absence de tensions inflationnistes qui autorise celle-ci à poursuivre dans cette voie, d’autant plus que la seule mission qui lui est accordée repose sur un objectif d’inflation précisé dans ses statuts. Nous l’avons maintes fois évoqué, la pression sur les prix ne passera durablement que par la hausse des salaires, donc par une répartition plus équilibrée de la valeur ajoutée entre les profits et la valeur travail. Sur ce sujet, les banques centrales peuvent avoir un rôle d’influence mais n’ont pas les outils nécessaires pour ce faire.

Il revient donc aux Etats par des politiques volontaristes (fiscales..) de pousser les entreprises à entamer le virage vers la hausse des salaires. Si ceci aura un impact inévitablement défavorable sur les marges dans un premier temps, les gains de pouvoir d’achats sont les prémices de la bonne tenue de la consommation, de l’investissement des ménages et le contraire de la thésaurisation stérile. Donc de la croissance future.

Pour autant, si les plans de QE n’ont pas d’effet sur les prix, ils auront eu le mérite de maintenir (aidée par la faiblesse de l’inflation), des taux d’emprunts à des niveaux bas. Sans reprise des investissements et de hausse durable des crédits long terme, ils ne peuvent que nourrir la revalorisation « artificielle » des actifs financiers ou immobiliers.

La faiblesse des taux longs nourrit les dépréciations des devises mais avec pour corollaire une inévitable appréciation d’autres devises. Un jeu à somme nulle à l’échelon mondial.

www.kblrichelieu.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation