Connexion
/ Inscription
Mon espace

Dans un contexte obligataire “difficile”, les institutionnels tablent sur un rendement de 3%

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon une nouvelle étude réalisée par NN IP, les investisseurs institutionnels s’attendent actuellement à un rendement moyen de 3% par an pour leurs stratégies obligataires, compte tenu des conditions de marchés “difficiles”. Les attentes varient de 1 à plus de 6%.

Autres enseignements de cette étude, 47% des personnes interrogées qualifient les conditions de marché actuelles pour les obligations de “difficiles”, tandis que 12% évoquent des conditions ‘très difficiles’. Seuls 4% des institutionnels trouve le contexte ‘facile’ pour les investisseurs en obligations.
Par ailleurs, 42% estiment qu’il est difficile pour les gestionnaires de fonds obligataires de réaliser une performance positive tout au long du cycle des taux, alors que 27% pensent l’inverse.

Selon Sylvain de Ruijter, responsable du département Global Fixed Income chez NN IP,« le contexte pour les investissements en obligations n’est pas facile, mais il ne l’est jamais. Le défi est d’investir de façon optimale. Dans les segments ‘sûrs’ de l’univers obligataire, les rendements sont en effet très faibles. Les rendements des obligations d’État de qualité de nombreux pays du G-10 sont, par exemple, inférieurs à 1%. Toutefois, plus haut dans l’échelle du risque, on observe aussi des segments offrant des rendements attrayants de plus de 7%. Il existe de nombreuses opportunités, mais de la prudence et du savoir-faire sont requis pour obtenir une diversification optimale et un bon équilibre entre le risque et le rendement. En recourant aux services d’un gestionnaire d’actifs expérimenté, les investisseurs bénéficient du support de spécialistes de tous les domaines obligataires, qui peuvent ajouter de la valeur par le biais de positions actives. Un portefeuille diversifié au risque géré activement peut procurer des rendements honorables sur une période de plusieurs années. »

Dans un contexte de rendements faibles, NN IP pense toutefois qu’il subsiste des opportunités sur le plan obligataire sans que les investisseurs n’aient besoin d’augmenter significativement les risques auxquels ils sont exposés. « les taux d’intérêt se trouvent à des niveaux planchers records après une période de lente croissance mondiale, ce qui a créé un contexte d’investissement sans précédent. Alors que le relèvement des taux constitue un défi à l’échelle mondiale, il est impératif pour les investisseurs de définir une stratégie pour atténuer les risques et tirer profit des bonnes opportunités d’investissement. Notre scénario central reste un relèvement des taux très graduel par la Fed cette année, à condition que les marchés ne connaissent pas de turbulences encore plus sévères », conclut Sylvain de Ruijter

Les investisseurs institutionnels peuvent profiter d’un partenariat avec des spécialistes obligataires qui ont démontré qu’ils étaient en mesure d’identifier des opportunités dans l’adversité et de les traduire en valeur ajoutée. Le processus d’investissement de NN IP est basé sur l’analyse détaillée des facteurs fondamentaux à court et à moyen terme. Il est peaufiné depuis plus de 20 ans et a pour objectif de procurer aux clients des rendements élevés et stables.

https://www.nnip.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...