Connexion
/ Inscription
Mon espace

La prudence semble la seule recette face aux multiples facteurs de risque

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Ralentissement économique en Chine, crise potentielle sur les marchés émergents et resserrement de la politique de la Réserve Fédérale, Guido Barthels, CIO et Gestionnaire de Portefeuille et Yves Longchamp, Head of Research d’Ethenea Independent Investors, analysent les effets du ralentissement de la croissance chinoise. Ils estiment qu’il y a un risque de crise de la dette émergente ainsi qu’un attentisme des investisseurs à la veille d’un resserrement de la politique monétaire aux Etats-Unis.

Nous sommes dans un scénario où la menace provient de la Chine et met en péril la reprise économique du monde entier. De 1979 à aujourd’hui, soit pendant presque 40 ans, le PIB chinois a été multiplié par plus de 35. Le même calcul donne une multiplication par 6 pour les Etats-Unis et par 4 pour l’Allemagne, en dollars et à prix constants. La transition de la Chine d’une économie émergente vers une économie dite développée -une évolution toujours en cours- peut donc être considérée comme une réussite, non seulement pour le pays lui-même mais aussi pour le monde entier dans la mesure où la croissance économique mondiale découle directement ou indirectement de la Chine.


Effets collatéraux de la dévaluation de la monnaie chinoise

Tout le monde est au fait de l’évolution du pays, dont la croissance estimée au cours des prochaines années va reculer de 6,3% environ à 4%. Certains argueront qu’une perte de croissance de 2% n’est pas très grave, mais le poids économique du dragon chinois est tel que cette baisse équivaut à près de la moitié du PIB des Pays-Bas. L’éventualité d’une diminution du taux de croissance a donné aux autorités chinoises l’idée que de nombreux dirigeants du monde ont en pareille circonstance : dévaluer la monnaie afin de stimuler la croissance intérieure. C’est ce que les Chinois ont fait. Le renminbi a effectivement été dévalué d’un peu plus de 2% vers la mi-août. Cette décision a surpris le marché. Malgré l’intervention massive des autorités chinoises, la capitalisation boursière a été réduite de moitié depuis le mois de juin. La dévaluation de la monnaie chinoise s’inscrit dans la logique du gouvernement  qui estime pouvoir contrôler le marché. Or, jusqu’à présent, cette logique semble démentie par les faits : la chute des valeurs chinoises se poursuit et les dommages collatéraux résultant de la dévaluation sont considérables. Si le taux de change USDCNY n’a varié que de 2,6%, d’autres devises ont été plus affectées, notamment le ringgit malais et la livre turque, tandis que l’euro a lui-même progressé de 5% vis-à-vis du dollar américain. (…)

La dévaluation pose d’ores et déjà un problème significatif à certains de ces pays. Nous y observons également une hausse des coûts de financement dans leurs monnaies locales. La combinaison de ces deux effets pourrait conduire à une crise de la dette émergente, d’autant plus que l’endettement du secteur privé dans certains de ces pays est significatif. Si le fléchissement des devises et des marchés d’obligations libellées en devise locale perdure, il se peut que la prochaine crise se prépare. (…)
Le secteur des obligations à haut rendement libellées en USD enregistre par ailleurs la deuxième moins bonne performance de l’été. Si la part importante des compagnies pétrolières au sein du haut rendement américain (20% environ) en est la cause principale, l’explication ne saurait se réduire à la faiblesse du marché de l’or noir qui a atteint au cours de l’été de nouveaux plus bas depuis plusieurs années. Le goût pour le risque des investisseurs s’est réduit, probablement en raison de la crainte, ou plutôt de la prise en compte, d’une possible inversion de la période de neuf ans de politique monétaire expansionniste menée par la Réserve Fédérale aux États-Unis. (…)


Prudence à l’égard des marchés à risque tels que les actions mondiales et les obligations à haut rendement

Un ralentissement économique en Chine, une crise potentielle sur les marchés émergents et un resserrement de la politique conduite par la Banque centrale la plus influente au monde pourraient être un peu trop difficiles à digérer pour la majeure partie des investisseurs.
Aussi, nous nous montrons prudents à l’égard des marchés à risque tels que les actions mondiales et les obligations à haut rendement sur lesquelles nous avons allégé nos positions au cours des dernières semaines. (…)

Pour l’instant, la prudence, en effet, semble être la seule recette pour faire face à ce dilemme – prudence et anticipation des mouvements du marché.

Plus d’informations http://www.ethenea.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...