Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le développement exponentiel des usages sur mobile oblige les banques à adapter leurs offres

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Point de vue de Bertrand Cocagne, Responsable Produits et de Stefan Gysemberg, Chargé de Comptes chez Linedata

On dénombre aujourd’hui 7,3 milliards de téléphones mobiles pour 7,2 milliards d’habitants dans le monde, c’est-à-dire plus d’un téléphone portable par être humain. Près des deux tiers de ces téléphones mobiles sont des smartphones ayant un accès Internet. Aucune autre technologie n’avait eu un tel impact au quotidien et n’avait suscité un tel engouement à l’échelle planétaire, depuis son apparition il y a trente ans. Les tablettes, qui sont arrivées plus récemment sur le marché, devraient connaître un essor similaire, puisque plus d’un milliard de personnes pourraient utiliser une tablette en 2015, soit deux fois plus qu’il y a trois ans.

Cette croissance exponentielle du nombre d’utilisateurs de téléphones mobiles et de tablettes s’accompagne d’une évolution des modes de consommation qui se traduit notamment par une demande accrue de services mobiles : les consommateurs souhaitent de plus en plus souvent réaliser des opérations à partir de leur téléphone ou de leur tablette.

Le secteur de la banque n’échappe pas à ce mouvement de fond. Ainsi, 51% des utilisateurs d’un smartphone ont eu recours à des services bancaires mobiles mobile banking ») au cours des 12 derniers mois, un chiffre en croissance de 48% par rapport à l’année dernière. Ces taux dépassent les 60% dans des pays comme les Etats-Unis ou certains pays asiatiques (Chine, Indonésie, Thaïlande…). Et dans le métier de la gestion de fortune, 85% des clients disent souhaiter utiliser des outils technologiques. Les marchés de la banque directe sont d’ailleurs en forte croissance.


Un très fort taux de croissance des crédits vendus en ligne

L’activité crédits est également fortement concernée par cet essor du mobile banking. En effet, sur un an, les recherches mobiles sur les conditions financières des crédits immobiliers, sur les cartes de crédit et sur les crédits à la consommation ont bondi de 48% 2015. De plus, les taux de conversion sont 58% plus élevés sur mobile que sur PC, ce qui est considérable. Enfin le taux de croissance des crédits vendus en ligne est deux fois plus important que le taux de croissance des autres canaux de distribution. Ces chiffres révèlent bien que pour une banque, le fait de mettre à la disposition de sa clientèle une plateforme mobile influe de manière significative sur son activité.


Les clients font confiance à leurs banques

Selon une étude internationale d’ING réalisée en avril 2015, un tiers des consommateurs européens ont déjà utilisé une application de paiement mobile et plus de la moitié imagine le faire dans les 12 prochains mois. Ils se fient d’ailleurs avant tout à leur banque, puisque 84% d’entre eux font d’abord confiance aux applications de paiement de leur établissement, plutôt qu’à celles proposées par d’autres acteurs (les autres banques, les réseaux sociaux, Google…).

Pour répondre à cette tendance de développement du mobile banking, les établissements financiers proposent à leur clientèle de nombreux services accessibles depuis leur téléphone, via des plateformes ou des applications : trouver un distributeur, suivre le solde de leur compte courant ou des comptes d’épargne, effectuer des virements et des paiements, gérer les plafonds des cartes de crédit, s’informer et effectuer des placements, demander des crédits et suivre leur position, demander des financements en affacturage et suivre les encours, etc.


Dépasser progressivement les contraintes technologiques liées au mobile

Les banques cherchent donc à mettre à disposition de leur clientèle le maximum de fonctions possible, tout en respectant les contraintes d’utilisation liées au mobile, mais surtout en apportant des services de plus en plus évolués à des clients exigeants. Aller vers la mobilité, ce n’est pas seulement répondre à des contraintes de performance, de sécurité ou de bande passante, c’est surtout réinventer de nouvelles façons d’interagir avec ses clients et ses partenaires. Ainsi, les établissements financiers doivent répondre au défi d’enrichir leur offre avec de nouveaux services, rendus possibles par ce contact permanent avec leur client. Et ceci dans un monde où les contraintes règlementaires et de respect de la vie privée impactent lourdement les outils informatiques.

http://fr.linedata.com/

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Amundi devient seul actionnaire de la fintech Anatec

Leader de la gestion d'actifs en Europe avec plus de 1 400 Mds€ d'actifs sous gestion, Amundi rachète la totalité du capital de la fintech Anatec, plateforme d'agrégation de conseil et d'épargne digitale développée sous la marque WeSave, dont elle détenait jusqu'à présent 49%. Cette transaction s'inscrit pleinement dans la stratégie digitale du Groupe Amundi. En élargissant sa gamme de solutions, elle renforce sa capacité à servir ses clients distributeurs avec une approche ouverte et agile,...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Nominations Secteur Patrimoine & Finance

Michel Dinet, Directeur du Développement de Richelieu Gestion Agé de 53 ans, Michel Dinet rejoint l'équipe dirigée par Christophe Boulanger, Directeur Général de Richelieu Gestion, qui déclare « […] L'arrivée de Michel traduit la volonté affirmée de Richelieu Gestion de donner une place centrale aux acteurs de proximité de l'épargne dans son développement. Fort de sa connaissance très fine de leurs attentes, de sa volonté permanente de traduire leurs besoins en solutions, il sera un...