Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les émissions des financières restent attractives malgré les incertitudes réglementaires

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Dimitri Andraos, Responsable de la gestion de Taux et Crédit de SwissLife AM

Le segment de la dette bancaire, qui représente plus de la moitié du marché des obligations corporate, a connu son lot de fortunes et d'infortunes depuis l'éclatement de la crise financière, mi-2007. Si la période d'exacerbation des craintes concernant la santé des banques -et donc cet univers d'investissement- est derrière nous, une période d'incertitudes lui a succédée, liée à de perpétuels changements réglementaires. Les annonces successives de différentes instances internationales ont un impact direct sur la qualité de crédit des titres concernés et donc leur valorisation. C'est ainsi par exemple, qu'il a été récemment envisagé que la dette senior de la holding d'un groupe bancaire soit subordonnée à celle des établissements opérationnels. Une décision qui exposerait à un risque accru les détenteurs de ce type de titres émis par une holding.


Les porteurs de dette senior ne sont plus à l'abri

Après le renflouement par les Etats européens de certains établissements bancaires, les dirigeants politiques ont la volonté de faire cotiser tous les porteurs obligataires à d'éventuels renflouements à venir. En conséquence, dans la perspective de la mise en œuvre du principe de « bail-in » (renflouement interne, par opposition au « bail-out », le renflouement externe), il est prévu de faire participer aux pertes les porteurs de dettes seniors non adossées à des créances. La dette senior ne peut plus être considérée comme sans risque, y compris en dehors d'une situation de faillite. Ses détenteurs peuvent en effet être appelés à compenser un niveau de fonds propres insuffisant au regard des nouveaux minimums légaux : ces obligations seniors peuvent faire bénéficier une banque qui a besoin de se recapitaliser d'un apport en capital sans passer par une augmentation de capital, qui serait plus onéreuse. Elle substitue ainsi de la dette à du capital. Après cette décision des institutions européennes, les dettes seniors ont subi des dégagements, car elles apparaissaient comme offrant un rapport risque-rendement moins attractif que les dettes subordonnées, plus rémunératrices, telles que les obligations « Additional Tier 1 » (AT1). Ces instruments dits de « capital contingent » ont vocation à être converties en actions, temporairement dépréciées ou annulées si les ratios de solvabilité d'une banque tombent sous un certain seuil.

Dans ces conditions, la plupart des obligations AT1 n'appartiennent plus à la catégorie investment grade, alors que les banques émettrices le sont en règle générale au titre de leurs émissions seniors. Cependant, leur présence dans les indices high yield n'est pas systématique. Beaucoup de ces benchmarks excluent les financières, même si elles sont susceptibles d'apporter une diversification dans un univers d'émetteurs corporate haut rendement.


Les titres subordonnés affichent une bonne résistance en période de volatilité

Les soubresauts de ces dernières semaines sur les marchés obligataires ont d'ailleurs démontré la bonne résistance des titres subordonnés des financières. Ils n'ont pas décroché aussi fortement que certains autres segments du marché obligataire vers lesquels les investisseurs à la recherche de rendement s'étaient précédemment portés, telles que les émissions des pays périphériques de la zone euro (dont le spread vis-à-vis du Bund s'est écarté).
L'offre des banques est d'autant plus importante qu'elles ont besoin de se constituer des coussins de capital réglementaire aussi élevés que possible, afin de protéger du risque de bail-in les titres « senior unsecured » (qui ne sont pas garantis par des actifs). Les « covered bonds » (obligations foncières en France), ces obligations garanties par des prêts immobiliers ou de collectivités publiques, s'avèrent d'ailleurs être le dernier pan du marché de la dette bancaire véritablement à l'abri.

http://www.swisslife.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...