Connexion
/ Inscription
Mon espace

Cartographie 2015 des risques et tendances sur les marchés financiers et pour l’épargne

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

L'AMF dresse un tableau des principaux risques parmi lesquels ceux liés à la faiblesse des taux d’intérêt et au calendrier de normalisation de la politique monétaire de la BCE, ainsi que la possibilité de variations brutales des conditions de liquidité sur les marchés.

Dans cette cartographie des risques et tendances 2015, l’AMF constante que le faible niveau des taux d’intérêt a contribué à relâcher la pression sur la solvabilité des entreprises et des Etats. La bonne orientation des marchés boursiers, sur fond de fusions acquisitions à leur plus haut niveau depuis 2007, a constitué un facteur de soutien aux émissions d’actions. Cependant, la période actuelle, exceptionnelle en raison du niveau des taux, présente des risques pour la stabilité financière. S’il devait perdurer, cet environnement pourrait éroder le modèle économique des banques et des assureurs.

Les gestionnaires de fonds et plus généralement les investisseurs, à la recherche de rendements, pourraient être tentés de procéder à des réallocations de portefeuille ou à des prises de risque excessives. A l’inverse, une normalisation trop rapide ou non anticipée de cet environnement de taux en zone euro pourrait entraîner une re-tarification brutale des actifs. La volatilité, quant à elle, pourrait s’amplifier si la liquidité sur les marchés était insuffisante, en particulier sur le marché obligataire. Enfin, la situation grecque présente des risques directs dont les effets sur les marchés semblent limités pour le moment, notamment grâce aux dispositifs de confinement mis en place au niveau européen (dette publique grecque portée par des institutions publiques, en particulier). Ce sont plutôt les effets indirects sur les autres pays fragiles de la zone euro qui appellent à la vigilance, si jamais les marchés y tarifaient un risque de sortie de la zone euro accompagnée de dévaluation, d’où des hausses de taux d’intérêt.

Même dans l’hypothèse favorable d’un scénario de normalisation monétaire progressive en zone euro, évitant les écueils précédents, des risques pourraient peser sur le financement de la croissance à long terme en France dans un contexte d’exigences prudentielles plus strictes pour les banques. Des offres de financement alternatives devront être privilégiées, notamment dans le cadre de l’initiative européenne d’une Union des marchés de capitaux. Le mouvement de désintermédiation fait également peser le danger d’un transfert du risque vers les secteurs peu ou moins régulés de la finance parallèle. Celle-ci fait actuellement l’objet de travaux internationaux pour appréhender sa contribution au risque systémique et adapter si nécessaire le cadre réglementaire. Enfin, l’épargne des ménages français reste peu orientée vers les actions, ce qui freine les investissements plus risqués et plus utiles à long terme pour la croissance de l’économie.

S'agissant de l'organisation des marchés, l'AMF relève une stabilisation de la fragmentation des marchés d'actions entre les différentes plateformes. Mais la hausse des volumes échangés en dérogation à la transparence pré-négociation prévue par la directive MIF s'est poursuivie, quoiqu'à un rythme moindre. Par ailleurs, la part du trading haute fréquence (THF) dans les échanges des grandes valeurs françaises a légèrement augmenté en 2014. La refonte de la directive MIF devrait permettre de mieux encadrer le THF et de limiter le développement des dark pools, dont l'essor pourrait conduire à une détérioration du processus de formation des prix. Concernant les produits dérivés négociés de gré à gré, la mise en œuvre progressive des réformes comme le règlement EMIR en Europe contribue par ailleurs à réduire le risque systémique et à augmenter la transparence sur ce segment, tout en appelant à la vigilance des régulateurs vis-à-vis des chambres de compensation qui concentrent de facto le risque de contrepartie.

Accéder au tableau de la description des risques :
- Stabilité financière
- Organisation et fonctionnement des marchés
- Financement de l'économie
http://www.amf-france.org/Actualites/Communiques-de-presse/AMF/annee-2015.html?docId=workspace%3A%2F%2FSpacesStore%2Fe72483f1-69b9-4e42-ae55-34e5ba192401

Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Amundi devient seul actionnaire de la fintech Anatec

Leader de la gestion d'actifs en Europe avec plus de 1 400 Mds€ d'actifs sous gestion, Amundi rachète la totalité du capital de la fintech Anatec, plateforme d'agrégation de conseil et d'épargne digitale développée sous la marque WeSave, dont elle détenait jusqu'à présent 49%. Cette transaction s'inscrit pleinement dans la stratégie digitale du Groupe Amundi. En élargissant sa gamme de solutions, elle renforce sa capacité à servir ses clients distributeurs avec une approche ouverte et agile,...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Rentabilité technique des organismes d’assurance-vie et mixtes établis en France

Synthèse de l'analyse de la rentabilité technique des organismes d'assurance-vie et mixtes établis en France, publiée par l'ACPR. - Le secteur de l'assurance-vie a collecté 137 Mds€ de primes en 2017 et a dégagé 6 Mds€ de résultat technique. - Les contrats d'épargne en euros continuent à représenter la plus grande partie du chiffre d'affaires (54% du total) et du résultat technique (55%). Pour autant, compte tenu de la conjoncture actuelle de taux d'intérêt, les assureurs favorisent la...