Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Regain d’image et de confiance du secteur bancaire : une tendance qui se confirme

La dernière vague du baromètre Banque Michael Page conforte l’embellie du secteur bancaire : 76% des cadres interrogés ont une bonne image de leur domaine d’activité (vs 68% en 2013) et 57% sont également confiants dans l’évolution du marché de l’emploi (vs 46% en 2013).
Ce retour à l’optimisme se traduit notamment par un taux de satisfaction relativement élevé : 57% de salariés se déclarent satisfaits de leur poste actuel.


Rémunération et périmètre de poste : moteurs de la motivation

Si plusieurs facteurs entrent en compte dans la motivation des salariés, la rémunération reste prioritaire avec une part de 30% sur l’ensemble des critères. Sur ce point, on constate une amélioration de la rémunération en 2015 :

- 49% de salariés ont reçu une augmentation en 2015 (vs 40% en 2014)

- pour 35%, l’augmentation perçue est supérieure à celle de 2014 (vs 20% en 2014 par rapport à celle de 2013)

- 69% ont reçu un bonus (vs 35% en 2014)

D’autres critères restent également fondamentaux pour stimuler la motivation des salariés tels que :

- le périmètre des missions 26%

- l’autonomie 23%

- l’ambiance de travail 20%.

 

Stress au travail : toujours très présent avec de nouveaux enjeux

Si tous les secteurs d’activités sont touchés par la recrudescence du stress au travail, celui-ci reste un enjeu particulièrement important dans le secteur bancaire puisque 85% des salariés déclarent souvent faire face à des situations stressantes.
On note malgré tout que le niveau de stress au travail semble avoir un peu diminué depuis 2014 puisqu’aujourd’hui 66% des salariés déclarent un niveau de stress supérieur ou égal à 7/10 contre 70% en 2014. Parmi les principales sources de stress, on retrouve :

- Les contraintes règlementaires accrues - principal enjeu pour 77% des répondants -, les banques étant de plus en plus sous surveillance et subissant une forte pression du régulateur.

- La pression des résultats 51%.

D’autres facteurs liés aux nouveaux défis et à la mutation des métiers, apparaissent tels que la digitalisation des métiers et des services - enjeu majeur pour 62% des salariés. En effet, si cette révolution numérique offre de nombreuses opportunités, elle redéfinit totalement les rôles et attributions des salariés du secteur : transformation de la relation client (nouveaux services, accessibilité multicanale aux offres maintenant possible sans intermédiaire), reconfiguration des points de contact physique (horaires ouvertures, nouvelles missions…)…


Nouveauté 2015 : la question Senior

Ce baromètre intègre une question inédite sur l’âge auquel un salarié se sent considéré comme Senior :  RESULTAT SURPRENANT : les salariés placent le curseur du ralentissement de leur carrière à 44,2 ans, soit à près de 20 ans de leur départ présumé à laretraite !

Dans un secteur pourtant très à la pointe sur les volets RH : accessibilité, diversité, mobilité… il semble qu’il reste quelques progrès à faire sur la politique RH à destination des « seniors ».

www.michaelpage.fr

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation