Connexion
/ Inscription
Mon espace

1 entreprise du CAC 40 sur 2 a comptabilisé une dépréciation de goodwill en 2014

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Duff & Phelps, spécialiste en évaluation et corporate finance, publie les résultats de son étude 2015 relative aux dépréciations des écarts d’acquisition enregistrées par les sociétés du CAC 40 en 2014. Dans le prolongement de l’étude européenne consacrée à ce sujet, il s’attache à analyser les tendances observées pour les plus grandes sociétés françaises cotées.

Selon les données figurant dans les rapports annuels, dont les publications se sont achevées ces dernières semaines, 1 entreprise du CAC 40 sur 2 a comptabilisé une dépréciation de goodwill. Ce ratio est très comparable à celui de 2013, puisque 19 des 40 plus grandes valeurs cotées étaient alors concernées. « Ces résultats confirment une tendance que nous avions relevée précédemment pour l’ensemble de l’Europe, relève Yann Magnan, Managing Director de Duff & Phelps et responsable de l’activitéEvaluation pour l’Europe. « En effet, notre étude avait permis d’établir que les dépréciations de goodwill des plus grandes sociétés européennes avaient baissé de 25% entre 2012 et 2013. En totalisant 3,1 Mds€ de dépréciations - contre 10,5 Mds€, un an plus tôt -, les sociétés du CAC 40 s’inscrivent clairement dans la tendance enregistrée ces dernières années. »

L’étude établit en outre que l’essentiel des dépréciations du goodwill est concentré sur un nombre très limité de secteurs : en 2014, 75% de ces dépréciations concernent seulement 3 secteurs d’activité. Avec 916 M€, le secteur banque-finance du CAC 40 concentre les dépréciations de goodwill les plus significatives - alors qu’il en totalisait 354 M€, un an auparavant. Il devance le secteur énergie/électricité (681 M€ en 2014, contre 5 932 M€ en 2013) et le BTP (675 M€ en 2014, contre 257 un an plus tôt).

« Le montant global des dépréciations en 2014 est faible et résulte de situations très contrastées. Il n’est pas aisé de dégager un effet de tendance qui soit commun aux sociétés du CAC 40, analyse CarineTourneur, Managing Director. « En synthèse, les principaux facteurs explicatifs des dépréciations sont liés à trois classes de risques : les risques de marché liés à la zone géographique (Russie, Syrie, Irak…), les risques spécifiques à chaque secteur (comme les conditions réglementaires ou tarifaires) et enfin ceux spécifiques à l’activité associée au goodwill testé. »

Plus d’informations : www.duffandphelps.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Pas de Brexit pour Investeam !

Investeam s'étend au Royaume-Uni à travers un partenariat stratégique avec Eiger Advisors. Tierce Partie Marketer depuis 2004 à Paris, Investeam Europe s'allie avec Eiger Advisors, spécialiste de la distribution de fonds au Royaume-Uni.Le marché britannique est et restera, de par sa profondeur et malgré le Brexit, une place incontournable pour l'industrie de la gestion d'actifs. La présence locale d'Eiger Advisors, structure commerciale professionnelle régulée au Royaume-Uni, sera un atout...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Les États-Unis se replient sur eux-mêmes, abandonnent leur rôle de gendarme du monde...

Billet mensuel du docteur Leber, fondateur d'ACATIS, société de gestion indépendante allemande. En ce début d'année 2019, un regard sur l'économie s'impose. Un regard sur le bon fonctionnement conjoncturel, sur l'aplatissement de la courbe des taux qui est un signe avant-coureur de récession, sur la guerre mondiale des tarifs douaniers et sur le Brexit en tant qu'élément frein. Un regard enfin sur les passionnantes mutations technologiques, sur la haute rentabilité de nouveaux modèles...