Connexion
/ Inscription
Mon espace

Allocation Stratégique d’Actifs de Barings

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Les recommandations Juin 2015

Après un 1er trimestre décevant aux Etats-Unis, nous attendions un rebond qui n’a pas eu lieu. Ceci relève en particulier d’un effet saisonnier, comme au cours des dernières années. Même si cette situation est quelque peu déroutante, elle ne modifie pas nos projections à long terme pour une meilleure croissance, plus tard dans l’année. Les dernières données sont également mitigées pour le Japon comme pour la zone euro. Néanmoins, de réels progrès ont été réalisés dans ces économies qui, selon nous, devraient être des contributeurs importants de la croissance mondiale. Au Japon, les entreprises offrent une bonne rentabilité, notamment grâce aux exportations. Dans la zone euro, sur fond d’amélioration des conditions monétaires, on note une hausse des prêts. 

Nous sommes dans une période dissonante où le comportement des marchés boursiers semble déconnecté des conditions économiques. La croissance décevante aux Etats-Unis a curieusement bénéficié à la bourse. Les attentes d’une hausse des taux de la Fed en juin ont diminué. Pour la plupart, les experts tablent maintenant pour septembre voire plus tard. Les actifs risqués ont profité de ce délai. Les bourses paraissent désormais plus focalisées sur la politique monétaire que sur les conditions économiques, dans les marchés développés mais également plus à l’Est, comme en Chine.

Dans les années qui ont suivi la crise financière, les banques centrales ont fait ce qu’il fallait pour limiter la volatilité, faciliter l’accès au crédit, et réguler les marchés financiers, favorisant des taux d’intérêt bas au détriment des épargnants et des prêteurs. L’amélioration des conditions économiques va atteindre un point où il faudra abandonner ces politiques voire les inverser. Quand cela sera effectif, il y a un risque que ce qui a été réprimé rejaillisse avec force sans qu’on puise bien en mesurer les dégâts potentiels. 
La question clef se rapporte à la Fed, au calendrier et à l’envergure de sa future hausse des taux. Nous restons convaincus qu’à moins que la faiblesse ne perdure, la Fed devrait passer à l’action en septembre. La décision politique dépendra de l’amélioration de l’emploi aux Etats-Unis et de ses conséquences sur l’inflation.


Deux autres éléments pourraient également entrer en ligne de compte :

1/ il y a le désir de monter les taux afin qu’ils puissent à nouveau être baissés si besoin. Ceci donnerait à la Fed un levier essentiel face à tout ralentissement futur. 
2/ il y a le besoin de rationaliser le marché du crédit, d’éviter des endettements excessifs et d’arrêter la mauvaise allocation des capitaux. Gérer la sortie de cette politique monétaire constitue pour Janet Yellen le test le plus important de son mandat. 

Reste l’épineuse question des marchés émergents. Depuis longtemps, les bourses émergentes sous-performent les marchés développés. Cependant, nous nous demandons si la situation ne va pas désormais s’inverser.  En effet, de nombreux facteurs nous suggèrent que nous atteignons ce point d’inflexion :
- l’allocation des portefeuilles globaux,
- la chute de géants des matières premières en Russie et au Brésil,
- la flambée des actions chinoises grâce à la politique monétaire et l’Asie, un des principaux bénéficiaires de la baisse du pétrole.
Si un dollar fort et un potentiel resserrement de la politique monétaire de la Fed ne présagent rien de bon pour l’avenir immédiat sur les émergents, nous nous attendons néanmoins à un point de retournement dès que la première hausse des taux aura eu lieu et qu’un dollar fort et des taux plus hauts seront bien intégrés par les marchés. Ce qui pourrait bien constituer le point de bascule


Allocation d’actifs

Barings maintient son allocation d’actifs inchangée : préférence pour les actions avec un biais sur le Japon et l’Europe. Sur le plan sectoriel, nous avons revalorisé les finances (surpondérées) les conditions étant désormais plus favorables pour les banques américaines comme européennes. Nous avons dégradé la consommation courante (sous-pondérée) compte tenu des valorisations actuelles. Nous sommes revenus à une position neutre sur la consommation durable, les bienfaits d’une énergie bon marché ayant, selon nous, déjà été intégrés dans les cours. Par rapport au dollar, nous sommes neutres sur l’euro, le yen et la livre sterling, tablant sur une consolidation des changes avant la hausse des taux américains au second semestre.

www.barings.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...