Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Où s’en est allée la croissance asiatique ?

Selon Allianz Global Investors, les perspectives s'améliorent en Asie et les marchés de la région devraient offrir de nombreuses opportunités aux gérants actifs.

Après une période de répression financière soutenue, les investisseurs des marchés matures recherchent toujours désespérément des rendements attrayants. La faiblesse des taux réels et des rendements a persisté plus longtemps que prévu, car le processus de désendettement du secteur privé en cours aux États-Unis et en Europe n’est pas encore achevé. Si les pays développés bénéficient actuellement d'une dynamique de croissance plus soutenue que les émergents, les actifs asiatiques méritent toutefois de retenir l’attention des investisseurs.

Des perspectives en amélioration
Au niveau mondial, la dynamique de croissance est actuellement plus soutenue sur les marchés développés que dans les pays émergents. Les États-Unis restent le principal moteur de la croissance économique mondiale, même si leur propre croissance ralentit. « Au sein des émergents, dont les dernières statistiques économiques attestent tout au plus d’une certaine stabilisation, les perspectives sont légèrement meilleures pour l’Asie, parce que l'environnement actuel est plus favorable aux importateurs de matières premières qu'aux exportateurs », souligne Andreas Utermann, directeur mondial des investissements et co-dirigeant d’AllianzGI.

Des réformes structurelles sont nécessaires pour relancer la croissance en Asie
Raymond Chan, directeur de la gestion des actions asiatiques d’AllianzGI, dresse un bilan positif de la région, même si l’éventualité d’une bulle liée à la hausse de l'endettement du secteur privé en Chine et alimentée par des signes de surchauffe des actions et du marché immobilier a beaucoup fait débat : « La clé de la croissance en Asie repose sur les différentes réformes structurelles que de nombreux gouvernements sont en train de mettre en œuvre ; l’impact potentiel de ces réformes sur les marchés actions semble sous-estimé par les investisseurs. La Chine est bien engagée dans le processus de transition économique qui doit la conduire d'un modèle dépendant des exportations vers un système axé sur la consommation intérieure. D'autres initiatives participent de cette même dynamique, comme le changement d’allocation du fonds de pension public japonais, le démantèlement de conglomérats peu transparents en Corée du Sud ou les réformes destinées à lutter contre la corruption et attirer des investissements directs étrangers, en Thaïlande. Dans l'ensemble, les économies asiatiques devraient bénéficier du repli des prix des matières premières. En élargissant leur univers aux marchés frontières asiatiques, les investisseurs pourraient trouver des sources supplémentaires de rendement et de diversification. » Raymond Chan souligne également que les paiements de dividendes jouent un rôle de plus en plus important dans la performance des actions asiatiques.

Obligations asiatiques : une classe d'actifs vaste et en pleine croissance
La région a beaucoup à offrir aux investisseurs obligataires. « La plupart des emprunts d'État asiatiques sont notés investment grade et affichent des rendements très attrayants par rapport à la dette souveraine des pays développés. A cela s’ajoutent les devises de ces pays qui doivent être considérées comme une source potentielle de rendement supplémentaire », explique David Tan, directeur de la gestion obligataire Asie chez AllianzGI. D'après ce dernier, grâce à des fondamentaux plus solides, la classe d'actifs est devenue moins sensible aux variations de prix engendrées par les flux des investisseurs. Il ajoute : « Des obligations asiatiques au sein de portefeuilles d'obligations mondiales permettent d'améliorer leur profil rendement/risque. »

Il n'y a pas que la Chine
« Après avoir souffert pendant la crise financière mondiale, le marché des actions chinoises est en train de se redresser rapidement. Si l'on additionnait les capitalisations boursières des entreprises cotées aux Bourses de Hong Kong, Shanghai et Shenzhen, la Chine représenterait le 2ème marché d’actions du monde », déclare Christina Chung,directeur de la gestion des actions chinoises chez AllianzGI. Raymond Chan reconnaît que le taux de croissance en baisse de la Chine est (à nouveau) problématique, mais il estime qu'il faut moins se focaliser sur les chiffres annuels de la croissance chinoise et plutôt se concentrer sur les réformes visant à équilibrer et viabiliser la deuxième économie mondiale.
Pour Yuming Pan, gérant senior de portefeuilles d'actions pan-asiatiques chez AllianzGI ajoute : « La jeune génération de consommateurs en Asie est de plus en plus aisée et ses besoins sont très différents de ceux de ses aînés. Les produits que ces consommateurs achètent et leur façon d'acheter sont aussi très différents. C'est une dynamique puissante qui est sur le point de modifier fondamentalement la structure des marchés d’actions asiatiques au cours de la décennie actuelle et au-delà. »

www.allianzgi.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation