Connexion
/ Inscription
Mon espace

Moins de vagues à prévoir en Asie lorsque la Fed augmentera ses taux

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Dans cette interview, Rajeev De Mello, Responsable des gestions de taux asiatiques chez Schroders, explique pourquoi les économies asiatiques sont désormais mieux préparées à une hausse des taux de la Réserve fédérale qu'elles ne l'étaient lors de l'annonce du « tapering » en 2013.


Quelle est la probabilité pour que nous assistions à un bis repetita de la volatilité de marché entraînée par l'annonce du « tapering » en 2013 une fois que la Réserve fédérale (Fed) commencera à augmenter ses taux d'intérêt ?
Je doute que les marchés réagissent comme en 2013, et ce pour deux raisons :
- D'une manière générale, le marché est bien mieux préparé maintenant. Beaucoup de choses ont été dites depuis 2013 et les investisseurs à travers le monde ont réduit leurs positions après la forte réaction qui s'est produite lorsque la Fed a annoncé son intention de commencer à diminuer son programme d'achats d'actifs.
- Plus important encore, les dirigeants politiques dans la région ont renforcé la stabilité et la solidité de leur pays dans l'éventualité d'une nouvelle sortie soudaine de capitaux.

Quelles mesures les pays asiatiques ont-ils prises et seront-elles efficaces ?
Les pays ont pris diverses mesures pour améliorer la stabilité de leur économie, comme des hausses d'impôts, des baisses de subventions, la libéralisation des marchés et l'augmentation des réserves de change.

Est-ce que les marchés des taux asiatiques bénéficieront de la baisse des prix du pétrole ?
Le pétrole revêt une importance vitale pour l'Asie, qui consomme énormément de pétrole par unité de PIB produit. Par conséquent, plus le prix du pétrole est bas, mieux c'est pour la plupart des pays de la région. L'affaiblissement des prix du pétrole permet de contenir l'inflation. Cela signifie également que les pays peuvent profiter de la baisse des prix du pétrole pour diminuer leurs subventions. Cela continuera à être positif, car la baisse des prix du pétrole se reflètera sur le coût de biens tels que les produits alimentaires, dont le prix dépend des coûts de production et de transport.

Dans quelle mesure la divergence des politiques monétaires des États-Unis, de l'Europe et du Japon a-t-elle influencé les marchés asiatiques ?
Le yen s'est fortement déprécié, ce qui a des répercussions sur les pays dont les exportations sont en concurrence avec celles du Japon. Par exemple, c'est le cas de la Corée du Sud dans les secteurs automobile, électronique et de la construction navale. L'affaiblissement du yen entraîne une baisse de la compétitivité de la Corée du Sud face au Japon, ce qui met fortement sous pression le pays du matin calme. Les répercussions ne sont pas encore visibles, car la Corée du Sud affiche toujours un important excédent commercial par rapport au reste du monde, mais les dirigeants sud-coréens craignent l'impact de la dépréciation du yen.

Quels pays asiatiques sont davantage imperméables à une hausse des taux de la Fed ?
Les pays qui affichent des excédents commerciaux sont naturellement un peu plus à l'abri. La Corée du Sud par exemple a un immense excédent commercial, mais il y a d'autres pays dans la région, comme la Thaïlande et Taïwan, qui, selon moi, devraient aussi être relativement protégés.

Comment les marchés asiatiques réagiront-ils à un raffermissement du dollar ?
Globalement, les devises asiatiques n'ont que modérément reculé face au dollar ces 12 derniers mois. Les investisseurs redoutent davantage ce qui se produira à l'avenir en cas de raffermissement du dollar ; selon les anticipations, ils se montreront plus prudents à l'heure d'investir en Asie. De plus, on constate des inquiétudes de la part des entreprises ayant émis des obligations en dollar, car leurs dettes en dollar continueront d'augmenter avec l'appréciation du billet vert face aux devises asiatiques.

Sommes-nous face à une bulle des obligations d'entreprise en dollar américain ?
Le rythme des émissions d'obligations d'entreprise n'a pas faibli en Asie : 200 milliards de dollars d'obligations ont été émis en 2014 et nous pensons que ce devrait être plus ou moins comparable cette année en raison du plus grand nombre de secteurs et de segments émettant sur le marché des obligations en dollar. Compte tenu de la faiblesse des rendements américains et de l'ensemble des rendements en devises locales, les entreprises allongent le profil de remboursement (c'est-à-dire qu'elles repoussent l'échéance) de leurs programmes d'emprunt. Nous constatons toutefois une certaine prudence dans la façon dont les entreprises couvrent leurs émissions en dollar.

http://www.schroders.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...