Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Analyse] "Les actions restent le placement par défaut"

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Une croissance du PIB nettement inférieure aux Etats-Unis, des statistiques conjoncturelles un peu plus favorables en Europe, l’absence de tendance claire au Japon et la poursuite de la faiblesse dans les pays émergents : conformément aux dernières années, les espoirs d’une accélération de la croissance économique en cours d’année risquent d’être déçus.

C’est ce que pensent Guy Wagner, chief investment officer de la Banque de Luxembourg, et son équipe dans l’analyse mensuelle, les ‘Highlights’.

Aux Etats-Unis, la croissance du PIB a été nettement inférieure aux attentes au premier trimestre, principalement à cause des conditions météorologiques difficiles en hiver et des grèves dans les ports de la côte ouest du pays. En Europe, les statistiques conjoncturelles étaient un peu plus favorables grâce à la faiblesse de l’euro, même si les surprises économiques positives sont devenues moins nombreuses depuis le début du mois d’avril. Au Japon, l’activité économique ne montre toujours pas de tendance claire alors qu’elle continue à faiblir dans les pays émergents. « Conformément aux dernières années, les espoirs d’une accélération de la croissance économique en cours d’année risquent d’être déçus », affirme Guy Wagner, Chief investment Officer de la Banque de Luxembourg et administrateur-directeur de la société de gestion BLI - Banque de Luxembourg Investments.

Des prix pétroliers stables empêchent un recul supplémentaire des taux d’inflation
Suite à la stabilisation des prix pétroliers, les taux d’inflation consolident à de faibles niveaux. Aux Etats-Unis, l’inflation est passée de 0% en février à -0,1% en mars, tandis que dans la zone euro, le taux d’inflation est remonté de -0,1% en mars à 0% en avril.

La banque centrale chinoise réduit le taux des réserves obligatoires des banques commerciales
La Réserve fédérale aux Etats-Unis n’a pas donné d’indications nouvelles quant à l’échéancier d’un premier resserrement monétaire éventuel. Les analystes tablent dorénavant sur une première hausse des taux en septembre au plus tôt. En Europe, la Banque centrale continue à racheter des emprunts d’Etat à hauteur de 60 Mds€ par mois. En Chine, la banque centrale a réduit le taux des réserves obligatoires des banques commerciales de 19,5 à 18,5% et envisage d’accepter comme collatéral les emprunts émis par les gouvernements régionaux.

Les rendements des obligations d’Etat en Europe et aux Etats-Unis remontent
En avril, les rendements des obligations d’Etat de la zone euro se sont tendus. La hausse des taux en Allemagne, en Italie et en Espagne semble avoir été déclenchée par des positions « short » entamées par le monde des fonds « hedge » suite au niveau dérisoire de la quasi-totalité des rendements obligataires dans la zone euro. Aux Etats-Unis, les taux obligataires se sont également tendus. « Malgré leur remontée, les taux longs européens restent à des niveaux peu attrayants. Les obligations d’Etat américaines demeurent la seule alternative valable dans les pays industrialisés, étant donné qu’elles disposent encore d’un potentiel d’appréciation si l’activité économique ralentissait davantage », dit l’économiste luxembourgeois.

Les actions restent le placement par défaut
Les marchés américains et européens se sont maintenus à des niveaux élevés en avril, alors que les bourses japonaises et asiatiques ont même continué à progresser. Selon Guy Wagner : « Compte tenu de la bonne performance de la plupart des actions depuis le début de l’année, une correction boursière à l’entrée de la période de mai à octobre, qui historiquement a été nettement moins favorable pour les bourses que la période de novembre à avril, ne serait pas particulièrement surprenante. » En l’absence d’un choc externe, les actions devraient toutefois maintenir leur statut de placement par défaut en raison des perspectives d’une poursuite de l’environnement de taux zéro dans les mois à venir.

www.banquedeluxembourg.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...