Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les recommandations d'investissement du comité stratégique de Barings

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Les politiques monétaires des grands pays restent l’élément déterminant sur les marchés. 

1/ L’économie américaine vient de subir le double effet d’un hiver rigoureux et de la baisse des dépenses liées au pétrole. Si en raison du froid, les américains sont restés au chaud, nous pourrions maintenant assister à un rattrapage sur la consommation au 2e trimestre, comme cela s’est déjà produit dans des situations similaires. La réduction des investissements liés au pétrole est susceptible d’être plus que compensée par l’impact positif de la baisse des cours de l’or noir, la baisse à la pompe étant très sensible. Dans notre première analyse, nous avions estimé que la baisse du coût de l’énergie procurerait une économie de l’ordre de 250 Mds$ pour les consommateurs américains, somme qu’ils utiliseraient au profit des ventes de détail et qui soutiendrait la croissance. Pour la Fed, comme pour nous, l’étude des ventes de détails et des chiffres de la consommation sera cruciale pour comprendre si le ralentissement de début 2015 est bien, comme nous le pensons, seulement un phénomène transitoire.
Nous restons donc positifs sur les Etats-Unis même si les bénéfices des entreprises ont été décevants, notamment à l’exportation, du fait de la robustesse du dollar, situation qui devrait perdurer.De ce fait, depuis le début de l’année, nous préférons les sociétés américaines tournées vers le marché intérieur telles que les petites capitalisations de l’indice Russell 2000.

2/ Concernant la zone euro, après une période d’affaiblissement de la monnaie et quelques signes encourageants de la BCE (dès avant la mise en place des mesures de Quantitative Easing), nous commençons à déceler de timides signes de reprise économique cyclique et un rebond de la rentabilité des entreprises. Pour la 1ère  fois depuis cinq ans, et bien que modestes, les révisions de bénéfices ont été positives. Ces améliorations touchent six des dix principaux secteurs : consommation courante et durable, santé, industrie, finance et technologies de l’information. Cependant, les négociations entre la Grèce et ses créanciers sont toujours en cours et ne permettent pas aux marchés de progresser davantage.

3/ Au Japon, les données économiques restent mitigées. La bourse est toujours tirée vers le haut par les profits des entreprises et bénéficie de l’intervention d’importants investisseurs, tel que le fonds de pension GPIF (Gouvernment Pension Investment Fund). Le défi à long terme demeure inchangé pour le gouvernement : comment créer un élan plus fort tant au niveau des consommateurs domestiques que des entreprises pour étendre la reprise au-delà des secteurs exportateurs.

4/ En Chine, les données économiques sont toujours faibles et le taux de croissance réelle pourrait se situer entre 3 et 4%. Les autorités ont bien pris la mesure de ces chiffres décevants si l’on en juge par la vigueur de leur réaction en termes d’assouplissement monétaire, avec des réductions substantielles du RRR (Reserve Requirement Ratio). Grâce à cette politique et bien que la profitabilité des entreprises déçoivent et que les bénéfices soient révisés à la baisse, le marché reste porteur.


Allocations d’actifs

Nous sommes un peu moins optimistes que le mois précédent, mais privilégions toujours les actions. Nous avons revalorisé Hong Kong du fait de son potentiel de valorisation le marché pouvant bénéficier de l’assouplissement monétaire chinois. Nous sommes revenus à une position neutre sur la santé.
Nous sommes également neutres sur l’énergie mais pourrions revoir notre position à la hausse le mois prochain. Nous avons rétrogradé les obligations d’Etat italiennes, leurs valorisations semblant excessives sur fond de possible détérioration de la situation grecque. Nous avons revalorisé l’euro à une position neutre, anticipant une période de stabilité, voire une très légère baisse du dollar. 

www.barings.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...