Connexion
/ Inscription
Mon espace

Lazard Frères Gestion analyse la conjoncture économique

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Au Etats-Unis

Scénario
La croissance forte et la poursuite de la baisse du taux de chômage vont permettre à la Réserve Fédérale de poursuivre la normalisation de sa politique monétaire.

Évolution récente
- Les créations d’emplois ont nettement ralenti en mars avec seulement 129 000 créations dans le secteur privé après 264 000 en février. Le taux de chômage était stable à 5,5% et le salaire horaire a progressé un peu plus vite.
- Les enquêtes ISM se sont repliées au mois de mars : l’ISM manufacturier est passé de 52,9 à 51,5 et l’ISM non-manufacturier a cédé 0,4 point pour s’établir à 56,5.
- Les dépenses de consommation des ménages ont reculé de 0,1% en février mais les ventes de voitures étaient mieux orientées en mars à +5,5%.
- Les commandes de biens d’investissement hors éléments volatils ont poursuivi leur baisse en février avec un recul de 1,1% sur le mois.
- L’inflation sur un an était stable et l’inflation sous-jacente a accéléré à +1,7% en février.

A surveiller
Le ralentissement des créations d’emplois intervient après plusieurs mois très forts, 260 000 créations par le secteur privé en moyenne au cours des douze derniers mois. Les autres indicateurs continuent de décrire un marché du travail dynamique : le ratio du nombre de demandeurs d’emploi par offres d’emplois a touché un plus bas depuis novembre 2007 à 1,7 en février et les inscriptions hebdomadaires au chômage, après quelques semaines de hausse, ont repris le chemin de la baisse, fin mars, pour revenir sur des niveaux historiquement faibles. Ces éléments laissent penser que le ralentissement n’est que passager.

 

En Zone Euro

Scénario
La zone euro accélère progressivement. La baisse de l’euro devrait soutenir les exportations.

Évolution récente
- L’indice PMI composite pour l’ensemble de la zone a continué sa progression avec une hausse de 0,7 point en mars pour se situer à 54un niveau cohérent avec une croissance de l’ordre de 2% en rythme trimestriel annualisé.
- Les ventes au détail ont reculé de 0,2% en février après avoir fortement progressé sur les derniers mois.
- Le taux de chômage dans la zone euro est passé de 11,4 à 11,3% en mars.
- L’inflation était un peu moins négative en estimation préliminaire pour mars, -0,1% sur un an, tandis que l’inflation sous-jacente a ralenti à +0,6%.

A surveiller
L’économie allemande a connu un trou d’air au troisième trimestre 2014 mais la croissance accélère nettement depuis le quatrième trimestre. Les enquêtes de confiance se sont redressées et la consommation des ménages a été très dynamique sur les derniers mois, portée par les gains de pouvoir d’achat liés à la baisse du prix du pétrole et à l’instauration d’un salaire minimum début janvier. La bonne tenue des ventes au détail et des nouvelles immatriculations sur les deux premiers mois de l’année ainsi qu’un marché du travail bien orienté suggèrent une poursuite de cette tendance au premier trimestre. Les données relatives au commerce extérieur et à l’investissement sont en revanche plus mitigées.

 

Au Japon

Après deux trimestres de contraction, le Japon a renoué avec la croissance au 4ème  trimestre où le PIB a progressé de 1,5% en rythme trimestriel annualisé. La bonne progression des exportations sur les derniers mois a permis une réduction importante du déficit commercial mais les enquêtes et les données d’activité étaient plutôt décevantes en début d’année, à l’image des ventes au détail qui se sont contractées en janvier et en février. Le marché du travail est en revanche bien orienté et les premiers éléments sur les négociations salariales en cours sont favorables. L’inflation et l’inflation sous-jacente ont continué de ralentir sur les derniers mois.

________________________

Lire également l'avis de François Lavier, analyste-gérant d’Objectif Crédit Fi. et d’Objectif Capital Fi, chez Lazard Frères Gestion, sur les dettes subordonnées financières :

http://esteval.fr/article.10016.l-avis-de-francois-lavier-analyste-geran.php

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...