Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les DRH inquiets des nouveaux textes relatifs à la formation professionnelle

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Selon une récente étude des cabinets Fidal et Amplitude, dirigeants et DRH sont inquiets des nouveaux textes relatifs à la formation professionnelle, jugés trop compliqués et générant une augmentation de leurs dépenses.

Le commentaire de Natacha de Saint Vincent, Directrice générale de Francis Lefebvre Formation.

« Dans l’esprit, la réforme est positive, puisqu’elle donne aux entreprises plus de liberté dans la déclinaison de leur plan de formation (choix des formats, choix des organismes, budgets alloués, etc.) et qu’elle les responsabilise, en particulier avec le dispositif des entretiens professionnels. Mais, dans les faits, la réforme ne correspond pas aux besoins des entreprises puisqu’elle réduit mécaniquement leurs financements pour plusieurs raisons :

- Là où l’entreprise avait, auparavant, pour ou via ses salariés, des possibilités de financement multiples pour des types de formation différentes (le DIF pour des formations courtes, la période de professionnalisation pour des formations plus longues et plus orientées « métier » et le CIF pour des formations qualifiantes), l’intégralité du financement (professionnalisation, CPF et CIF) est maintenant concentré sur la qualification, qui ne représente qu’une (petite) partie du besoin des entreprises et des salariés…

- Les systèmes de mutualisation par les OPCA, qui permettaient aux entreprises de financer des plans de formation supérieurs à leur investissement direct, n’existent plus. La conséquence est simple : les entreprises qui ne dépensent pas en formation continueront à ne pas dépenser, et celles qui dépensent devront soit dépenser plus pour dispenser les mêmes formations, soit réduire, de fait, leurs ambitions en termes de formation ;

- La mise en place des listes crée des confusions dans l’attribution des financements et rend d’autant plus complexe la mise en place du nouveau système. On peut néanmoins espérer que ce dernier point est passager et que les choses vont rentrer dans l’ordre.

En conclusion, pour que les salariés accèdent aux mêmes formations qu’avant, les entreprises devront concrètement dépenser plus. Etant donné les difficultés économiques actuelles, il est malheureusement à craindre que l’arbitrage soit plutôt de moins former les salariés. »

http://www.flf.fr/

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...