Connexion
/ Inscription
Mon espace

Actions européennes, contexte favorable au retour de la croissance des bénéfices ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Si l’année a débuté en fanfare avec une progression boursière historique en Europe, la vigilance selon nous reste de mise et il vaut mieux privilégier les valeurs relativement peu influencées par la conjoncture en se fiant avant tout à la solidité des bilans et à la capacité de générer des cash-flows et en restant fidèle à ses convictions. Quoiqu’il en soit, les entreprises européennes disposent aujourd’hui d’un levier opérationnel qui devrait être propice à leur croissance, entre faible pression sur les salaires et baisse du prix des matières premières.


Par Cédric de Fonclare  gérant du fonds Jupiter European Opportunities chez Jupiter AM

L’environnement actuel, fait de taux bas et d’interventions tous azimuts des banques centrales, n’offre qu’une visibilité extrêmement réduite et renforce notre conviction que les seuls éléments réellement fiables sur lesquels on peut se baser sont les fondamentaux des entreprises. Le stock-picking est selon nous plus que jamais le style de gestion à adopter, y compris sur des secteurs cycliques.

Le secteur automobile illustre bien cela, à l’image de Continental, 5ème équipementier automobile. Cette entreprise s’est notamment spécialisée dans les composants électroniques qui dans peu de temps compteront pour la moitié de la valeur d’une voiture. Contrairement à une valeur comme Peugeot, très dépendante de la conjoncture, Continental dispose de propriétés intrinsèques qui devrait lui permettre de connaître une croissance appréciable d’ici quelques années, ne serait-ce que grâce à une augmentation de son taux de pénétration et à la généralisation de l’électronique dans les voitures.

Un autre aspect que nous devons prendre en considération est la génération de cash-flows. Les entreprises européennes en génèrent beaucoup, ce qui leur a permis d’améliorer leurs bilans. Si elles sont encore réticentes à faire de gros investissements, elles sont plus enclines à verser des dividendes.
Aujourd’hui, près de 70% des entreprises européennes offrent un rendement de dividende qui est supérieur au rendement de leurs propres obligations. En prenant en compte la prime de risque actions, le rendement potentiel global des actions est considérable comparé à, par exemple, un investissement en dette souveraine.
Enfin, même si la volatilité des marchés a beaucoup baissé ces dernières années, les annonces de résultats suscitent encore parfois des mouvements de grandes ampleurs. Il est donc important selon nous de ne pas sur-réagir à ces effets d’annonce. A la baisse, ils peuvent s’avérer être de bons points d’entrée ; lorsque ces mouvements sont haussiers, il ne faut, selon nous, pas hésiter à vendre si on considère que le potentiel de hausse a été atteint.

D’une manière générale, le marché européen doit être replacé dans son contexte : le marché actions est largement haussier depuis 2012 mais sans qu’il y ait eu de croissance des bénéfices. La grande question pour 2015 est de savoir si les entreprises européennes vont être capables de renouer avec la croissance. Etant donné qu’il n’y a en Europe pas de pression sur les salaires à l’heure actuelle et que les prix des matières premières sont à la baisse, les entreprises européennes disposent d’un levier opérationnel important, contrairement aux Etats-Unis où la pression sur les salaires est plus prononcée.

Parallèlement, beaucoup d’investisseurs à la recherche de rendement commencent à se rapprocher des actifs risqués et donc des actions, mais privilégient le marché européen et se méfient du marché américain qui n’est pas à l’abri d’une correction significative. Ces éléments nous incitent à envisager les mois qui viennent avec optimisme.

http://www.jupiteram.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...