Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les entreprises pâtiront du risque d’impayés dans les pays émergents…

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

… et d’un chiffre d’affaires stagnant en Europe.

Le nombre de défaillances d’entreprises va continuer de baisser à l’échelle mondiale, mais à un rythme plus lent, les difficultés économiques entraînant une augmentation des faillites sur les marchés émergents, selon Euler Hermes, spécialiste mondial de l’assurance-crédit. Dans son Bulletin économique intitulé Se concentrer sur les signaux, ignorer les bruits, Euler Hermes prévoit une diminution de 2% du nombre de faillites dans le monde en 2015, soit un rythme bien inférieur à la baisse de 14% observée en 2014.

Ce ralentissement tient à un environnement économique mondial à plusieurs vitesses : la croissance régulière des pays développés est contrebalancée par des révisions à la baisse dans les pays émergents. « Les pressions financières et le risque de contrepartie continuent de poser de sérieux défis aux économies dans le monde entier, » souligne Ludovic Subran, Chef Économiste d’Euler Hermes. « L’alternance de phases d’expansion et de ralentissements dans les pays émergents n’aide pas le secteur privé. »

Le sous-investissement chronique au Brésil, la volatilité des politiques en Chine, la vulnérabilité du Mexique et de l’Afrique du Sud vis-à-vis de l’extérieur ou encore les problèmes intérieurs de la Russie constituent autant de raisons pour lesquelles les impayés augmentent et les risques sectoriels menacent les entreprises sur les grands marchés émergents.
Selon Euler Hermes, le risque sectoriel augmentera de manière générale en Russie et dans les pays voisins, dans la construction mécanique au sein des pays producteurs de pétrole et chez les exportateurs en Suisse.

Sur les marchés émergents, les entreprises font face à d’importants obstacles, les composantes du risque pays se dégradant, ce qui se traduit déjà par une baisse de la note du Brésil et du Ghana.

Euler Hermes estime que le nombre de défaillances d’entreprises va augmenter de :
- 30% en Russie
- 17% en Turquie
- 11% au Brésil
- 10% au Maroc, et
- 8% au Portugal.

En 2015, à l’échelle mondiale, sept pays sur 10 afficheront encore des taux de défaillances d’entreprises supérieurs à ceux de 2007.

Les faillites connaissent en revanche une tendance à la baisse dans les économies avancées, notamment aux États-Unis, en Irlande, en Espagne et aux Pays-Bas. Néanmoins, l’atonie de la reprise économique mondiale en 2015 à +2,7% semble attester d’une demande encore faible.

En Europe, les pressions baissières sur les prix devraient persister en 2015 avant de se relâcher fortement en 2016, conférant alors aux entreprises une meilleure marge de manœuvre en termes de fixation des prix. L’évolution de l’activité économique (la croissance nominale du PIB) et celle des CA des entreprises sont liées. Dans ce contexte, la croissance des CA devrait rester cette année autour de :
+2% en Allemagne et au Royaume-Uni,
+1% aux États-Unis et en France,
0% en Italie, et
négative à -1% en Espagne.

« Après six années de profonde dépression, il semble que la baisse de l’euro et des prix du pétrole et la faiblesse des coûts de financement produisent lentement leur effet : l’Europe se redresse enfin », note Ludovic Subran. « Cependant, en l’absence de croissance nominale, les CA ne progressent pas et les incitations à investir en masse sont inexistantes. Dans la zone euro, le déficit d’investissement s’élève à 240 Mds€ environ pour le secteur privé. »

Dans un autre récent Bulletin, Que nous mijote le commerce mondial ?, Euler Hermes montrait à quel point l’incapacité de fixation des prix affecte les exportateurs : en 2015, la croissance des échanges commerciaux devrait atteindre 4% en volume, mais seulement 1,8% en valeur.

http://www.eulerhermes.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
« GO ! Épargne entreprise », une offre d'épargne salariale pour les PME et les ETI

Lancée par le Groupe Henner, Cedrus Partners et Sanso IS, en partenariat avec l'assureur AXA, cette nouvelle offre se distingue par sa transparence et sa simplicité d'utilisation. Elle englobe 3 solutions d'investissement intégrant une composante liée au développement durable. Sans droits d'entrée ni frais de tenue de compte pour les salariés concernés, ce nouveau dispositif d'épargne salariale a pour vocation d'être clé en main pour les entreprises. Voté en première lecture à l'Assemblée en...