Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Prévisions du FMI : une croissance en reprise mais aussi quelques mauvaises nouvelles ! »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Tribune de Patrice Gautry, Chef Economiste de l’UBP

Une croissance mondiale qui a bien du mal à accélérer
Selon les prévisions du FMI, elle devrait atteindre 3,5% en 2015 et 3,8% en 2016. Cependant, il est frappant de voir que la conjoncture mondiale reste depuis 2013 sur un rythme de 3,4% à 3,5%. Le crédit, le commerce mondial et peut être aussi la technologie ne sont plus des accélérateurs de croissance comme en 2000/2007. Cela ne prouve pas un arrêt de la globalisation, mais les moteurs de la croissance sont devenus domestiques et régionaux.

La croissance est redistribuée en faveur des pays développés
La bonne nouvelle pour les pays développés est que leur croissance devait atteindre 2,4% en 2015 et 2016. Mais l’accélération de 1,8% à 2,4% se fait au détriment des pays émergents qui continuent de ralentir. Si l’Europe et le Japon bénéficient d’une conjoncture en amélioration en 2015 et 2016, l’activité s’est fortement dégradée en 2015 en Russie, au Brésil et en Chine et ne s’améliore que très modestement en 2016. Seule, l’Inde tire son épingle du jeu parmi les pays émergents.

La croissance 2015 des pays développés est alimentée par des chocs positifs
Le FMI a relevé les perspectives de croissance pour l’Europe (1,5% ; +0,3 point), le Japon (1% ; +0,4 point), mais abaissé celles attendues aux Etats-Unis (3,1% ; -0,5 point). Il distille des avertissements pour le futur en rappelant que les bons chiffres de cette année résultent d’une suite de chocs positifs: baisse des prix du baril (impact sur la croissance estimé entre 0,5 et 1 point), baisse de l’euro et du yen (0.5 point de croissance mondiale en plus) et baisse des taux longs et politiques monétaires expansives (on peut encore ajouter un demi-point sur la croissance).

Et après 2016, le « Nouveau Médiocre » ?
Madame Lagarde a averti que sans relance de l’investissement, de la productivité, d’une flexibilité accrue sur le marché du travail et d’une bonne gouvernance (Etats et entreprises), la croissance mondiale resterait faible. Les chiffres 2015 et 2016 ne sont pas aussi médiocres que cela, mais peut être que l’avertissement vaut pour au-delà 2016.
Une fois les effets des stimuli monétaires, de la baisse du pétrole et de la fin de l’austérité fiscale évaporés, seul l’investissement (infrastructures, équipements, recherche et développement) permettra à la croissance de tenir le rythme grâce à un potentiel de croissance enfin reconstruit.
Sinon la croissance mondiale s’essoufflerait à nouveau : il n’est pas certain que les marchés financiers aient envie d’entendre ce genre de message !

www.ubp.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...