Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les rendements négatifs sur les obligations ne sont pas soutenables

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Les rendements négatifs sur la dette souveraine de nombreux pays d’Europe menacent le système bancaire et ne devraient être soutenables qu’à court-terme selon Ken Leech, Directeur des investissements (CIO), responsable de 466 Mds$ d’encours obligataires chez Western Asset, filiale de Legg Mason.

Pour Ken Leech, qui est également le gérant principal du fonds Legg Mason Western Asset Macro Opportunities Bond Fund, les rendements négatifs sur les obligations à 10 ans suisses et sur certains titres de dette souveraine allemande sont des anomalies dont les investisseurs devraient fortement se méfier.

« Je travaille depuis longtemps dans le monde obligataire, et je n’aurais jamais pensé me retrouver face à des taux d’intérêt négatifs » dit M. Leech. « En Suisse, les banques paient les banques centrales pour y déposer leur argent. La Banque Nationale Suisse cherche clairement à décourager les investisseurs qui veulent réinjecter du capital dans la dette suisse, notamment en mettant fin à l’arrimage de sa devise avec l’euro en début d’année ».
« Mais même avec ces forces en toile de fond,  je pense que nous arrivons à un point bas du cycle. En effet, les investisseurs porteurs d’obligations de pays développés peuvent vendre de la dette suisse ou allemande et se repositionner sur des bons du trésor américain, qui offrent un rendement proche de 2%. Pourquoi ne le feraient-ils pas ? »

M. Leech ajoute que les rendements négatifs représentent une menace plus large pour le secteur bancaire, surtout si les taux continuent à évoluer dans un territoire négatif. « Les taux négatifs ont une limite – et je pense que nous y sommes – car à un moment donné, ils deviennent dangereux pour le système bancaire ».
« Nous nous attendons donc à ce que les investisseurs agissent contre ces rendements négatifs, notamment car nos propres perspectives de croissance sont aujourd’hui plus positives ».

Si les taux négatifs ont perduré en 2015 sur les obligations suisses à 10 ans, M. Leech note la présence de signaux annonçant un retournement éventuel de la tendance, avec un taux qui progresse d’un plus bas historique de -0,26% en janvier à -0,05% à fin mars.
A ce titre, Ken Leech ajoute que la société avait sous-pondéré les obligations des marchés développés, particulièrement les Bunds allemands, privilégiant de meilleures opportunités dans d’autres segments du marché obligataire.
« Nous sommes confiants sur le retour de la croissance à l’échelle mondiale ; par conséquent, nous estimons que les obligations à spreads vont surperformer la dette souveraine » précise-t-il.
« Nous préférons les marchés du crédit, notamment les titres de qualité Investment Grade aux Etats-Unis, et nous sélectionnons des titres high-yield émis par des entreprises. La dette émergente, qu’elle soit libellée en dollars ou en devises locales, est également intéressante. Nous recherchons les pays affichant des fondamentaux positifs, comme le Mexique, où les réformes structurelles sont plutôt porteuses pour les perspectives économiques ».

http://www.leggmason.fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...