Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les gérants de fonds internationaux réinvestissent en Europe

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

« L’Europe est désormais plus attrayante depuis que la valorisation de certaines actions a diminué alors que leur potentiel de gains reste bon, » explique Chris Hart*, gérant de portefeuille aux États-Unis.

Le fonds Robeco BP Global Premium Equities, géré par Chris Hart et récompensé de nombreuses fois, avait une faible exposition aux actions européennes en 2014 par rapport à l'indice MSCI World. A l’époque, les perspectives de croissance du Continent n’étaient pas très bonnes. En contrepartie il était fortement exposé aux Etats-Unis dont l'économie était en bien meilleure forme.

Aujourd’hui, le gérant a renversé cette tendance en vendant des sociétés américaines dont les cours cibles ont été atteints et en utilisant cet argent pour investir dans des entreprises européennes beaucoup moins chères, en particulier dans des sociétés de petites et moyennes capitalisations. 

Les investissements en Europe comprennent le groupe français de technologie de l'information Atos et le producteur alimentaire irlandais Greencore. Parmi les sociétés américaines vendues, nous comptons le raffineur de pétrole Valero, qui a souffert de l'effondrement du prix du pétrole, ainsi que plusieurs sociétés pharmaceutiques.

Modification de l’exposition

 

« Nous avons fortement changé notre exposition depuis le troisième trimestre de 2014, où nous étions alors fortement exposés aux États-Unis et au secteur de la santé », déclarait Chris Hart en février dernier dans une interview accordée à Citywire.
Le secteur de la santé est passé de 20 à 12% dans notre portefeuille, en raison de la vente de certaines sociétés pharmaceutiques mondiales qui avaient atteint le niveau de valorisation souhaité. Nous avons également vendu plusieurs industriels américains de novembre à janvier, mais pour des raisons liées au pétrole. 

Les entreprises européennes représentent désormais 23% du portefeuille, contre 18% au plus bas niveau, tandis que l'exposition au Royaume-Uni, dont l'économie a progressé à un taux beaucoup plus élevé que l'Europe, est passée de 9 à 11%.
Selon Chris Hart, la hausse de ses investissements en Europe est due à l'écart de valorisation qui apparait lentement avec les États-Unis où les actions deviennent trop coûteuses pour offrir des rendements décents. « Les valorisations des actions européennes commencent à être un facteur de soutien, dit-il. Au cours des deux à trois derniers mois, nous avons vu les valorisations européennes baisser reflétant bien les révisions des bénéfices revues à la baisse, plus faibles ou négatives, pour 2015. » 

Le gérant se préoccupe toujours de la détérioration continue des bénéfices en Europe, mais dans une perspective bottom-up cela génère à ce jour quelques opportunités. Les changements apportés au portefeuille au cours des prochains trimestres pourraient aller dans le sens d’un renforcement des petites et moyennes capitalisations européennes. « Les valorisations des actions européennes commence à être un facteur de soutien »

A la recherche d’une croissance de qualité

Selon Chris Hart, il faut aller là où se trouvent les opportunités. L’Europe ne doit pas être vue de façon négative et les États-Unis comme étant le bon endroit : il s’agit de chercher la qualité et la croissance avec une valorisation très bon marché. Si elles sont disponibles en Europe,  alors l'Europe sera plus présente en portefeuille à l'avenir.  « Peu à peu l'Europe va mieux aller. Souvent l'investissement se résume à des attentes et à la valeur sous-jacente de ce que vous payez. Cela combine la valorisation, la qualité de l'entreprise et la croissance du bénéfice sous-jacent. Donc, si les valorisations arrivent à un niveau qui soutient les entreprises européennes et qui reflète leurs perspectives de croissance, nous voyons là l’opportunité de gagner beaucoup d'argent»

*Chris Hart a remporté neuf prix Morningstar en Europe en 2014 pour le succès de son fonds Robeco BP Global Premium Equities, qui a régulièrement surperformé son indice de référence, le MSCI World. Fin Janvier 2015, le fonds détenait plus de 1 Md$ d'actifs sous gestion. 

www.robeco.fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation