Connexion
/ Inscription
Mon espace

PIB français : l'alignement des astres peine à porter ses fruits

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Christopher Dembik, Economiste chez Saxo Banque

La publication du PIB au 4ème trimestre 2014 confirme la fin d'année en demi-teinte de l'économie française. C'était attendu. L'expansion du secteur des services permise par la consommation et le rebond de 1,2% de la production manufacturière en fin d'année n'ont pas permis de compenser les autres nombreux mauvais indicateurs, dont la contraction du PMI manufacturier et le fait que le climat des affaires se situe toujours sous sa moyenne de longue durée.

Ce qui est certainement le plus frappant, c'est que l'effet bénéfique de ce qu'on appelle communément l'alignement des astres était déjà perceptible au 4ème trimestre. En 2014, par rapport à leur point haut annuel, l'euro et le pétrole ont chuté respectivement de plus de 12% et de plus de 13%.
Dans le même temps, le taux de rendement à 10 ans de l'OAT de la France sur le 4ème trimestre a diminué de près de 37%, pour atteindre un niveau de 0,82% fin décembre 2014.

A ces trois éléments favorables, il faut également ajouter la hausse des investissements étrangers sur 2014 qui est la preuve du retour de l'attractivité de l'économie française après trois années de repli liées à l'instabilité fiscale et au message négatif envoyé à l'étranger par la taxe à 75%.

Le contexte macroéconomique global était extraordinairement favorable et, pourtant, le gain réel de croissance reste faible.
L'absence de confiance des agents économiques et surtout de bond technologique en sont les principales causes. La confiance des consommateurs français pour mars qui sera publiée demain, bien qu'attendue en hausse par rapport à 2012, devrait le prouver puisqu'elle demeure sous sa moyenne de longue période.

On a souvent tendance à comparer la période actuelle avec les précédentes phases de forte croissance (1986 - 1990 et 1997 - 2001). A tort : elles ont toutes été accompagnées d'une révolution technologique ou financière. Pour la période 1986 - 1990, marquée par une hausse du PIB en moyenne de 3,4% par an, il s'agissait essentiellement de la libéralisation financière engagée par l'Etat et pour la période 1997 - 2001, sans surprise, il était question du développement de l'écosystème internet et de son impact sur le cycle de production et de travail.

Un tel schéma est, pour l'instant, absent en France. Les espoirs soulevés par les énergies renouvelables, le crowdfunding ou encore la dronautique ne se sont pas traduits par le développement de vastes filières industrielles ou par la diffusion de ces avancées à des usages de consommation de masse. Le cycle technologique actuel n'en est encore qu'à ses balbutiements pour avoir un effet significatif sur l'économie réelle. La 3ème révolution industrielle plébiscitée par Jeremy Rifkin n'est pas encore là.

L’implication active de l’Etat dans l’économie était aussi plus conséquente dans les années 80 et 90. Personne n’a oublié les emplois subventionnés de l’ère Jospin. En dépit de la nouvelle marge de manœuvre offerte par les taux bas, l’Etat reste soumis aux règles budgétaires européennes, ce qui l’empêche d’engager un vaste programme d’investissement public, comme c’est actuellement le cas au Royaume-Uni pour près de 15 milliards de livres ou encore au Danemark pour 19 milliards de dollars.

Tout porte donc à croire que la dynamique de croissance va rester molle dans les mois à venir, proche de la prévision officielle réaliste du gouvernement pour 2015. Ce ne sera certainement pas avant 2017 qu’on pourra commencer à parler de nouveau de croissance créatrice d’emplois.

http://fr.saxobank.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...