Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Avis d’expert] Rupture conventionnelle et rupture du contrat de travail : les précisions de la Cour de Cassation

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Emmanuelle Sapène, avocat associée, Péchenard & associés

Par trois arrêts du 3 mars 2015, la Cour de cassation apporte des précisions sur l’articulation entre rupture conventionnelle et rupture du contrat de travail. La signature d’une rupture conventionnelle vaut renonciation commune à la rupture unilatérale du contrat de travail précédemment intervenue.


Première affaire

Elle concernait l’hypothèse de la signature d’une rupture conventionnelle après la notification d’un licenciement. Il est communément acquis qu’un employeur ne peut se rétracter d’un licenciement qu’avec l’accord exprès du salarié concerné.
La Cour de cassation a transposé cette solution à la rupture conventionnelle. Elle juge ainsi que la signature de la rupture conventionnelle postérieure à la notification du licenciement vaut renonciation commune à la rupture du contrat de travail précédemment intervenue.

L’attendu de principe ne limite pas cette solution au licenciement mais à tout mode de rupture unilatérale, ce qui n’est pas surprenant. Cette solution doit ainsi s’appliquer certes au licenciement mais également à la démission et pourquoi pas, à la prise d’acte.

L’enjeu dans cette espèce portait notamment sur la validité de la renonciation par l’employeur à la clause de non-concurrence deux jours avant la date effective de la rupture du contrat suite à la rupture conventionnelle, alors qu’il ne l’avait pas levée à l’occasion de la notification du licenciement. Pour la Cour de cassation, dans la mesure où la signature de la rupture conventionnelle emportait renonciation d’un commun accord au licenciement, l’employeur pouvait parfaitement renoncer à la clause de non-concurrence avant le terme du contrat décidé dans la rupture conventionnelle puisque le contrat de travail était toujours en cours d’exécution. Il faut préciser en l’espèce que la clause de non concurrence prévoyait une renonciation possible par l’employeur en cours d’exécution du contrat.

(Cass. soc., 3 mars 2015, n°13-20.549)

 

Signature d’une rupture conventionnelle après engagement d’une procédure disciplinaire

Deuxième affaire

La Cour de cassation apporte les précisions suivantes :
- Un employeur peut tout à fait signer une rupture conventionnelle après avoir enclenché une procédure disciplinaire, et plus précisément en l’espèce, après avoir convoqué le salarié à un entretien préalable en vue de son licenciement,
- La signature de la rupture conventionnelle postérieurement à l’enclenchement des poursuites, ne vaut pas renonciation par l’employeur aux poursuites disciplinaires. Ainsi, en cas de rétractation de la rupture conventionnelle par le salarié, l’employeur peut à nouveau engager une procédure disciplinaire en le convoquant à un nouvel entretien préalable qui pourra conduire au prononcé d’une sanction, laquelle pourra être un licenciement pour faute grave.
- La Cour de cassation précise cependant que la convocation à ce nouvel entretien préalable doit se faire dans le respect des dispositions de l’article L. 1332-4 du code du travail, c’est-à-dire dans les deux mois de la connaissance du fait fautif d’un salarié, pour engager une procédure disciplinaire.

Il faut rappeler à cet égard que la convocation à un l’entretien préalable interrompt le délai de prescription de deux mois et entraîne le déclenchement d’un nouveau délai de deux mois à compter de la date de la convocation. En pratique, cela signifie que la nouvelle convocation à un entretien préalable devra être adressée dans les deux mois suivant la première convocation. La rupture conventionnelle n’interrompt pas en effet le délai de prescription : c’est l’objet du troisième arrêt.

(Cass. soc., 3 mars 2015, n°13-15.551)



Signature d’une rupture conventionnelle avant engagement d’une procédure disciplinaire

Troisième affaire,

la Cour de cassation donne une précision en indiquant que, contrairement à la convocation à l’entretien préalable en vue d’une sanction, la signature d’une rupture conventionnelle ne permet pas d’interrompre le délai de prescription de deux mois prévu à l’article L. 1332-4 du code du travail.
En conséquence, lorsque le salarié se rétracte de la rupture conventionnelle et que le délai de deux mois pour convoquer le salarié à un entretien préalable au licenciement est expiré, l’employeur ne peut plus engager une procédure disciplinaire pour sanctionner le fait fautif du salarié.

(Cass. soc., 3 mars 2015, n°13-23.348)

http://www.pechenard.com/

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...