Connexion
/ Inscription
Mon espace

[A l'écoute des gestions] Période non conventionnelle pour l'économie nordique

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon les économistes de Nordea, l'économie mondiale, toujours en convalescence, est cependant sur la bonne voie, soutenue notamment par des politiques monétaires très accommodantes et par le faible coût du pétrole.
Suite à l’activation du programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la BCE, les économies européennes vont bénéficier de conditions monétaires améliorées au cours des prochains trimestres. L'euro devrait quant à lui continuer à s’affaiblir, dans un contexte de taux d'intérêt très bas.

L'environnement monétaire qui prévaut est favorable aux pays nordiques. L’amélioration progressive des perspectives économiques dans la zone euro est un facteur très positif, car ce sont de petites économies ouvertes et très dépendantes du commerce extérieur, analyse l'économiste en chef de Nordea, Helge J. Pedersen de Nordea.

Dans le rapport « Une période non conventionnelle », plusieurs pages sont consacrées aux banques centrales nordiques et à l’évolution récente de leurs politiques monétaires :

- Malgré une forte croissance économique, la Banque centrale suédoise (Swedish Riksbank)  a réduit son taux directeur en dessous de zéro et a lancé un programme d'assouplissement quantitatif, certes limité dans le temps, afin de ramener l'inflation au niveau cible de 2%.

- Après plusieurs années de ralentissement économique, l'économie danoise s'engage sur la voie de la croissance. La Banque centrale danoisea dû se rendre compte que de nouvelles mesures de politique monétaire sont maintenant nécessaires pour défendre son régime de taux de change fixe, alors que la région de référence pour l'ancrage de sa monnaie a introduit des taux d'intérêt négatifs et des mesures d'assouplissement quantitatif.

L'économie mondialisée a poussé la Suède et le Danemark à agir de manière non conventionnelle, explique Helge J. Pedersen : dans aucun de ces pays, les développements économiques récents n’appelaient à introduire des taux d'intérêt négatifs. Ceci illustre bien les défis des politiques monétaires que les petites économies rencontrent face à une économie globalisée, et ceci, quelle que soit leur politique monétaire initiale. 


Les économistes de Nordea ont aussi réajusté leur point de vue sur la Norvège et de la Suède :

- En raison du ralentissement de l'économie norvégienne provoquée par la forte baisse des prix du pétrole, la Banque centrale norvègienne (Norges Bank) pourrait être forcée de réduire son taux directeur de manière significative. La banque Centrale de Norvège a une stratégie ciblée sur l'inflation, et il est d’ailleurs fort probable que l'inflation  baisse et atteigne un niveau qui inciterait progressivement la banque à réduire ses taux, plus que ne le justifieraient les développements de l’économie réelle.

- Parmi les pays nordiques, seule la Finlande aurait vraiment besoin d’une politique monétaire expansionniste. Le fait que le taux d'inflation en Finlande soit un des plus élevés de la zone euro illustre une fois encore, que les paradoxes économiques ne sont pas prêts de disparaitre, indique Helge J.Pedersen.

 

2012

2013

2014E

2015E

2016E

World

3.4

3.3

3.3

3.4

3.7

G3

1.2

1.1

1.5

2.2

2.2

BRIC

5.8

5.7

5.4

4.9

5.5

Nordics

0.5

0.9

1.7

2.0

2.0

Sweden

-0.3

1.3

2.1

2.9

2.6

Norway

3.8

2.3

2.3

1.5

1.7

Denmark

-0.7

-0.5

1.0

1.5

1.9

Finland

-1.4

-1.3

-0.1

0.0

1.5

http://www.nordea.com/

 

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...