Connexion
/ Inscription
Mon espace

[A l'écoute des gestions] Le moment est-il venu de revoir le secteur de la défense ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Victoria Legett, fund manager European Equities chez UBP

Avec les attaques terroristes du 11 septembre, le monde a découvert une nouvelle forme de guerre, et l’Occident a ainsi dû reconsidérer sa vision du conflit. L’idée plutôt simpliste selon laquelle les guerres doivent être menées et gagnées (ou perdues, parfois) a ainsi volé en éclats. L’«asymétrie» qui prévaut dans cette guerre moderne - avec des accès de violence localisés et un système d’alliances complexe - signifie que l’idée même de « gagner » appartient au passé.

En revanche, ce qui reste vrai c’est que la guerre a un coût. La crise économique de 2008 et les dix années de combats menés dans le désert ont contraint les Etats-Unis et l’Europe à opérer de sérieuses coupes budgétaires. Le Royaume-Uni a, pour sa part, réduit son budget de 3,6% chaque année depuis 2009, et la plupart des membres de l’OTAN ont suivi un processus similaire. Pour la quasi-totalité des pays, excepté les Etats-Unis, les dépenses restent aujourd’hui inférieures aux 2% du PIB recommandés.

En quoi est-ce important ?

Au moment où l’Europe a réduit ses dépenses de défense d’environ 20%, la Russie, elle, les a augmentées de plus de 50%, le tiers étant consacré à la sûreté nucléaire. Le pays s’affiche aujourd’hui en 3e position en matière de dépenses de défense, derrière les Etats-Unis et la Chine. Cette dernière est dans sa 2° décennie de hausses budgétaires à deux chiffres et ne consacre toujours que 1,5% de son PIB à la défense. Selon les dernières annonces en provenance de Chine, la priorité du pays semble être de « rattraper » les Etats-Unis (les dépenses absolues en USD représentent toujours le quart du budget américain).

Si les dépenses de défense de la Chine constituent une menace encore lointaine, celles de la Russie présentent, elles, un risque bien réel et immédiat. En effet, il n’est plus controversé aujourd’hui de dire que l’ambition de Vladimir Poutine pourrait ne pas se limiter à l’Ukraine. La réponse militaire ne paraît certes pas la plus appropriée, mais la question des dépenses de défense ne doit plus être négligée.

L’Europe doit donc trouver l’argent. La création d’une armée européenne, comme suggéré par M. Juncker, pourrait être une bonne idée, mais elle semble lointaine. L’Allemagne a déjà commencé à commander des systèmes de défense antimissile, et les pays baltes ont augmenté leurs dépenses d’USD 300 millions au dernier trimestre. La question est généralement très impopulaire sur le plan politique et, avec les bombardiers russes qui menacent l’espace aérien britannique, le message devient peut-être plus acceptable auprès de l’électorat.

Ces développements bénéficient-ils aux sociétés de défense européennes ? Oui, mais pas à toutes. Nombre d’entre elles sont en effet très exposées au budget américain; or, il est peu probable que ce dernier augmente à court terme. Il est très probable que les révisions des bénéfices (BPA) soient les plus fortes du côté des entreprises qui présentent les qualités et les atouts suivants : une exposition aux marchés émergents « partenaires » en croissance comme l’Inde, le Brésil et l’Indonésie; un statut d’acteur local ou de niche avec une excellente technologie; la capacité à opérer une restructuration «bottom-up».

Facteurs haussiers. Les risques accrus liés à la Russie et à l’Etat islamique (EI) rendent les hausses budgétaires plus acceptables sur le plan politique. Les Etats-Unis exercent une pression grandissante sur l’Europe pour qu’elle s’implique plus en matière de défense.

Facteurs baissiers. La défense européenne ne peut pas directement tirer parti des fortes hausses budgétaires opérées ailleurs, notamment en Chine et en Russie.
Les budgets européens sont très tendus: augmenter les dépenses dans ce domaine impliquerait une réduction dans d’autres secteurs. Les préoccupations éthiques sont fortes à l’égard des investissements dans le secteur de la défense.

www.ubp.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...