Connexion
/ Inscription
Mon espace

Actions zone euro : Rothschild & Cie Gestion croit au potentiel des valeurs de retournement

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Lors de l’évènement « Esprit Partenaires », qui a eu lieu le 11 mars dernier, l’équipe de Rothschild & Cie Gestion a présenté ses convictions de gestion devant 200 investisseurs professionnels.

Alors que les perspectives macroéconomiques s’éclaircissent progressivement en zone euro, l’équipe de Rothschild & Cie Gestion, continue de croire au potentiel de rattrapage de certaines valeurs européennes. Pour Didier Bouvignies et Philippe Chaumel, Co-Responsables de la Gestion, les craintes actuelles de déflation en zone euro, une préoccupation centrale pour les investisseurs, sont excessives. « Ces craintes ont surtout été renforcées par la chute récente des prix des matières premières. Dans les prochains mois, nous tablons plutôt sur une hausse des prix à la consommation au regard de l’amélioration de la situation économique européenne et de l’augmentation des prix à l’importation », explique Didier Bouvignies.


Redémarrage du crédit et de l’investissement en zone euro

Pour bon nombre de pays de la zone euro, la dépréciation de l’or noir a des effets bénéfiques tangibles. « Ce mouvement contribue à redonner mécaniquement du pouvoir d’achat aux ménages et à améliorer les balances commerciales des pays comme l’Italie, l’Espagne ou la France dont le déficit énergétique s’est réduit » observe-t-il.
A cela s’ajoute l’impact positif de la baisse des taux d’intérêt et de l’euro. La baisse de l’euro favorise légitimement les exportations et augmente l’inflation importée. « Le taux de change effectif nominal devient très favorable pour les entreprises de la zone, cela a d’ores et déjà un effet substantiel sur leurs résultats », commente Philippe Chaumel.

Dans un environnement monétaire ultra-accommodant, le maintien des taux obligataires à des niveaux proches de zéro favorise notamment la demande de crédit et le redémarrage des investissements en construction. « Nous observons une inflexion de l’évolution des crédits au secteur privé, en particulier concernant les prêts aux ménages dont les flux redeviennent significativement positifs », précise Philippe Chaumel. « La baisse des taux, la politique de l’offre conduite en zone euro par les allégements de charges qui pèsent sur les entreprises et le plan Juncker améliorent les conditions de l’investissement, un des principaux points faibles de la zone euro ces dernières années », ajoute-t-il.


Les valeurs de retournement, bien plus attrayantes que les valeurs de croissance

Ces perspectives économiques positives ne sont pas encore totalement valorisées par les marchés boursiers. En effet, avec un PER de 15,1 (contre 17,4 aux Etats-Unis et 14,6 au Japon) et un rendement de 3%, les actions européennes affichent encore une prime de risque attractive en comparaison des actifs des autres zones géographiques (8% en zone euro contre 5,1% outre-Atlantique).

Au sein des actions de la zone euro, il existe une divergence significative entre les profils de titre. Particulièrement élevée, la valorisation des titres de croissance semble aujourd’hui peu attrayante, à la différence des valeurs de retournement. « Nous continuons de privilégier la thématique de retournement, c’est-à-dire des titres décotés, d’entreprises ayant initié un cycle de restructuration, entre ajustement des coûts et de leurs activités, qui profitera à la croissance de leurs résultats », expliquent les gérants.
« Peugeot S.A est un bel exemple de recovery dans un secteur d’activité qui amorce tout juste son rebond. Les mesures de restructuration rigoureuse du groupe ont valu au titre de doubler depuis début 2014 ». L’équipe de gestion apprécie également certaines valeurs financières, celles dont les valorisations actuelles sous-estiment les retours sur fonds propres. « Nous maintenons une surpondération en faveur de banques françaises et italiennes comme Société Générale, BNP Paribas et Intesa SanPaolo, mais restons à l’écart des grandes banques espagnoles exposées à l’activité des marchés émergents » concluent-ils.

https://www.rothschildgestion.com/fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...