Connexion
/ Inscription
Mon espace

Marché de l’immobilier d’entreprise : 2014 parmi les trois meilleures années depuis 2000

A la Une - Brique par Brique
ABONNÉS

Le 4ème trimestre et la finalisation effective de grosses transactions en décembre ont été décisifs à la clôture de l’exercice 2014, plaçant l’année bien au-delà des prévisions avec 22,5 Mds€ investis.

Les montants engagés progressent de 50% sur un an et s’approchent des records des années « fastes » de 2006 et 2007, dans un contexte et des conditions, notamment d’accès à la ressource, toutefois très différents.

Le ton a été donné dès le 1er semestre, plaçant l’année sous le signe des méga-deals. Tous les ingrédients concourant à des volumes d’investissement élevés ont été réunis en 2014 : un spread inédit entre taux obligataire et taux de rendement immobilier, des opportunités assez rares de mise sur le marché d’actifs et de portefeuilles commerciaux en taille et en budget, des liquidités toujours très abondantes, et une diversité d’acteurs qui s’est encore étoffée. Ainsi, le total des 10 transactions phares de 2014 pèsent 8 Mds€, soit 36% du total investi.

L’activité locative tertiaire a continué, quant à elle, son mouvement de rationalisation et de modernisation immobilière des grands utilisateurs. Ainsi, l’année 2014 s’est clôturée sur un score haussier de 15%, à 2,1 millions de m² de bureaux placés en Ile-de-France. En termes de volumes, 2014 s’analysera surtout comme une année de rattrapage d’activité, succédant au plus mauvais millésime de la décennie. Et, même avec ce score, le volume annuel reste encore inférieur de 8% par rapport à la moyenne décennale.

Parmi les tendances saillantes de l’année 2014, on remarque que les pôles d’affaires tertiaires les plus établis (Paris et la Défense) ont bénéficié de la reprise de la demande placée. Cette reconquête des utilisateurs tertiaires s’est souvent faite au prix d’efforts significatifs sur les loyers réels, remises qui se sont généralisées et systématisées, permettant très souvent de débloquer des situations de vacance locative.

On observe aujourd’hui que les problématiques d’adaptation à la demande des grands utilisateurs se résolvent par l’accroissement du parc immobilier tertiaire francilien, pourtant déjà au 1er rang européen avec 53 millions de m². Cela peut être observé comme un facteur de fragilité, alors que l’offre immédiate a dépassé la barre des 4 millions de m², niveau équivalent à celui de la crise de 1994

Les volumes d’investissement devraient être supérieurs en 2015 à ce qu’ils étaient en 2014, avec une prévision raisonnable de 22 à 24 Mds€. Si le contexte financier de 2015 reste très différent de celui de 2007, on ne peut s’empêcher d’attirer l’attention sur quelques facteurs de risques tenant aux conditions même du marché : l’abondance d’acteurs sur le marché, leur cristallisation sur les mêmes actifs core, concourant à exercer une pression sur les prix, laissent à penser qu’il y a risque de dé-corrélation entre les spécificités de la classe d’actif immobilière (notamment le sous-jacent du marché locatif et la liquidité du placement), et l’approche purement financière de l’allocation d’actifs.

Ce risque pourrait être tempéré par un marché locatif des bureaux en voie d’assainissement, profitant de la reprise annoncée pour atteindre un volume annuel de demande placée légèrement supérieur en 2015, autour de 2,2 millions de m².

www.creditfoncierimmobilier.fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

BB - Placements immobiliers
ABONNES
Les articles que vous auriez pu manquer sur le site de notre partenaire pierrepapier.fr

LES PLACEMENTS | TOUT SAVOIR | ACTUALITÉS | LES ACTEURS Newsletter du 17 déc. 2018 L'actualité de Pierrepapier.fr L'OPCI, en 3 minutes... Voir la vidéo   Crowdfunding, la fin du début ? Liquidation judiciaire, repositionnement d'acteurs importants et précurseurs : les articles ... Lire la suite -> Denormandie débarque dans le Pinel Dès le 1er janvier 2019, un...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...